Assemblée de la Foi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Assemblée de la Foi
Mouvement Christianisme évangélique
Courant Néo-pentecôtisme
Siège Budaörs, Hongrie
Territoire Hongrie
Dirigeant Sándor Németh, depuis 1979
Fondateur Sándor Németh
Fondation 1979
Membres 70 000
Églises membres 300
Site Web hit.hu

L'Assemblée de la Foi (en hongrois : Hit Gyülekezete, en anglais : Faith Church) est un regroupement d'églises chrétiennes évangéliques de courant, néo-pentecôtiste hongroise fondée par Sándor Németh en 1979. Mal vue du régime communiste, elle a participé aux cercles dissidents, a été longtemps proche de l'Alliance des démocrates libres (SzDSz) et a vu son existence officiellement reconnue par la nouvelle loi sur les églises en vigueur depuis 2012.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'Assemblée est fondée en 1979 à Budaörs par cinq personnes issues des groupes charismatiques catholiques, dont Sándor Németh et sa femme Judit[1]. Le groupe est très influencé par l'enseignement du prédicateur évangélique américain Derek Prince. Persécuté par le régime communiste, il se rapproche des dissidents et participe à la fondation de l'Alliance des démocrates libres (SzDSz) en 1988.

Comptant déjà environ 2 000 membres, l'Assemblée obtient le statut d'Église à la faveur de la nouvelle loi sur les Églises de 1990. L'un des membres dirigeants de l'Assemblée, Péter Hack, est alors vice-président du groupe parlementaire SzDSz. Après de grands rassemblements à Budapest en lien avec les églises néo-pentecôtistes américaines, l'Assemblée ouvre son propre centre, le Hit Csarnok (la « Halle de la Foi »), en 1998. C'est l'année où une crise interne secoue le mouvement : certains membres, en désaccord avec les pratiques de Sándor Németh, partent fonder l'Assemblée autonome de Budapest (Budapesti Autonóm Gyülekezet).

L'Assemblée est également mal vue du gouvernement de Viktor Orbán qui lance des enquêtes fiscales à son encontre. Németh réplique par une offensive dans les médias : il lance l'hebdomadaire Hetek (« Semaines ») et rachète en 2001 la majorité du capital de la chaine de télévision par câble ATV. Cela lui permet d'accroitre sa visibilité grâce à l'émission hebdomadaire Vidám Vasárnap (« Joyeux Dimanche »). Dans les années 2000, l'Assemblée s'éloigne peu à peu du SzDSz en sérieuse perte de vitesse, et réussit même en 2011 à intégrer la liste très restreinte des quatorze Églises reconnues par la nouvelle loi sur les églises conçue par le gouvernement Fidesz-KDNP de Viktor Orbán, revenu au pouvoir en 2010.

En 2016, la dénomination compte 300 églises et 70 000 membres[2].


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. worldventure.com, IS HUNGARY ON THE BRINK OF CHRISTIAN REVIVAL?, USA, 18 août 2015
  2. CNAAN LIPHSHIZ, Journal timesofisrael.com, Jews and evangelicals remind Hungary’s politicians to never forget, Israel, 12 mars 2016