Ascenseur de Strépy-Thieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’ascenseur et son pont-canal.

L’ascenseur de Strépy-Thieu est un ascenseur à bateaux double situé en Belgique, sur le canal du Centre en Région wallonne dans la province de Hainaut.

Commencé en 1982 et inauguré en 2002, il permet, grâce à ses deux bacs indépendants, le franchissement d'une dénivellation de 73,15 mètres entre le bassin de l'Escaut et un bief de partage (d'une altitude de 121,10 mètres) vers le bassin de la Meuse comprenant également une section du Canal Bruxelles-Charleroi, limitée par le plan incliné de Ronquières (au nord) et l'écluse de Viesville (au sud). La jonction entre le canal du Centre et le canal Bruxelles-Charleroi a lieu à Seneffe. L’ascenseur remplace désormais six ouvrages, les quatre ascenseurs à bateaux du Canal du Centre et deux écluses, ce en permettant une faible perte d'eau au niveau du bief de partage. Il constitue la fin d'un programme de mise au gabarit de 1 350 tonnes des voies navigables belges et permet le passage de bateaux de ce gabarit entre le bassin de la Meuse et celui de l'Escaut.

Il a été jusqu'au le plus grand ascenseur à bateaux du monde, date à laquelle l'ascenseur à bateaux du barrage des Trois Gorges est inauguré. Grâce à son bac unique, l'ascenseur chinois permet désormais à des navires de 3 000 tonnes de franchir la dénivellation de 113 mètres en 40 minutes, plutôt qu'en trois heures via l'escalier d'eau existant[1].

En 2006, l'ascenseur de Strépy-Thieu a permis une croissance du trafic fluvial sur le canal du Centre de 22,7 %, ce qui porte la croissance totale depuis 2004 à 80 %[2]. Après un tassement significatif en 2008 (-5 %) et 2009 (-14 %), l'ascenseur a connu une forte progression du trafic en 2010 (+28 %), et une relative stabilité en 2011.[réf. souhaitée]

Emplacements de l'ascenseur de Strépy-Thieu (A) et des quatre ascenseurs qu'il remplace.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le besoin d'un nouveau canal émerge avec l'accord européen pour la standardisation des péniches à 1 350 tonnes. Pour rattraper le dénivelé important, plusieurs propositions sont émises. La solution retenue en 1977 est celle d'un ascenseur unique, alors considérée comme la moins chère et la moins consommatrice d'énergie. Le coût est alors estimé à 187 M€ et les travaux débutent en , prévus pour durer dix ans. Au début, le chantier bénéficie des compensations liées à l'aménagement du port de Bruges-Zeebruges, mais en 1989 avec la régionalisation des travaux publics, la Wallonie manque d'argent, parvenant tout juste à financer les frais fixes du chantier, qui engloutit treize à vingt-cinq millions d'euros par an. L'aide de l'Union européenne, des prêts de la Banque européenne d'investissement et des capitaux wallons permettent finalement l'achèvement du projet et son inauguration le [3].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

L'ascenseur de Strépy-Thieu fait 117 m de haut pour une masse de 220 000 t[4]. Il voit passer en moyenne vingt péniches par jour. Son dénivelé est de 73,15 m. La descente dure sept minutes[5].

Tonnage et nombre de bateaux[modifier | modifier le code]

Canal du Centre - Ascenseur de Strépy-Thieu - tonnage et bateaux[6]
Année Tonnage (en milliers) Nombre de bateaux Nombre de bateaux chargés
2003[7] 1 247 3 433 2 234
2004[8] 1 513 4 040 2 622
2005[9] 1 870 4 941 3 208
2006[10] 2 295 5 743 4 067
2007[11] 2 302 5 559 4 011
2008[12] 2 183 5 147 3 629
2009[13] 1 874 4 751 3 008
2010[14] 2 394 5 590 3 661
2011[15] 2 405 5 763 3 635
2012[16] 2 574 5 634 3 763
2013[17] 2 713 6 022 3 922
2014[18] 2 532 6 089 3 931
2015[19],[20] 2 322 5 339 3 458
2016[19],[21] 2 195 4 821 3 126
2017[19],[22] 2 435 5 016 3 259
2018[19],[23] 2 577 5 364 3 657
2019[19],[24] 2 364 5 199 3 350

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Le site bénéficie d'une desserte quotidienne depuis le prolongement jusqu'à l'ascenseur (variante B) de la ligne 30 (Anderlues - Thieu) des TEC Hainaut.

