Assemblée nationale (Bénin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres articles nationaux ou selon les autres juridictions, voir Assemblée nationale.
Assemblée nationale du Bénin

8e législature

Description de l'image Logo of the National Assembly of Benin.svg.
Type
Type Monocaméral
Présidence
Président Louis Vlavonou[1] (UP)
Élection
Structure
Membres 83
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiques
  • Union progressiste (47)
  • Bloc républicain (36)
Élection
Système électoral Scrutin proportionnel plurinominal
Dernière élection 28 avril 2019

Porto-Novo

Divers
Site web assemblee-nationale.bj/fr/
Voir aussi Politique au Bénin

Le Parlement béninois est constitué d'une chambre unique : l'Assemblée nationale. Elle représente le pouvoir législatif et contrôle l'action du Gouvernement. Elle est constituée de 83 députés et siège à Porto-Novo.

Mode de scrutin[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale est l'unique chambre du parlement monocaméral du Bénin. Depuis 1999[2], elle est composée de 83 sièges dont les membres sont élus pour quatre ans au scrutin proportionnel de liste dans vingt quatre circonscriptions correspondants aux limites des départements. Le scrutin se tient avec des listes fermées, et les résultats en voix conduisent à une répartition des sièges entre tous les partis ayant franchi le seuil électoral de 10 % des suffrages exprimés, selon le système du quotient simple, puis de la méthode du plus fort reste[3].

Les membres des forces armées et de la sécurité publique doivent démissionner de leur fonction pour se présenter à une élection législative.

La Cour constitutionnelle statue souverainement sur la validité de l'élection des députés.

Changements récents[modifier | modifier le code]

Un nouveau code électoral (loi n°2018-31) est voté par la commission des lois de l’Assemblée nationale (Bénin), le 7 août 2019[4],[5], suscitant une vive polémique en raison de dispositions destinées à réduire le nombre de formations politiques dans le pays. Parmi les changements, figurent notamment :

  • une forte augmentation de la caution à verser par chaque parti pour pouvoir présenter une liste, de 8,3 millions de FCFA (environ 23 000 euros) à 249 millions de francs CFA (environ 380 000 euros)[6],
  • l'établissement du seuil électoral de 10% des suffrages au niveau national,
  • la nécessité qui en découle pour les partis politiques de s'organiser en coalitions, ou blocs.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale est dirigée par un président élu par les membres et assisté d'un bureau. Tout député peut adresser au président de l'Assemblée des questions écrites ou orales sur ses activités et sa gestion. Le président de l'Assemblée nationale assure l'intérim du président de la République dans les conditions prévues dans la Constitution.

Chaque année, l'Assemblée se réunit en deux sessions ordinaires, en avril et en octobre. Chacune des sessions ne peut excéder trois mois. Si à l'ouverture d'une session, le quorum de la moitié plus un des membres n'est pas atteint, la séance est renvoyée au troisième jour qui suit. Les délibérations sont alors valables, quel que soit le quorum. Les séances doivent se tenir au lieu ordinaire de ses sessions, sauf cas de force majeure dûment constaté par la Cour constitutionnelle.

L'Assemblée nationale peut être convoquée en session extraordinaire par son président à la demande du président de la République ou de la majorité absolue des députés. La durée d'une session extraordinaire est fonction de l'ordre du jour fixé mais ne peut excéder 15 jours.

Le Journal officiel rapporte l'intégralité des débats de l'Assemblée nationale.

Composition[modifier | modifier le code]

Première législature (1991-1995)[modifier | modifier le code]

Seconde législature[modifier | modifier le code]

Election 
1995
Président 
Bruno Amoussou (PSD) élu en 1995
Composition 

Troisième législature[modifier | modifier le code]

Election 
1999
Président 
Adrien Houngbédji (PRD) élu en 1999
Composition 

Quatrième législature[modifier | modifier le code]

Election 
2003
Président 
Antoine Idji Kolawolé (MADEP) élu en 2003
Composition 

Cinquième législature[modifier | modifier le code]

Election 
31 mars 2007
Président 
Mathurin Nago (FCBE) élu le 3 mai 2007 alors ministre de l’Enseignement supérieur
Composition 
Parti Nombre de sièges
Force Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) 35
Parti du renouveau démocratique (PRD) 10
Alliance pour une Dynamique Démocratique (ADD) 20
Force Clé (FC) 4
Union pour la Relève (UPR) 3
Alliance du Renouveau (AR) 2
Coalition pour un Bénin Émergent (CBE) 2
Force Espoir 2
Union nationale pour la démocratie et le progrès 2
Alliance des Forces du Progrès 1
Parti pour la démocratie et le progrès social 1
Restaurer l’Espoir (RE) 1

Sixième législature[modifier | modifier le code]

Septième législature[modifier | modifier le code]

Huitième législature[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]