Asparagopsis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le genre d’algues rouges. Pour le genre de plantes (dont fait partie l’asperge), voir Asparagus.

Asparagopsis est un genre d'algues rouges de la famille des Bonnemaisoniaceae.

Répartition[modifier | modifier le code]

Les deux espèces ont une répartition cosmopolite, Asparagopsis armata est retrouvée dans les zones tempérées et Asparagopsis taxiformis dans les zones tropicale à tempérées chaudes.

Espèce invasive[modifier | modifier le code]

Asparagopsis peut former en Méditerranée des tapis monospécifiques[2],[3],[4],[5],[6] ce qui a certainement justifié son classement comme l’un des « 100 taxons les plus menaçants en tant qu’espèces invasives ».

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Le genre est connu pour sa nomenclature dynamique complexifiée par des confusions taxonomique. Au sein du genre, huit espèces nominales ont été répertoriées parmi lesquelles quatre sont actuellement acceptées : A. armata Harvey, A. taxiformis (Delile) Trevisan de Saint-Léon, A. sanfordiana f. amplissima Setchell & Gardner et A. svedelii W.R.Taylor[7]. Toutefois, en excluant les synonymies, seules trois espèces sont retenues à ce jour comme taxonomiquement différentes : A. armata, A. svedelii et A. taxiformis[8].

Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon AlgaeBase (28 août 2014)[9] et World Register of Marine Species (28 août 2014)[10] :

Selon ITIS (7 juillet 2014)[11] :


ITIS (7 juillet 2014)[11] ajoute donc à la liste l'espèce Asparagopsis hamifera, qui est cependant classée par AlgaeBase et WoRMS comme synonyme de Bonnemaisonia hamifera Hariot, 1891.


Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AlgaeBase, consulté le 11 juin 2014
  2. Sala, E. et Boudouresque, C.F., « The role of fishes in the organization of a Mediterranean sublittoral community. I: Algal Communities. », Journal of Experimental Marine Biology and Ecology, no 212,‎ , p. 25-44
  3. Boudouresque, C.F. et Verlaque, M., « Biological pollution in the Mediterranean Sea: invasive versus introduced macrophytes. », Marine Pollution Bulletin, no 44(1),‎ , p. 32-38
  4. Streftaris, N. et Zenetos, A., « Alien marine species in the Mediterranean-the 100 “Worst Invasives” and their impact. », Mediterranean Marine Science, no 7,‎ , p. 87-117
  5. EUROPEAN ENVIRONMENTAL AGENCY EEA, Halting the loss of biodiversity by 2010: proposal for a first set of indicators to monitor progress in Europe. EEA Technical Report No 11/2007., Copenhagen, Denmark., , 182 p.
  6. Guerra-García, J. M., Ros, M., Izquierdo, D. et Soler-Hurtado, M. M., « The invasive Asparagopsis armata versus the native Corallina elongata: Differences in associated peracarid assemblages. », Journal of Experimental Marine Biology and Ecology, nos 416-417,‎ , p. 121-128
  7. Guiry & Guiry, « Algae Base », National University of Ireland, Galway., (consulté le 28 août 2014)
  8. Appeltans, W., Bouchet, P., Boxshall, G. A., Fauchald, K., Gordon, D. P., Hoeksema, B. W., … Costello, M. J., « World Register of Marine Species (WORMS) », (consulté le 28 août 2014)
  9. AlgaeBase, consulté le 28 août 2014
  10. World Register of Marine Species, consulté le 28 août 2014
  11. a et b ITIS, consulté le 7 juillet 2014