Ashin Wirathu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ashin Wirathu est un nom birman ; les principes des noms et prénoms ne s'appliquent pas ; U et Daw sont des titres de respect.


Ashin Wirathu
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
ဝီရသူVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Titre honorifique
Ashin (en)

Ashin Wirathu (Birman : ဝီရသူ) (né le à Kyaukse, dans la région de Mandalay) est un moine bouddhiste birman, à la tête du mouvement 969 s'attaquant aux Rohingya, minorité musulmane venue du Bangladesh et de confession sunnite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le leader du mouvement 969 et un membre influent de l'association Ma Ba Tha (မဘသ) qui prônent notamment le boycott des commerces musulmans[1] et l'interdiction des mariages inter-religieux[2].

Il est accusé d'attiser la haine raciale et religieuse, crime pour lequel il a été condamné en 2003 à 25 ans de prison. Il a été libéré en 2012 lors d'une amnistie nationale.

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Critiques dans la presse[modifier | modifier le code]

En 2013, le journaliste David Aaronovitch (en) écrivait à son propos : « L’Hitler de Birmanie est bouddhiste et ses juifs sont les musulmans rohingyas[3] ». En juillet 2013 le magazine Time le met à la une comme étant « le visage de la terreur bouddhiste »[4] ; sa diffusion a été interdite en Birmanie[5]. Le magazine The Economist le décrit comme un « chauviniste notoire », pour qui « le bouddhisme est l'équivalent d'un nationalisme étroit »[6]. Interviewé par le GlobalPost, il a déclaré : « les musulmans sont comme la carpe africaine. Ils se reproduisent rapidement, sont très violents et se mangent entre eux. Même s'ils sont une minorité ici [en Birmanie], nous souffrons du fardeau qu'ils nous amènent[7]. »

On le surnomme le « ben Laden birman »[8]. Son mouvement fait un large usage des réseaux sociaux pour diffuser des propos islamophobes qui se sont faits de plus en plus violents dans la période préélectorale des élections législatives de novembre 2015, favorisant la volonté du gouvernement d'exclure de ces élections les candidats musulmans et les électeurs Rohingyas[9] [10].

Le clergé bouddhiste a réagi en mars 2017, en l'interdisant de prêcher. Cependant, Ashin Wirathu continue d'organiser des rassemblement de milliers de personnes où il se présente, un sparadrap collé sur la bouche, avec un magnétophone qui diffuse ses anciens discours[11].

Documentaire[modifier | modifier le code]

Le Vénérable W. (2017), réalisé par Barbet Schroeder dans le cadre de sa « trilogie du mal »[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gianluca Mezzofiore, « Fanatical Buddhist Monk Saydaw Wirathu Calling for Boycott of Myanmar Muslims », International Business Times,‎ (lire en ligne)
  2. (en) Shibani Mahtani, « Myanmar Plan to Curb Interfaith Marriage Gains Support », Wall Street Journal,‎ (lire en ligne)
  3. Bernard Godard, La Question musulmane en France, Fayard, (ISBN 978-2-213-68490-1, lire en ligne), p. 65
  4. (en) Hannah Beech "The Face of Buddhist Terror", Time magazine, 1er juillet 2013.
  5. (en) « 'Buddhist Terror' article banned in Myanmar », sur The Sydney Morning Herald (consulté le 14 août 2016)
  6. (en) Buddhism v Islam in Asia: Fears of a new religious strife, The Economist, 27 juillet 2013.
  7. (en) James Waller, Confronting Evil: Engaging Our Responsibility to Prevent Genocide, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-930071-6, lire en ligne), p. 182 : « Muslims are like the African carp. They breed quickly and they are very violent and they eat their own kind. Even though they are minorities here, we are suffering under the burden they bring us. »
  8. Judith Lachapelle, « Le moine birman Ashin Wirathu: la haine en robe safran », sur lapresse.ca,
  9. [1] RFI 9.09.2015
  10. [2] francetvinfo 14/09/2015
  11. Catherine Schwaab, « Aung San Suu Kyi, la dame menacée par la junte », Paris Match, semaine du 8 au 14 juin 2017, pages 105-108.
  12. [3]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]