Asclépiade de Bithynie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asclépiade.
image illustrant la Grèce antique image illustrant la médecine
Cet article est une ébauche concernant la Grèce antique et la médecine.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Asclépiade de Bithynie (en grec ancien Ασκληπιάδης ο Βιθυνός / Asklêpiádês o Bithunós) est un médecin, physicien et philosophe grec né à Pruse en Bithynie vers 124 av. J.-C. Selon Jackie Pigeaud, « Faire naître Asclépiade dans les années -150, et le faire mourir vers les années -65, aux alentours de 85 ans, me parait très raisonnable »[1].

Après avoir exercé en Grèce, il s'établit à Rome, y fonda une école privée, obtint de grands succès à l'époque de Pompée le Grand, et y mourut en 40 av. J.-C. Les historiens sont en désaccord sur le fait qu'il ait été l'ami et le médecin soit de Cicéron, soit de Crassus[1]. Selon Pline l'Ancien, il se serait engagé à renoncer d'être médecin si jamais il tombait malade ; il gagna son pari, car « arrivé à une extrême vieillesse, il se tua en tombant dans un escalier[2] ».

Il refusa de quitter Rome pour se rendre auprès de Mithridate qui le demandait[1]. Il s'opposa aux théories d'Hippocrate, et se donna comme possédant la seule thérapie efficace. Il insistait beaucoup sur l'hygiène de vie, recommandant exercice et diète et se proposa de guérir sûrement, promptement et agréablement. Il était un proche de Caius Sergius Orata, le premier à utiliser des bains suspendus. Il eut pour disciple Thémison de Laodicée, qui poursuivit ses théories et fonda l'École des Méthodistes. Il reste de lui quelques fragments cités dans Aétius.

Apulée vante son talent qui va jusqu'à ramener à la vie un homme dont on emportait le cadavre au bucher funéraire[3].

Pline l'Ancien lui consacre trois paragraphes dans son Histoire naturelle : VII, 37 et XXVI, 7-8. Il mentionne lui aussi la « résurrection » opérée par Asclépiade. Pline émet cependant des doutes sur les compétences d'Asclépiade qu'il présente plus comme un homme de bon sens que comme un savant ; et aussi un beau parleur[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c J. Pigeaud, Sur le méthodisme, Publications de l'Université de Saint-Etienne, , p. 181-183
    dans Mémoires III, Médecins et Médecine dans l'Antiquité, articles réunis et édités par G. Sabbah.
  2. Pline l'Ancien, Histoire naturelle [détail des éditions] [lire en ligne], VII, 37.
  3. Florides, 19.
  4. Pline, XXVI, 7