Association des archivistes du Québec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Association des archivistes du Québec
Cadre
Forme juridique Organisme sans but lucratif
But Développement professionnel, Services aux membres, Représentation de la profession
Zone d’influence Drapeau : Québec Québec
Fondation
Fondation 9 décembre 1967
Fondateur Comité provisoire formé le 20 novembre 1967
Origine Idée provenant de plusieurs responsables de centres d'archives au Québec qui se rencontraient déjà au sein des activités de la Society of American Archivists.
Identité
Siège 1055, avenue du Séminaire, Pavillon Casault, local 7234, Université Laval (Québec) G1V 0A6, Drapeau : Québec Québec, Drapeau du Canada Canada
Structure Assemblée générale, Conseil d'administration, Conseil exécutif, Comités permanents et ad hoc, Direction générale, Secrétaire administratif
Directeur général Charles Cormier
Affiliation Réseau des services d'archives du Québec, Association canadienne des archivistes, Conseil canadien des archives, Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux, Bibliothèque et Archives Canada
Affiliation européenne Association des archivistes français
Affiliation internationale Conseil international des archives
Membres Plus de 500 membres
Publication Revue scientifique Archives
Site web http://www.archivistes.qc.ca

L'Association des archivistes du Québec (AAQ) réunit des archivistes des secteurs public et privé au Québec. L'association a été créée en 1967. Elle est un organisme sans but lucratif.

Le fonds d'archives de l'AAQ est conservé au centre d'archives de Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Dans les années 60, aucune association professionnelle n'existe pour les archivistes québécois. Ils se réunissent au sein des activités de la Society of American Archivists. Cependant, dès 1963, plusieurs responsables de centres d'archives du Québec réfléchissent à l'idée de créer une association propre aux archivistes québécois afin de regrouper les acteurs et les promoteurs du milieu archivistique québécois et faire reconnaître l'archivistique comme discipline au sein de laquelle gravitent des professionnels[2].

Le 9 décembre 1967, aux Archives nationales du Québec, a lieu l'assemblée de fondation de l'AAQ[3]. Dès la première année, 125 membres répartis dans les régions de Québec (61), Montréal (23), Saguenay-Lac-Saint-Jean (13) et ailleurs dans la province (28) adhèrent à ce nouveau regroupement. À ses débuts, une forte majorité des membres provient du secteur des archives religieuses[4].

Lors de sa fondation, l'AAQ se dote des objectifs suivants:

  1. Promouvoir le perfectionnement professionnel des membres de l'association et les intérêts de la profession d'archiviste ;
  2. Favoriser l'établissement et le progrès des dépôts d'archives du Québec ;
  3. Coopérer avec d'autres regroupements ou associations d'archivistes au Canada et à l'étranger ;

Entre 1974 et 1982, l'AAQ crée des sections pour regrouper leurs membres dans les différentes régions du Québec. Ces sections se subdivisent en deux sous-groupes selon la spécificité des archivistes, soit la gestion des documents ou les documents historiques.

En 1975, on enregistre les lettres patentes confirmant l'incorporation de l'AAQ[5]. En 1977, un secrétariat permanent est créé. En 1990, à la suite d'un remaniement majeur, la structure de l'effectif se base sur les divisions régionales (Ouest, Est, Nord, Centre et Montréal) seulement[6]. En 1996, l'AAQ se dote d'une direction générale et, le 12 juin 1996, les internautes ont accès au site Web de l'AAQ[7].

Dates importantes[modifier | modifier le code]

