Assem Qanso

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article biographique nécessite des références supplémentaires pour vérification (décembre 2014).

Améliorez cet article en ajoutant des sources sûres. Toute information controversée sans source ou d'une source de mauvaise qualité à propos d'une personne vivante doit être supprimée immédiatement, en particulier si celle-ci est potentiellement diffamatoire. Pour une aide complémentaire consultez également Wikipédia:Notoriété des personnes.

Assem Qanso
Assem Qanso with Nicolae Ceaușescu.jpg

Assem Qanso

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Autres informations
Parti politique

Assem Qanso (né à Baalbek en 1937) est un homme politique libanais de confession musulmane, chef du parti Baas au Liban.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a effectué des études d'ingénieur en Yougoslavie (1963, mines et géologie) puis en Roumanie (pétrole et géologie).

Assem Qanso est marié et père de 5 enfants. Il ne doit pas être confondu avec Ali Qanso, chef du Parti social nationaliste syrien (PSNS).

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il rejoint le Baas libanais en 1953. Durant la guerre du Liban, la branche libanaise du parti est divisé en deux groupes hostiles : le Baas syrien et le Baas irakien. Qanso est résolument baasiste syrien. Il est réputé pour la brutalité de ses discours. Il a publiquement menacé Walid Joumblatt de mort le , en plein séance parlementaire : « Vous avez dépassé toutes les limites. La guerre d'Israël arrive et les agents cachés ne seront pas protégés des fusils de la résistance. » Il a publiquement supporté la prolongation du mandat d'Émile Lahoud () avant même que la Syrie ne fasse connaître sa décision. Qanso était un opposant farouche à la révolution du cèdre. Il ne sera pas réélu au parlement libanais en 2005. Le 2 février 2005, il qualifie Walid Joumblatt « d'espion » en raison du support de celui-ci pour la Résolution 1559 (2004) du Conseil de sécurité des Nations unies : « vous serez crucifié sur la décharge de l'histoire, comme symbole de votre ingratitude et de vos coups de poignards dans le dos » et « vous n'êtes pas hors d'atteinte de nos militants ».