Aslı Erdoğan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Erdoğan.
Aslı Erdoğan
Naissance (50 ans)
Istanbul, Turquie
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture turc
Genres

Aslı Erdoğan, née le 8 mars 1967, est une romancière turque, journaliste, militante pour les droits de l'homme , arrêtée le 17 août 2016 et emprisonnée dans la prison Bakırköy d'Istanbul, libérée le 29 décembre 2016[1],[2]. Elle est lauréate du prix Tucholsky 2016 et du Prix de la paix Erich-Maria-Remarque 2017[3], qui sont des prix récompensant l'engagement en faveur de la paix. Asli Erdoğan reçoit aussi le Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes 2018 (Remise du Prix, le 10 janvier 2018).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère est une intellectuelle originaire de Salonique tandis que son père est un Circassien qui a dû abandonner sa région natale[4]. Ses parents ont été détenus et torturés par les régimes turcs issus de putschs, dans les années 1980 et 1990[1].

Elle apprend à lire à quatre ans et est détectée surdouée. Elle intègre le Robert College en étant 6e au concours d'entrée. Elle suit des études de physique et intègre à 24 ans le centre européen de recherche nucléaire à Genève où elle devient la première étudiante turque en physique dans ce centre de recherche[5]. Devenue chargée de recherche en physique nucléaire, elle interrompt ce parcours scientifique pour se consacrer à l'écriture[6]. Elle fait deux tentatives de suicide, l'une à 10 ans, l'autre à 22 ans[7].

Après deux années en Amérique latine consacrées à des études d'anthropologie, elle rentre en Turquie en 1996 et reprend sa production littéraire.

Elle n'a aucun lien de parenté avec Recep Tayyip Erdoğan[8].

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Aslı Erdoğan écrit son premier roman, Kabuk Adam (L'Homme écorce), en 1993[9]. Le Mandarin miraculeux (Mucizevi Mandarin) est un recueil de nouvelles se passant à Genève dans lequel on retrouve certains de ses thèmes récurrents : l'amour impossible, la vie en terre étrangère, le danger comme un défi, etc[6],[10].

Jusqu'en 2000, elle rédige une chronique dans le quotidien de gauche turc Radikal. L'ensemble de ses chroniques sont ensuite publiées dans l'ouvrage Bir Yolculuk Ne Zaman Biter. En 2003, elle réside durant quelques mois à la Maison des écrivains étrangers et des traducteurs à Saint-Nazaire, en France[6]. De retour en Turquie, elle devient collaboratrice du quotidien Özgür Gündem.

Publié en 2009, Le Bâtiment de pierre (Taş Bina ve Diğerleri) est un roman consacré au monde carcéral[1].

Récompensée à de nombreuses reprises, Aslı Erdoğan est traduite dans différentes langues dont l'arabe (comme seulement trois autres écrivaines turques)[11]. Elle est particulièrement reconnue pour ses nouvelles et son ton mordant.

Engagement[modifier | modifier le code]

Aslı Erdoğan s'engage dans la défense des droits humains, des droits des femmes (elle dénonce des viols de jeunes kurdes par la police turque) ainsi que de la cause kurde et la reconnaissance du génocide arménien[12].

De 1998 à 2000, elle représente la Turquie dans le Comité des écrivains emprisonnés du Pen Club International[13].

En 2014, pour dénoncer le siège de Kobané par les forces de l’État islamique, elle est à l'origine d’une marche des écrivains à la frontière syrienne[13].

Emprisonnement[modifier | modifier le code]

Le 17 août 2016, dans un contexte de purges, elle est arrêtée en même temps que les vingt autres membres de la rédaction de ce journal d'opposition en raison de son soutien à la minorité kurde[1]. Bien que ne cautionnant pas les violences du PKK, elle a à plusieurs reprises défendu leur droit à l’enseignement, ou à la création d’un parti politique légal ; elle avait par ailleurs dénoncé les exactions dont sont victimes les membres de cette minorité et médiatisé plusieurs affaires de viol commis sur des filles kurdes par la police turque. Ce soutien lui vaut l'accusation d'« appartenance à une organisation terroriste ». Quelques jours avant son arrestation, elle avait publié sur son blog une « lettre grave et nécessaire », où elle faisait part de ses craintes sur les libertés publiques et sur la politique menée en Turquie après la tentative de coup d'État[14].

Suite à son arrestation et à la menace d'emprisonnement à perpétuité, plusieurs appels internationaux sont lancés, dont un en France par le webmagazine Kedistan[15], rejoint par Tieri Briet et Ricardo Monserrat pour la soutenir en lisant ses textes[16].

Le 23 novembre, l'annonce de sa libération, ainsi que de celle de la linguiste de 70 ans Necmiye Alpay (tr) (traductrice entre autres de Paul Ricœur, René Girard, Lénine, Wallerstein)[17], fait les titres de la presse turque et internationale[18] pour être démentie dans la journée[19],[20] suscitant l'inquiétude au vu de son état de santé dégradé.