  • 9 décembre 1967 : fondation officielle de l'AAQ.
  • 1968 : parution du premier numéro du Bulletin de liaison.
  • 1969 : parution du premier numéro de la revue scientifique Archives[8].
  • 1971 : parution du premier numéro du bulletin mensuel La Chronique.
  • 1971 : mise en place du prix annuel décerné à un membre individuel ou à une institution pour la qualité de son travail.
  • 1972 : création du titre Membre émérite[9].
  • 13 et 14 mai 1972 : premier congrès annuel sous le thème Les affaires archivistiques.
  • 4 juin 1975 : enregistrement des lettres patentes confirmant l'incorporation de l'AAQ en vertu de la 3e partie de la Loi sur les compagnies du Québec.
  • 1977 : mise en place d'un secrétariat permanent.
  • 1990 : abolition des sections à l'intérieur de l'AAQ et mise en place d'une structure basée sur les divisions régionales.
  • 1991 : adoption d'un code de déontologie.
  • 1991 : création du prix Jacques-Ducharme pour souligner le travail d'une personne ou d'un groupe d'individus qui ont contribué au développement de la discipline[10].
  • 1994 : création du premier site Web de l'association.
  • 1996 : création du prix du président au bénévole de l'année et création du prix annuel du meilleur article de la revue Archives.
  • 2004 : abolition de la région Centre.
  • 2006 : lancement de la Déclaration québécoise sur les archives[11].
  • 2007 : création du prix annuel Robert-Garon pour souligner le travail d'un organisme public ou privé qui a contribué au développement de la discipline.
  • 2009 : création du prix annuel Jacques-Grimard pour souligner le travail d'une personne, non issue du milieu archivistique, qui a contribué au développement de la discipline.
  • 2011: création du titre Membre honoraire.
  • 2013 : signature d'une entente de principe de collaboration avec le Réseau des services d'archives du Québec (RAQ).
  • 2013-2014 : création de profils sur différentes plateformes du Web 2.0 (Facebook, Twitter, LinkedIn, Wordpress, YouTube).
  • 2014 : signature d'une entente de collaboration avec l'Association des archivistes français[12].
  • 2015 : signature d'une entente avec l'Association canadienne des archivistes (ACA). Fin de la parution du bulletin mensuel La Chronique remplacée par l'Infolettre AAQ.

Partenaires[modifier | modifier le code]

Sur la scène québécoise[modifier | modifier le code]

L’Association des archivistes du Québec (AAQ) est membre associé du Réseau des services d’archives du Québec (RAQ)[13]. Le RAQ regroupe des services d’archives et agit comme conseil provincial au Conseil canadien des archives (CCA)[14]. Depuis novembre 2013, une entente de principe de collaboration a également été signée entre l'AAQ et le RAQ.

L'AAQ est aussi membre de la Fédération des sociétés d’histoire du Québec (FHQ) ainsi que de la Table des milieux documentaires et archivistiques du Québec (TAMDAQ)[15]. Elle est également partenaire pour le Congrès des milieux documentaires (CMD) de 2008 à 2015.

À l'échelle canadienne[modifier | modifier le code]

L’Association des archivistes québécois (AAQ) est membre du Conseil canadien des archives (CCA)[16]. Le CCA vise à favoriser l’élaboration d’un consensus entre les différents points de vue archivistique et la promotion d’intérêts communs. L’AAQ délègue des représentants aux trois comités du CCA, soit le Comité canadien de description archivistique, le Comité des normes et le Comité de préservation.

Le 17 janvier 2014, des représentants de la communauté archivistique canadienne organisent un forum de discussion spécial d’une journée, le Sommet sur les archives au Canada : Vers un nouveau plan directeur pour sauvegarder la mémoire du Canada[17]. Ce sommet marque le début d’un processus stratégique de conception de vision et de planification pour le système archivistique canadien. En s’inspirant des idées et des problèmes indiqués dans les présentations du sommet, la communauté archivistique canadienne décide de mettre sur pied le Groupe de travail sur le système archivistique canadien, afin d’élaborer une vision et des stratégies renouvelées pour le système archivistique canadien. Le Groupe de travail est composé de cinq membres : l’Association des archivistes du Québec (AAQ), l’Association canadienne des archivistes (ACA), le Conseil canadien des archives (CCA), le Conseil des archivistes provinciaux et territoriaux (CAPT) et Bibliothèque et Archives Canada (BAC). Chaque organisation membre est responsable de représenter les intérêts de sa base politique et économique ou de son institution. Les membres sont également responsables de s’assurer que l’information provenant du groupe soit partagée à travers la communauté archivistique.

En août 2015, l'AAQ signe une entente avec l'Association canadienne des archivistes (ACA) afin de collaborer sur des projets spécifiques et se concerter pour la prise de positions publiques concernant divers sujets touchant le milieu archivistique.

Sur le plan international[modifier | modifier le code]

L’Association des archivistes du Québec (AAQ) agit sur le plan international par l’entremise de la Section des associations professionnelles de records management et d’archivistique (SPA) du Conseil international des archives (ICA). Elle y est en contact avec d’autres instances professionnelles et institutions archivistiques à l’échelle mondiale.

En 2004-2005, l’AAQ participe à la création du North American Archival Network de l’ICA (NAANICA)[18]. En contribuant à la constitution de ce réseau nord-américain, l’AAQ y fait reconnaître la dualité linguistique, assurant l’échange d’information en français et en anglais au sein de l’ICA.

En 2014, une entente de principe de collaboration est signée entre l'AAQ et l'Association des archivistes français (AAF). Sur la base de leurs intérêts communs, les deux associations s'entendent pour établir des moyens de communication et de collaboration afin d'atteindre certains objectifs en termes de formation, de perfectionnement et de représentation de la profession d'archiviste.

