Assencières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Assencières
Assencières
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Troyes
Canton Brienne-le-Château
Intercommunalité Communauté de communes Forêts, lacs, terres en Champagne
Maire
Mandat
Jean-Louis Pinet
2014-2020
Code postal 10220
Code commune 10014
Démographie
Population
municipale
175 hab. (2015 en diminution de 12,94 % par rapport à 2010)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 32″ nord, 4° 11′ 59″ est
Superficie 7,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Assencières

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Assencières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Assencières

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Assencières

Assencières est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village est cité à la fin du XIe siècle, il était au comte de Champagne et relevait ensuite de la Mairie royale de Dosches. Les seigneurs du XIIIe siècle étaient de la famille de Villehardouin. Elle passait ensuite dans les mains de Henri sire de Joinville et de Vaudémont. En 1600 à François de Luxembourg, duc de Piney qui en faisait la vente à Pierre III Pithou. Le 27 août 1688 Marie d'Aubeterre rachetait la terre qui avait été donnée à l'Hôtel-Dieu de Troyes et était l'épouse de Jean Angenoust. Odard-Louis ANgenoust, dernier seigneur mourait en 1806.

Un château est cité dans des aveux entre 1668[1] et 1714, il avait deux arpents de terres, un colombier, des granges et estables, le tout entouré de fossés, tours et pont-levis ; il venait d'être relevé car, ruinés par les guerres, l'ancienne maison forte seigneuriale existait depuis longtemps. EN 1789, la communauté dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection et du bailliage de Troyes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Entre le 29 janvier et le 29 novembre 1790, Assencières était au canton d'Onjon, puis de celui de Creney jusqu'en An IX

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Gérard Leclercq    
mars 2008 en cours Jean-Louis Pinet[2] DVG Ouvrier
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2015, la commune comptait 175 habitants[Note 1], en diminution de 12,94 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
176162155157138140139134127
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1231121101121081011029182
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
787262628787927777
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
68738589106145162201175
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'Église d'Assencières avant sa déstruction.
L'église actuelle.

Église Saint-Pierre et Saint-Paul possédait trois nefs du XVIe siècle, de même hauteur. Elles se sont effondrées en 1947. Il subsiste de l'église, une travée et l'abside [7]. Elle était le siège d'une paroisse de l'archipretré du Diocèse de Troyes à la collation de l'évêque, elle avait pour succursale Mesnil-Sellières. Fiacre y était célébré[8] et une statue[9] du XVIe siècle et un reliquaire[10] du XVIIIe siècle. Une statue de Marie à l'enfant Jésus[11] du XVIe siècle en calcaire polychrome ; un bénitier en fonte[12] du XVIIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Alexandre Marchais, dit Le Mose, est né en 1962 et a passé son enfance à Assencières. Il fit ses premiers pas dans l'animation de soirée avant de s'orienter dans la musique de rue pour finalement rejoindre une troupe de saltimbanques itinérants. Mais c'est dans la communauté manouche qu'il se fait connaitre en devenant l'un des leaders de la musique ericius (tous les instruments sont fabriqués à partir de corps de hérisson).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives nationales, P192, n°1711.
  2. Conseil général de l'Aube mise à jour au 10 avril 2008
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Marguerite Beau : Essai sur l'architecture religieuse de la Champagne méridionale auboise hors Troyes (1991).
  8. Pouillé de 1761.
  9. « statue », notice no PM10000053, base Palissy, ministère français de la Culture
  10. « reliquaire », notice no IM10010323, base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « statue », notice no PM10000049, base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « bénitier », notice no PM10004523, base Palissy, ministère français de la Culture

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :