Assistant d'aide à la conduite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AAC.

Un assistant d'aide à la conduite, aussi désigné comme outil d'aide à la conduite, avertisseur de zones dangereuses ou avertisseur de dangers, habituellement abrégé en AAC, est une aide à la conduite automobile signalant des « zones potentiellement dangereuses ».

Zone de danger[modifier | modifier le code]

Ce qui est considéré comme une zone de danger est en fait une zone ou le conducteur d'un véhicule peut etre amené à faire face à une difficulté de conduite plus grande en raison d'un risque particulier (embouteillage, accident, réduction de vitesse importante, etc.) qui nécessite d'être particulièrement vigilant pour ne pas mettre en danger sa propre vie ou celle d'autrui.

Différentes zones de danger[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Les « zones de danger » peuvent être séparées en deux groupes :

les dangers « temporaires » 
les dangers « permanents » 

Les dangers ou indications fixes (ou « permanents ») sont déjà généralement annoncés au travers de la Signalisation routière de danger ou un Panneau d'indication (tramway ou piétons) ou Panneau d'annonce de radar.

La signalisation routière peut également être une signalisation temporaire ou dynamique.

Les assistants à la conduite permettent à l'usager de bénéficier de ce type d'information au travers d'une application qui est actualisée plus fréquemment que les panneaux.

Notion de « zone »[modifier | modifier le code]

En France, la réglementation prévoit une norme NF469[2].

Pour être conforme à cette norme[3], ces « zones » doivent ne pas être un point précis mais bien une zone[3] d'au moins :

Historique[modifier | modifier le code]

En France, ils ont été créés pour remplacer les avertisseurs de radar à la suite du décret no 2012-3 du [4].

La conformité française des assistants d'aide à la conduite peut notamment être certifiée par la norme française NF 469.

En février 2013, le ministre de l'Intérieur décide la mise en place systématique d'un panneau d'annonce devant tous les nouveaux radars vitesse fixes[5].

En avril 2017, le ministre de l’Intérieur envoie à la Commission européenne un projet de décret visant à interdire le signalement des contrôles routiers via les assistants d'aide à la conduite[6].

Depuis 2016, Volvo a développé en Suède et en Norvège la notion d'alerte feux de détresse qui est présent, en série, sur certains modèles (XC40, S60, V60, etc.)[7]. Le système est développé par Volvo Cars et Volvo Trucks. Le principe de ce système cherche à éviter des accidents en partageant la donnée sur la sécurité en temps réel grâce à la connexion au Cloud lors de l'allumage des feux de détresse des véhicules équipés du systeme[7].

Les promoteurs de l'« assistant feux de détresse » considèrent que le système est pertinent dans les angles morts ou au sommet des côtes[7].

Différents systèmes[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il existe plusieurs catégories d'assistants d'aide à la conduite. On peut en définir comme suit:

Les « boîtiers » 
Ils sont en général composés d'un récepteur GPS pour la localisation et la vitesse et d'une base de données, pour l'emplacement des zones de danger et la cartographie.[réf. souhaitée]
Les « boîtiers » communicants 
Ces boîtiers ont pour particularité la possibilité de signaler des dangers temporaires au reste de la "communauté" (ensemble des utilisateurs partageant les mêmes dangers temporaires) dans un but de solidarité entre utilisateurs.
Pour l'instant[Quand ?], seules 4 marques leaders sur le marché proposent des boîtiers : Wikango, Coyote, Inforad et Avertinoo[réf. nécessaire]. Elles ont chacune leur propre communauté ;
Les « applications » 
Généralement installées sur des smartphones (rares cas sur de simples téléphones mobiles), les applications sont beaucoup plus diverses. Les plus utilisées sont Waze, Icoyote, Wikango HD, Avertinoo, Inforad (les 4 dernières partageant la même communauté que les boîtiers communicants homonymes) ABE et Eklaireur[réf. nécessaire]. Il en existe beaucoup d'autres qui sont moins connues/utilisées.

Les « embarqués »[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Sur le même principe que les boîtiers, certains peuvent être communautaires. Ils sont rares mais peuvent avoir l'avantage de marcher même dans les tunnels car ils peuvent ne pas avoir de récepteurs GPS, étant directement liés au compteur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]