Asmodée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le démon Asmodée. Pour les autres significations, voir Asmodée (homonymie).
Asmodée dépeint dans le Dictionnaire Infernal de Collin de Plancy.

Asmodée est un démon de la Bible possédant de nombreux autres noms : Asmoth, Aschmédaï, Asmoday, Asmodeus, Aesma, Asmadai, Asmodius, Asmodaios, Hasmoday, Chashmodai, Azmonden, Sidonay, ou encore Asmobée. Il est présent dans les croyances de la goétie, science occulte de l'invocation d'entités démoniaques.

Le nom Asmodée viendrait de l'altération du nom d'un démon avestique, Aešma-daeva, littéralement démon de la colère qui pourrait aussi signifier en hébreu « celui qui fait périr ». Il est mentionné dans le livre de Tobit, III.8, chassé du corps de Sara par l'archange Raphaël. Traduit en latin par Asmodeus, sa signification est « Le souffle ardent de Dieu ».

Sainte Françoise Romaine (1384-1440) relate, dans le chapitre VI de son traité sur l'enfer, qu'Asmodée était dans le ciel un Chérubin avant sa révolte contre Dieu. Il est aujourd'hui l'ange déchu qui préside à tous les péchés de luxure.

Surintendant des Enfers et des maisons de jeu, Asmodée sème dissipation et terreur. Selon certaines versions, il serait le serpent qui séduisit Ève. Azazel est aussi connu selon d'autres pour être ce serpent. Il est souvent représenté comme un démon aux ailes de chauve-souris, regardant l'intérieur des maisons en soulevant le toit.

Le Lemegeton le mentionne en 32e position de sa liste de démons. Selon l'ouvrage, Asmodée est un des rois de l'enfer. Il possède trois têtes : de buffle, d'homme et de bélier. Il a la queue d'un serpent et les pattes d'une oie. Il chevauche un dragon infernal et porte une lance. Il enseigne la géométrie, l'arithmétique, l'astronomie et l'artisanat. Il peut rendre l'invocateur invisible et lui faire connaître les trésors cachés.

La Pseudomonarchia Daemonum le mentionne en 35e position de sa liste de démons sous le nom de Sidonay, alias Asmoday, et lui attribue des caractéristiques similaires.

Utilisations ludiques[modifier | modifier le code]

  • Le nom Asmo est utilisé dans le MMORPG Shaiya pour désigner le boss des ruines de Minagrain ou dans la demeure de phantasmagore. Dans le donjon de Cloron, on peut le retrouver sous le nom de « Simulacre d'Asmodeus ».
  • On peut trouver également le terme de « Asmodéhus » (Asmodeus) dans le manga Dreamland de Reno Lemaire. Dans ce manga, Asmodehus est un seigneur cauchemar ayant le pouvoir élémentaire du feu ; on le surnomme le gardien des Enfers.
  • Asmodéus est aussi utilisé dans le MMORPG War of the Immortal ainsi que d'autre nom d'entités comme : Lilith, Lucifer.
  • Asmodan est également un personnage à combattre dans le jeu vidéo Diablo 3.
  • Asmodeus est le nom du chat de la sorcière qui est capable de se régénérer dans Le Pouvoir des Cinq : tome 1.
  • Dans le jeu Terranigma, un virus utilisé pour éradiquer la population humaine de la planète s'appelle Asmodeus (sous prétexte de rendre les gens immortels, il les change en zombies).
  • Asmodeus est aussi la divinité dont est issue la secte de fanatiques du jeu Star Ocean: The Last Hope, qui veulent le faire ressusciter afin qu'il brûle le monde, et ainsi, laisser la place à un monde nouveau débarrassé des êtres humains. Pour cela, ils tentent de sacrifier une jeune fille du peuple de l'air, ressemblant exactement à l'image que l'on a des anges (outre sa pureté absolue, elle porte de grandes ailes blanches dans le dos).
  • Dans la série Buffy contre les vampires, Willow tente de prononcer une formule invoquant Asmodée avant d'être arrêté par Giles (saison 6, épisode 22).
  • Dans le premier tome de la saga Rougemuraille, Asmodeus est une vipère géante mâle aux yeux hypnotiques, ayant dérobé l'épée de Martin le Guerrier. Il sera tué à la fin du livre.
  • Asmodeus est aussi le boss final du jeu de combat Mace: The Dark Age, sorti en 1997 sur Nintendo 64.
  • Asmodée est également le nom d'une maison d'édition de jeux de société.
  • Asmodeus apparait également dans le manga beelzebub en tant que ancien roi de l'enfer
  • Dans le visual novel Kamidori Alchemy Meister, Asmodeus fait partie des personnages jouable
  • Asmodeus est le nom d'un démon récurrent de la série de jeux vidéo Megami Tensei.
  • Asmodaï est le nom d'un chapelain-investigateur dans le jeu de rôle Warhammer 40000
  • Asmodeus apparaît également dans le comics Lady Death.
  • Dans les œuvres de Cassandra Clare, Asmodée, appelé Asmodeus, est le père de Magnus.

Culture[modifier | modifier le code]

Asmodée est le titre de la première pièce de théâtre de François Mauriac, créée en novembre 1937 à la Comédie-Française et publiée en 1938 aux éditions Grasset.

Il apparaît dans le film Equinox (1970).

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Johann Weyer, Pseudomonarchia daemonum,‎ (présentation en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Lemegeton,‎ (présentation en ligne), p. 1-45 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques Collin de Plancy, Dictionnaire infernal ou Bibliothèque Universelle sur les êtres, les personnages, les livres, les faits et les choses, qui tiennent aux apparitions, à la magie, au commerce de l'enfer, aux divinations, aux sciences secrètes, aux grimoires, aux prodiges, aux erreurs et aux préjugés, aux traditions et aux contes populaires, aux superstitions diverses, et généralement à toutes les croyances merveilleuses, surprenantes, mystérieuses et surnaturelles, Tome premier, P. Mongie aîné,‎ , 390 p. (présentation en ligne)
  • Jacques Collin de Plancy, Dictionnaire infernal ou Bibliothèque Universelle sur les êtres, les personnages, les livres, les faits et les choses, qui tiennent aux apparitions, à la magie, au commerce de l'enfer, aux divinations, aux sciences secrètes, aux grimoires, aux prodiges, aux erreurs et aux préjugés, aux traditions et aux contes populaires, aux superstitions diverses, et généralement à toutes les croyances merveilleuses, surprenantes, mystérieuses et surnaturelles, Tome second, P. Mongie aîné,‎ , 404 p. (présentation en ligne)
  • Jacques Collin de Plancy, Dictionnaire des sciences occultes… ou Répertoire universel des êtres, des personnages, des livres… qui tiennent aux apparitions, aux divinations, à la magie… (t. 48-49 de l' Encyclopédie théologique), Migne,‎ , 2232 p. (présentation en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Articles connexes[modifier | modifier le code]