Importance symbolique[modifier | modifier le code]

L'ascenseur de Strépy-Thieu est pour les nationalistes flamand le symbole des transferts financiers vers la Wallonie. En , douze camions loués par la N-VA déversent 11,3 milliards d'euros en faux billets au pied de l'ascenseur. Cette somme symbolise, selon le parti politique, les transferts annuels du nord au sud du pays[25],[26]. En , le Vlaams Belang fait de même avec seize camions, chacun rempli d'un milliard d'euros[27].

Cependant, à la suite de la troisième réforme de l'État en 1988, la Région wallonne finance elle-même les travaux. De plus, malgré les dépassements de budget le canal a eu un effet positif : le trafic a été multiplié par six entre 2001 et 2004, atteignant 1,5 million de tonnes annuelles[28].

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. VIDEO. Chine : un ascenseur géant pour bateaux - francetvinfo.fr.
  2. Liège Eco, no 2, .
  3. Olivier Gosset, « Le géant de Strépy-Thieu », sur lecho.be, (consulté le 17 avril 2020).
  4. « Ascenseur à bateaux de Strépy-Thieu », sur structurae.net (consulté le 21 avril 2020).
  5. Clarisse Sérignat, « Belgique : Les ascenseurs à bateaux », sur dw.com, (consulté le 21 avril 2020).
  6. Charlotte-Lucienne Pétry, « Fiche 9 - Le canal du Centre » [PDF], sur coursdeau.be, (consulté le 21 avril 2020), page 8.
  7. Direction générale des Voies hydrauliques, « Wallonie 2003 : Statistiques de navigation », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 83.
  8. Direction générale des Voies hydrauliques, « Wallonie 2004 : Statistiques de navigation », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 83.
  9. Direction générale des Voies hydrauliques, « Statistiques de navigation en Wallonie 2005 », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 83.
  10. Direction générale des Voies hydrauliques, « Statistiques de navigation en Wallonie 2006 », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 83.
  11. Direction générale des Voies hydrauliques, « Statistiques de navigation en Wallonie année 2007 », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 83.
  12. Direction générale des Voies hydrauliques, « Statistiques de navigation en Wallonie année 2008 », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 80.
  13. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2009 », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 123.
  14. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2010 », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 123.
  15. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2011 », voies-hydrauliques.wallonie.be,‎ (lire en ligne [PDF]), page 123.
  16. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2012 », Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques,‎ , p. 185 (lire en ligne [PDF], consulté le 16 avril 2020), page 122.
  17. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2013 », Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques,‎ , p. 185 (lire en ligne [PDF], consulté le 16 avril 2020), page 122.
  18. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2014 », Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques,‎ , p. 185 (lire en ligne [PDF], consulté le 16 avril 2020), page 122.
  19. a b c d et e Service Public de Wallonie - Mobilité, « BILAN EN QUELQUES CHIFFRES NAVIGATION COMMERCIALE EN WALLONIE - 2019 » [PDF], sur voies-hydrauliques.wallonie.be.
  20. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2015 », Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques,‎ , p. 185 (lire en ligne [PDF], consulté le 23 avril 2020), page 123.
  21. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2016 », Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques,‎ , p. 185 (lire en ligne [PDF], consulté le 23 avril 2020), page 123.
  22. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2016 », Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques,‎ , p. 185 (lire en ligne [PDF], consulté le 23 avril 2020), page 123.
  23. DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE LA MOBILITÉ ET DES VOIES HYDRAULIQUES, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2016 », Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques,‎ , p. 185 (lire en ligne [PDF], consulté le 23 avril 2020), page 123.
  24. SPW mobilité infrastructures Département de la stratégie de la mobilité, « TRANSPORT FLUVIAL DE MARCHANDISES EN WALLONIE : RAPPORT STATISTIQUE 2019 », Direction générale opérationnelle de la Mobilité et des Voies hydrauliques,‎ , p. 185 (lire en ligne [PDF], consulté le 23 avril 2020), page 123.
  25. P.G., « Les poids lourds de la N-VA à Strépy », sur lalibre.be, (consulté le 16 avril 2020).
  26. Hélène Maquet et Bertrand Henne, « Un jour dans l'info : Le débarquement de Strépy-Thieu », sur rtbf.be, (consulté le 16 avril 2020).
  27. Marie Dessy, « Strépy-Thieu : le Vlaams Belang dénonce les transferts Nord-Sud », sur rtbf.be, (consulté le 16 avril 2020).
  28. (nl) « Kunstwerk is geldverslindend overheidsproject », sur nieuwsblad.be, (consulté le 17 avril 2020).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Un géant funiculaire sur le canal du Centre. L'ascenseur à bateaux de Strépy-Thieu, Ed: Les cahiers du MET[Quoi ?] no 20 / Ministère wallon de l’Équipement et des Transports, Direction générale des Voies hydrauliques (DG2), Liège/ 2002.