Le 29 décembre 2016, après plus de quatre mois d'emprisonnement, un tribunal turc ordonne sa libération immédiate sous contrôle judiciaire[21] en attendant la tenue de son procès le 31 octobre 2017. Elle risque la prison à perpétuité[22]. Pendant quelques mois, elle est interdite de sortie du territoire puis son passeport lui est restitué en septembre 2017, afin de pouvoir chercher son prix de la paix Erich-Maria-Remarque en Allemagne[22]. Elle se rend en France où elle est reçue par la ministre de la Culture[23] puis sur le plateau de La Grande librairie par le journaliste François Busnel.

Œuvres[modifier | modifier le code]

En français

  • Le Mandarin miraculeux (Mucizevi Mandarin), 1996.
  • La Ville dont la cape est rouge (Kırmızı Pelerinli Kent), 1998.
  • Les Oiseaux de bois (Tahta Kuşlar), traduit en 9 langues, traduction française par Jean Descat, Actes Sud, 2009[24].
  • Je t'interpelle dans la nuit (Gecede Sana Sesleniyorum) traduction française de Esin Soysal-Dauvergne parue en 2009.
  • Le Bâtiment de pierre (Taş Bina ve Diğerleri), traduction française parue en 2013 chez Actes Sud.
  • Le silence même n'est plus à toi, traduction française par Julien Lapeyre de Cabanes, Actes Sud, 2017

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Hala Kodmani, « Asli Erdogan, romancière emprisonnée en Turquie », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. « Asli Erdogan : “J'étais la cible idéale, la 'sorcière' qu'il faut brûler” », Le nouvel observateur,‎ (lire en ligne)
  3. « Asli Erdogan: «En Turquie, la situation est extrêmement noire» », sur rfi.fr, (consulté le 14 octobre 2017)
  4. [1]
  5. « Libertés conditionnelles », Le courrier,‎ (lire en ligne)
  6. a, b et c Timour Muhidine, « Erdoğan, Aslı [Istanbul 1967] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (lire en ligne), p. 1439-1440
  7. Annick Cojean, « Asli Erdogan : « Rien ne compensera jamais un jour de prison » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  8. Delphine Minoui, « Turquie, une romancière derrière les barreaux », Le Figaro Magazine, semaine du 2 septembre 2016, page 24.
  9. Mehmet Basut, « Aslı Erdoğan : Portrait insaisissable d’une jeune écrivaine tourmentée », Femmes méditerranéennes,‎ (lire en ligne)
  10. Josyane Savigneau, « Laveggi, Erdogan, deux femmes pour un éloge de la brièveté », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. Par Clémence Maret, « Le témoignage de l’éditeur d’Asli Erdogan, écrivaine turque emprisonnée », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  12. Par Alice Colmart, « En Turquie, l’écrivaine Asli Erdogan reste en détention », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  13. a et b Hala Kodmani, « Asli Erdogan, romancière emprisonnée en Turquie », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  14. La-Croix.com, « En Turquie, l’écrivaine Asli Erdogan est résolument captive », sur La Croix, (consulté le 13 septembre 2016)
  15. « Aslı Erdoğan, trois jours en décembre seraient un début... », sur KEDISTAN, (consulté le 4 janvier 2017)
  16. Tieri Briet, « Asli Erdogan : campagne d'urgence », Diakritik,‎ (lire en ligne)
  17. Par le 06/09/2016 à 11h11, « En Turquie, l’arrestation d’un esprit libre », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  18. « Turquie : la justice décide de libérer Asli Erdogan et Necmiye Alpay », ActuaLitté,‎ (lire en ligne)
  19. « Turquie : la romancière Asli Erdogan reste en prison », Télérame,‎ (lire en ligne)
  20. « Turquie : la romancière Asli Erdogan reste finalement en détention », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  21. « Turquie : la justice ordonne la remise en liberté de l’auteure Asli Erdogan », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  22. a et b « Asli Erdogan: «En Turquie, la situation est extrêmement noire» », sur rfi.fr, (consulté le 14 octobre 2017)
  23. « Asli Erdogan reçue par Françoise Nyssen », sur FIGARO, (consulté le 22 septembre 2017)
  24. Cécile Oumhani, « Les oiseaux de bois, d’Asli Erdogan », babelmed.net,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « Aslı Erdoğan Receives Tucholsky Prize », Bianet - Bagimsiz Iletisim Agi,‎ (lire en ligne)
  26. Valérie Marin la Meslée, « Sortie de Turquie, Asli Erdogan est l'invitée de "La Grande Librairie" », Le Point,‎ (lire en ligne)
  27. « Asli Erdogan, Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes 2018 », ActuaLitté,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]