Asnois (Vienne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asnois.

Asnois
Asnois (Vienne)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Arrondissement de Montmorillon
Canton Civray
Intercommunalité Communauté de communes du Civraisien en Poitou
Maire
Mandat
Thierry Neel
2014-2020
Code postal 86250
Code commune 86012
Démographie
Gentilé Asnoisiens[1]
Population
municipale
161 hab. (2016 en augmentation de 14,18 % par rapport à 2011)
Densité 9,9 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 47″ nord, 0° 24′ 49″ est
Altitude 160 m
Min. 120 m
Max. 182 m
Superficie 16,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Asnois

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Asnois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Asnois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Asnois

Asnois est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Asnois
Charroux
Genouillé Asnois Pleuville
(Charente)
Surin Chatain

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La région d'Asnois présente un paysage de plaines vallonnées et boisées, de bocages et de vallées. Le terroir se compose de[2] :

  • d'argile à silex peu profonde (pour 49 %) et de Bornais (pour 12 %) sur les plateaux du seuil du Poitou (les bornais sont des sols brun clair sur limons, profonds et humides, à tendance siliceuse) ;
  • de calcaires (pour 11 %) dans les vallées et les terrasses alluviales ;
  • de groies superficielles (pour 29 %) dans les plaines. Les groies sont des terres du Sud-Ouest de la France, argilo-calcaires, peu profondes - en général de moins de 50 cm d’épaisseur – et plus ou moins riches en cailloux. Elles sont fertiles et saines et donc, propices à la polyculture céréalière mais elles s'assèchent vite.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Charente sur 5 km.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom du village proviendrait du celte ana qui veut dire marécage[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[4]
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Hubert Delhomme    
mars 2008   Thierry Neel    

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2016, la commune comptait 161 habitants[Note 1], en augmentation de 14,18 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
540552559490535580522532528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
542586558565533522550519514
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532502454422457425383363344
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
338313229214183151149141161
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’INSEE, la densité de population de la commune était de 9 hab./km2, 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Économie[modifier | modifier le code]

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes, il n'y a plus que 17 exploitations agricoles en 2010 contre 19 en 2000[9].

Les surfaces agricoles utilisées ont augmenté et sont passées de 891 hectares en 2000 à 1 130 hectares en 2010[9].Ces chiffres indiquent une concentration des terres sur un nombre plus faible d’exploitations. Cette tendance est conforme à l’évolution constatée sur tout le département de la Vienne puisque de 2000 à 2007 , chaque exploitation a gagné en moyenne 20 hectares[10].

40 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 16 % pour les oléagineux (colza et tournesol), 14 % pour le fourrage et 28% reste en herbes. En 2010 comme en 2000, un hectare est consacré à la vigne[9].

Cinq exploitations en 2010 (contre six en 2000) abritent un élevage de bovins (838 têtes en 2010 contre 626 têtes en 2000). 5 exploitations en 2010 (contre 6 en 2000) abritent un élevage d'ovins (95 têtes en 2010 contre 193 têtes en 2000). L'élevage de volailles a connu une baisse: 256 têtes en 2000 répartis sur huit fermes contre 147 têtes en 2010 répartis sur sept fermes[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église du XVe siècle.
  • Fuye (pigeonnier) au sud du château de Beauregard est inscrit comme monument historique depuis 1987.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Selon certains écrits, le roi de France François Ier a séjourné au château de Beauregard.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur le site habitants.fr Consulté le 27/09/2008.
  2. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  3. Le Patrimoine des communes de la Vienne en 2 tomes – Édition FLOHIC – 2002 – (ISBN 2-84234-128-7)
  4. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b c et d Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées Agreste
  11. Poitou-Charentes Nature, 2000