Prises de position[modifier | modifier le code]

L’Association des archivistes du Québec (AAQ) constitue une force organisée qui permet aux archivistes d’être entendus auprès du législateur, des employeurs et du grand public par le biais de diverses interventions. La présidence de l’AAQ de même que le Comité des affaires professionnelles (CAP) interviennent lorsque les archives et/ou la profession d’archiviste sont en jeu. Ils prennent part aux tribunes qui permettent de faire valoir les droits des archivistes auprès du législateur par le biais de rapports, de mémoires et de participation à des commissions.

  • L'AAQ a déposé un mémoire dans le cadre du projet de loi no 82 Loi sur le patrimoine culturel en 2010[19].
  • La présidence et la direction générale ont représenté l'AAQ lors des consultations sur le projet de loi 47 Loi modernisant la gouvernance de Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) en 2015[20]. Un mémoire conjoint avec le Réseau des archives du Québec a également été déposé lors de ces consultations.

Activités[modifier | modifier le code]

Formations[modifier | modifier le code]

Une partie des activités de l'Association des archivistes du Québec (AAQ) est présentée par les quatre directions régionales: Est, Ouest, Nord et Ouest.

Le Comité de certification et de perfectionnement de l'AAQ offre également des formations en ligne.

Congrès annuel[modifier | modifier le code]

Depuis 1972, l'Association des archivistes du Québec (AAQ) présente son congrès annuel sous différentes thématiques reliées au milieu archivistique. Les congrès se tiennent à tour de rôle dans chacune des directions régionales.

Publications[modifier | modifier le code]

L'Association des archivistes du Québec (AAQ) publie la revue scientifique Archives, publiée depuis 1969 et paraissant deux fois par année, à l'automne et au printemps. L'AAQ publie également des guides pratiques, actes de congrès, dossiers de perfectionnement, documents de réflexion, mémoires et rapports.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fonds Association des archivistes du Québec inc (P240) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ)
  2. François Beaudin, « Née à Québec…Mais conçue à Santa Fe, New Mexico (USA)… et à Québec! », La Chronique,‎
  3. Robert Garon, « L’association des archivistes du Québec », Archives,‎ , p. 5-10
  4. Louise Gagnon-Arguin, L'archivistique. Son histoire, ses acteurs depuis 1960, Sainte-Foy [Que.], Presses de l'Université du Québec,
  5. « Revenu Québec », sur www.registreentreprises.gouv.qc.ca (consulté le 15 janvier 2016)
  6. Diane Baillargeon et Michel Lévesque, « L’Association des archivistes du Québec, une association impliquée, des archivistes engagés », Archives,‎ 2007-2008, p. 43-92
  7. « Association des archivistes du Québec », sur www.archivistes.qc.ca (consulté le 3 février 2017)
  8. « Notice bibliographique de la revue Archives », sur banq.qc.ca (consulté le 17 février 2016)
  9. « Titre de membre émérite », sur http://www.archivistes.qc.ca (consulté le 17 février 2016)
  10. « Prix Jacques-Ducharme - AAQ - Association des archivistes du Québec », sur www.archivistes.qc.ca (consulté le 9 avril 2016)
  11. « La Déclaration universelle sur les archives: une initiative toute québécoise | Le Devoir », (consulté le 11 novembre 2016)
  12. « Nouvelles des membres », Bulletin du conseil international des archives, no 2014 No.2,‎ , p. 4 ([www.ica.org/download.php?id=3494 lire en ligne])
  13. « Réseau des services d'archives du Québec », sur Réseau des services d'archives du Québec (consulté le 3 février 2017)
  14. « Canadian Council of Archives | Conseil canadien des archives », sur www.cdncouncilarchives.ca (consulté le 3 février 2017)
  15. « Table des milieux documentaires et archivistiques du Québec », sur aptdq.org (consulté le 3 février 2017)
  16. « Conseil canadien des archives », sur www.cdncouncilarchives.ca (consulté le 3 février 2017)
  17. « Sommet sur les archives du Canada : vers un nouveau plan directeur pour sauvegarder la mémoire du Canada », sur cubiq.ribg.gouv.qc.ca (consulté le 3 février 2017)
  18. (en) « NAANICA | International Council on Archives », sur www.ica.org (consulté le 3 février 2017)
  19. « Mémoire de l'Association des archivistes du Québec sur le projet de loi no 82 Loi sur le patrimoine culturel », (consulté le 11 novembre 2016)
  20. « Séance de commission - Assemblée nationale du Québec », sur www.assnat.qc.ca, (consulté le 11 novembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]