Ashes to Ashes (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ashes to Ashes.

Ashes to Ashes

Single par David Bowie
extrait de l'album Scary Monsters (and Super Creeps)
Face B Move On
Sortie 1er août 1980
Enregistré The Power Station, New York
Good Earth, Londres
février-avril 1980
Durée 3:35 (single)
4:23 (album)
Genre new wave
Format 7"
Auteur David Bowie
Compositeur David Bowie
Producteur David Bowie
Tony Visconti
Label RCA
Classement
  1. 1 (UK)

Singles par David Bowie

Pistes de Scary Monsters (and Super Creeps)

Ashes to Ashes est une chanson de David Bowie apparue sur son album Scary Monsters (and Super Creeps), sorti en 1980. Elle est également éditée en single, qui atteint la première place des charts au Royaume-Uni. Elle raconte la suite du premier grand succès de Bowie, Space Oddity publié en 1969, et l'on y retrouve le Major Tom, onze ans après avoir perdu sa trace dans l'espace. Au-delà de ses qualités musicales, elle est célèbre pour son clip innovant, réalisé par Bowie et David Mallet. Bowie a déclaré qu'avec cette chanson, il avait « vraiment réglé les seventies en ce qui me concernait, et ça avait l'air d'être une assez bonne épitaphe pour elles »[1].

Musique et paroles[modifier | modifier le code]

Ashes to Ashes est une chanson mélancolique et introspective, dans laquelle Bowie revient sur son premier grand succès, Space Oddity (1969) – « Do you remember a guy that's been / In such an early song? » (« Te souviens-tu d'un type qui apparaissait / Dans une chanson si ancienne ? »). Le Major Tom, dépeint comme un astronaute perdu dans l'espace dans Space Oddity, envoie un message au ground control qui avait perdu sa trace onze années plus tôt : « I'm happy, hope you're happy too / I've loved all I've needed to love / Sordid details following » « (je suis heureux, j'espère que vous aussi. J'ai aimé tout ce que j'avais besoin d'aimer, des détails sordides suivront) ». Il est devenu dans Ashes to Ashes un simple drogué en plein délire, qui n'a plus d'argent, plus de cheveux, qui veut revenir mais qui reste coincé avec un important ami. « We know Major Tom's a junkie » (« On sait que le Major Tom est un junkie ») dit le chœur.

La chanson a été déclarée « contenant le plus de messages à la seconde » que tout autre single sorti en 1980[2]. Elle contient également des réflexions plaintives du chanteur sur son parcours artistique et moral : « I've never done good things/I've never done bad things/I've never did anything out of the blue » (« Je n'ai jamais fait le bien/Je n'ai jamais fait le mal/je n'ai jamais rien fait d'imprévu »).

Les dernières lignes, « My mama said to get things done, you better not mess with Major Tom » (« Ma maman disait que pour faire les choses bien / Tu ferais mieux de ne pas fréquenter le Major Tom »), ont été comparées aux paroles d'une comptine[3] :

My mother said (Ma maman disait)
That I never should (que je ne devais jamais)
Play with the gypsies in the wood (aller jouer avec les gitans dans les bois)

Dans une interview à NME peu après la sortie du single, Bowie déclara lui-même que la chanson était « vraiment une ode à l'enfance, si vous voulez, une comptine populaire. Ça parle d'astronautes qui deviennent des junkies (rires) »[4].

Musicalement, Ashes to Ashes est remarquable pour ses sons de cordes synthétiques, en opposition totale avec la basse funk très rude, et ses arrangements vocaux complexes. Ses textures, semblables à celles d'un chœur, furent créées par Chuck Hammer avec quatre guitares-synthétiseurs, chacune jouant des séquences d'accords inversés, soutenues par la voix de Bowie totalement impassible faisant les chœurs[5].

Clip[modifier | modifier le code]

Le clip de Ashes to Ashes fut l'un des plus représentatifs des années 1980. Il coûta 250 000 dollars, ce qui en faisait, à l'époque, le clip le plus cher jamais réalisé[3]. Il inclut des scènes en couleurs solarisées et d'autres dans un noir et blanc austère, avec Bowie vêtu d'un costume de Pierrot, caractéristique de sa période Scary Monsters. Steve Strange et d'autres Blitz Kids londoniens y apparaissent également, préfigurant le mouvement des Nouveaux Romantiques, fortement influencé par la musique et l'image de Bowie[3].

Bowie décrit la scène où lui et les Blitz Kids s'avancent vers la caméra devant un bulldozer comme symbolisant « la violence qui approche »[6]. Les scènes où Bowie apparaît dans une combinaison spatiale et celles le montrant enfermé dans une cellule capitonnée font références au Major Tom et à sa nouvelle interprétation par Bowie.

Les lecteurs du Record Mirror ont élu Ashes to Ashes et Fashion, le single suivant de Bowie, meilleurs clips de l'année 1980[7].

Parution[modifier | modifier le code]

Ashes to Ashes atteignit la quatrième place dans les charts au Royaume-Uni durant sa première semaine et se hissa à la première place une semaine après. Il fut édité avec trois pochettes différentes, et les 100 000 premiers exemplaires contenaient une planche de neuf timbres (il en existait quatre en tout) représentant tous Bowie dans le costume de Pierrot qu'il porte dans le clip[8]. La face B, Move On, était tirée de son précédent album, Lodger, sorti en 1979. Aux États-Unis, la face B était It's No Game (No. 1), et en Allemagne, Alabama Song. Le single ne se classa pas aux États-Unis.

Crédits[modifier | modifier le code]

Versions alternatives[modifier | modifier le code]

Une rumeur persistante veut qu'il existe une version longue de 13 minutes de cette chanson, avec des paroles supplémentaires et un solo de synthétiseur, qui ne fut jamais publiée[1]. Des versions de plus de 10 minutes apparaissent sur divers bootlegs, mais ce sont des faux, qui se contentent de répéter certains passages de la chanson pour atteindre cette durée.

Reprise[modifier | modifier le code]

Le groupe Tears for Fears a repris ce titre (interprété à cette occasion par Roland Orzabal) au début des années 1990, à la demande du magazine anglais NME[9], qui avait alors le projet d'éditer une compilation (qui s'intitulera finalement Ruby Trax - The NME's Roaring Forty) regroupant des reprises de chansons ayant atteint le no1 au Royaume-Uni. Le Ashes to Ashes de Tears for Fears a été édité sur leur album Saturnine Martial and Lunatic en 1996.

L'artiste belge Sacha Toorop a repris Ashes to Ashes avec sa formation « Zop Hopop » (album Western, 2001).

Une reprise jazz a été faite par Bojan Z sur son album Xenophonia (2006).

Le groupe Northern Kings a aussi repris cette chanson sur son album Reborn (octobre 2007).

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nicholas Pegg, The Complete David Bowie, 2000, p. 29-31.
  2. Roy Carr & Charles Shaar Murray, Bowie: An Illustrated Record, 1981, p. 109-116.
  3. a, b et c David Buckley, Strange Fascination - David Bowie: The Definitive Story, 1999, p. 366-369.
  4. Angus MacKinnon, "The Future Isn't What It Used to Be", NME, 13 septembre 1980, p. 37.
  5. Chris Welch, David Bowie: We Could Be Heroes, 1999, p. 136.
  6. Steve Malins, "Meeting the New Romantics", Mojo 60 Years of Bowie, 2007, p. 78.
  7. Nicholas Pegg, op. cit., pp. 75-76.
  8. (en) Scary Monsters sur le site BowieGoldenYears
  9. http://memoriesfade.com/songs/ata.php

Lien externe[modifier | modifier le code]