Assemblée nationale (Maurice)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Assemblée nationale.
Assemblée nationale de Maurice
National Assembly (en)

10e Législature

Description de l'image Coat of arms of Mauritius (Original version).svg.
Type
Type Parlement monocaméral
Présidence
Présidente de l'Assemblée Maya Hanoomanjee
Élection
Structure
Membres 65
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques Majorité
Opposition
Élection
Dernière élection Élections législatives mauriciennes de 2014 ()

Parliament Building, Port-Louis

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.

L'Assemblée nationale de Maurice constitue le parlement unicaméral du pays. Elle succède à l'Assemblée législative à la proclamation de la République en 1992.

Elle est formée de 70 membres dont 62 sont élus pour un mandat de 5 ans dans des circonscriptions avec plusieurs membres et de 8 membres additionnels — connus comme les « meilleurs perdants » — désignés par la Cour suprême pour assurer une représentation équitable des étenis et des religions minoritaires. Le gouvernement est responsable devant l'Assemblée nationale et le Premier ministre reste en fonction que tant qu'il ou elle conserve le soutien d'une majorité de ses membres.

Système électoral[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale est doté d'un maximum de 70 sièges renouvelés tous les cinq ans, dont 62 au suffrage universel direct. 62 sièges sont ainsi à pourvoir au Scrutin majoritaire plurinominal dans 20 circonscriptions électorales de trois sièges, auquel s'ajoutent une circonscription binominale correspondant à l'île Rodrigues[1]. Les électeurs disposent d'autant de voix que de sièges à pourvoir dans leurs circonscription, et les répartissent à raison d'une seule voix par candidat, ceux arrivés en tête étant déclarés élus. Les électeurs votant le plus souvent pour les candidats proposés par un même parti, le résultat est a forte tendance majoritaire, s'apparentant à un vote au scrutin uninominal majoritaire à un tour[1].

A ce total s'ajoutent enfin jusqu'à huit députés additionnels nommés par la commission électorale. Celle ci les choisit à partir des candidats dits « meilleurs perdants » ayant obtenus les meilleurs résultats parmi ceux n'ayant pas réussi à se faire élire, et ce dans l'objectif de corriger un éventuel manque de représentativité des différents groupes ethniques du pays[1],[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]