Assemblée de l'Eswatini

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chambre de l'Assemblée.
Assemblée de l'Eswatini

Description de l'image Coat of arms of Swaziland.svg.
Type
Type Chambre basse
Présidence
Président Guduza Dlamini
Structure
Membres 66 membres

L'Assemblée de l'Eswatini est la chambre basse de son parlement bicaméral.

Composition[modifier | modifier le code]

L'Assemblée compte un nombre de membres variable, ne pouvant excéder 76 selon la constitution[1]. Actuellement, elle en compte 66. 55 sont élus de manière uninominale dans des circonscriptions (les tinkhundla), les autres sont nommés par le roi[1].

Pour être membre, l'individu doit être un citoyen du royaume d’Eswatini, âgé d'au moins 18 ans, être inscrit sur les listes électorales et avoir « payé toutes les taxes ou pris des dispositions satisfaisantes vis-à-vis du commissaire aux impôts »[2].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Les membres élus le sont au sein de circonscriptions, les tinkhundla. Il y en a 14 dans le district de Hhohho, 11 dans celui de Lubombo, 16 dans celui de Manzini et 14 dans celui de Shiselweni[1].

L'élection se fait au scrutin uninominal majoritaire à un tour. Le mandat électoral est de cinq ans. Depuis 1973, les partis politiques ne sont pas autorisés à prendre part aux élections. De plus, les électeurs ne participent en fait qu'au deuxième tour du scrutin. Une présélection des candidats est en effet opérée dans les conseils locaux des chefferies. Chacune d'elles retient les noms de trois candidats, qui se présentent alors devant les électeurs[3]. En pratique, « les candidats sont sélectionnés par les chefs traditionnels loyaux envers le roi »[4].,[5],[3]. Le Parlement n'a que très peu de contrôle sur le gouvernement. Le Premier ministre et ses ministres sont nommés par le roi, sans consulter le corps législatif. La Constitution permet en principe au Parlement d'émettre une motion de censure à l'encontre du gouvernement, mais cette disposition n'est pas respectée dans la pratique[5]. Le roi peut dissoudre le Parlement à sa guise, et appliquer son veto à toute loi adoptée par les législateurs[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) « Legislature », sur Government of Swaziland (consulté le 3 novembre 2017).
  2. (en) « Swaziland's Constitution of 2005 », sur constitueproject.org (consulté le 3 novembre 2017).
  3. a et b « Swaziland : House of Assembly », Union interparlementaire
  4. (en) "Swaziland votes in no-party election", BBC News, 20 septembre 2013
  5. a b et c « Elections législatives au Swaziland: l’opposition dénonce une mascarade », Radio France internationale, 20 septembre 2013