Assemblée nationale (Afghanistan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Assemblée nationale.
Politique en Afghanistan
Image illustrative de l'article Assemblée nationale (Afghanistan)

L'Assemblée nationale d'Afghanistan est l'institution détentrice du pouvoir législatif en Afghanistan depuis la Constitution de 2004. C'est le chapitre cinq de cette dernière[1] qui fixe sa structure et son rôle au sien du régime politique afghan.

Son siège est dans la capitale Kaboul.

Structure[modifier | modifier le code]

L'Assemblée nationale est bicamérale[2] :

  • la chambre haute, le Sénat (Meshrano Jirga), est composé de 102 membres élus pour un mandat de quatre ans et élus pour les deux tiers par les conseils de province et le tiers restant par le président de la République
  • la chambre basse, la Chambre du peuple (Wolesi Jirga), est composée de 249 membres élus pour un mandat de cinq ans par le peuple afghan

Rôle[modifier | modifier le code]

Étant détentrice du pouvoir législatif, l'Assemblée nationale vote les lois, le budget, contrôle les actions du gouvernement, approuve ou non les nominations présidentielles et ratifie les traités internationaux[2].

L'Assemblée nationale est la seule institution capable de convoquer la Loya Jirga, approuver l'état d'urgence dans le pays et lancer une procédure d'impeachment du Président afghan[2].

Représentant le peuple afghan, la chambre basse est la seule institution pouvant voter une motion de censure contre les membres du gouvernement[2].

Procédure législative[modifier | modifier le code]

L'initiative législative revient aux parlementaires et au gouvernement. La Cour suprême, la plus haute autorité du pouvoir judiciaire peut également proposer une loi, mais uniquement avec l'accord du gouvernement, qui doit présenter la dite loi[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le parlement issu de la Constitution de 2004 est inauguré le (le premier depuis trente ans). Les seuls représentants officiels étrangers sont une délégation du Parlement européen menée par Jürgen Schröder et Anne McLauchlan, ainsi que le Vice-président des États-Unis Dick Cheney qui est arrivé au cours de la cérémonie[3].

La présence d'ancien chefs de guerre au sein des parlementaires est vue par certains interlocuteurs de la délégation européenne comme une menace et un échec des vérifications pour empêcher des criminels de guerre d'être présents au sein du nouveau parlement. A contrario, d'autres personnes pensent que voir la participation de telles personnes à la vie démocratique est un atout pour éviter que ces derniers ne fassent usage de la violence pour résoudre leurs différends[4].

Le gouvernement de l'Inde a approuvé le la construction d'un nouveau bâtiment pour le parlement[5]. Situé dans la périphérie ouest de Kaboul, le nouveau siège comprendra deux salles où siégeront les chambres, une bibliothèque et une salle de prière[6].

Membres[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Chapter Five: National Assembly »,‎ (consulté le )
  2. a, b, c, d et e (en) « Afghanistan’s Parliament: Structure, Roles, and Procedures », United Nations Assistance Mission in Afghanistan,‎ (consulté le )
  3. (fr) Jürgen Schröder, « Compte-rendu de la présence de la délégation à la séance d’inauguration de l'Assemblée nationale afghane du 18 au 21 décembre 2005 », Parlement européen,‎ (consulté le ), p. 2
  4. (fr) Jürgen Schröder, « Compte-rendu de la présence de la délégation à la séance d’inauguration de l'Assemblée nationale afghane du 18 au 21 décembre 2005 », Parlement européen,‎ (consulté le ), p. 3
  5. (en) « Construction of Afghanistan’s Parliament Building and Indian Chancery Complex in Kabul », Gouvernement de l'Inde,‎ (consulté le )
  6. (fr) « Democracy not the preserve of the West: Karzai » (consulté le )