Ascaris (parasite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ascaris lumbricoides

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ascaris.
Ascaris lumbricoides
Description de cette image, également commentée ci-après

Ascaris (Ascaris lumbricoides) femelle
(selon l'anneau sombre en bas d'image :
la ceinture génitale)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Nematoda
Classe Secernentea
Ordre Ascaridida
Famille Ascarididae
Genre Ascaris

Nom binominal

Ascaris lumbricoides
Linnaeus, 1758

L’ascaris lombricoïde (Ascaris lumbricoides) est un nématode parasite qui provoque l’ascaridiose.

L’ascaris lombricoïde est un parasite de l’intestin humain ou d’animaux carnivores, même petits comme le chat. Les femelles adultes font 20 à 35 cm de longueur et les mâles adultes de 15 à 30 cm. C’est le plus grand des nématodes infestant l’espèce humaine.

L’ascaris lombricoïde est cosmopolite mais est plus fréquent dans les zones tropicales et subtropicales ainsi que celles avec une hygiène inadéquate.

Sa présence à l’état adulte dans la lumière de l’intestin grêle provoque l’ascaridiose.

Répartition géographique et importance[modifier | modifier le code]

Article détaillé : ascaridiose.

Il y aurait jusqu’à 1,2 milliard de personnes infectées par l’ascaris lombricoïde et 350 millions en seraient gravement atteintes, ce qui occasionnerait 60 000 décès annuels l’OMS[1]. La prévalence de l’ascaridiose est très variable selon les régions : si elle tend à disparaître des régions tempérées, où elle fut d’ailleurs habituellement bénigne, elle continue à sévir à des taux importants dans les pays chauds du tiers-monde et y pèse lourdement sur le taux de mortalité infantile. En Europe, ce sont les zones rurales qui sont plus particulièrement concernées. On pense qu’environ 20 000 personnes meurent chaque année d’une infection par ce parasite.

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Les vers adultes vivent dans la lumière (lumen) du gros intestin. Une femelle peut produire environ 200 000 œufs par jour qui sont dispersés par les selles. Les œufs non fécondés, si ingérés, ne seront pas infectieux. Les œufs fécondés évoluent en embryons et deviennent infectieux après un délai de dix-huit jours à plusieurs semaines, en fonction des conditions de l’environnement (optimum : humidité, chaleur, sol infecté). Après l’ingestion d’œufs infectieux, les larves éclosent, envahissent la muqueuse intestinale et sont transportées par la veine porte, puis par la circulation systémique jusqu’aux poumons. Les larves poursuivent ensuite leur maturation dans les poumons (10 à 14 jours) avant de pénétrer les parois alvéolaires, remonter dans l’arbre bronchique jusqu’à la gorge et ensuite être avalées de nouveau. Après avoir atteint l’intestin grêle, elles y terminent leur développement pour évoluer en vers adultes. Il s’écoule de deux à trois mois entre l’ingestion des œufs infectieux et l’oviposition de la femelle adulte. Les vers adultes peuvent vivre une à deux années.

Le cycle évolutif est direct à un seul hôte, généralement l’homme mais parfois aussi certains mammifères carnivores. L’œuf fécondé, très résistant (il survit habituellement au moins 1 à 3 ans dans la terre), évolue dans le milieu extérieur, s'embryonne en trois semaines au moins, et devient infectieux. Dégluti comme souillure de l’eau, des légumes ou des fruits, il contamine le sujet sain.

Deux faits sont à noter :

  • l’auto-infestation est impossible, l’œuf n'étant pas embryonné au moment de son expulsion avec les selles ;
  • l’œuf embryonné infectieux, efficacement protégé par sa coque épaisse, garde très longtemps son pouvoir pathogène, particulièrement dans l’engrais d’origine humaine.

L’ascaris sécrète au moins deux types de molécules, dont l’une le protège contre le suc gastrique (inhibiteur de pepsine) et l’autre inhibe la prolifération des lymphocytes (phosphorylcholine).

Morphologie[modifier | modifier le code]

Le ver adulte ressemble à un gros ver de terre, ou lombric (bien que n'appartenant du tout à la même famille d'animaux). La femelle atteint 25 à 30 cm et son extrémité est en forme de pointe mousse ; le mâle moitié moins grand, se reconnaît à son extrémité postérieure enroulée en crochet. La couleur varie du rosé au blanc crème.

Biologie[modifier | modifier le code]

Segment résecté de l’intestin grêle d’un humain, ouvert pour montrer de multiples vers adultes crémeux blancs remplissant l’intestin.

Une fois fécondée, la femelle pond dans la lumière intestinale une moyenne de 200 000 œufs par jour. L’œuf émis avec les selles a un aspect caractéristique : ellipsoïde recouvert d’une carapace mamellonée, il mesure 60 µm sur 40 µm et n’est pas embryonné. Libérée par la digestion dans le duodénum, la larve en traverse la paroi et, par voie circulatoire, gagne le foie, le cœur droit puis le poumon ; passée dans l’alvéole, elle remonte l’arbre bronchique, arrive au carrefour aéro-digestif, est déglutie et cette fois, arrivée dans l’intestin grêle, elle y demeure et évolue en adulte. Les premiers œufs apparaissent dans les selles huit à dix semaines après l’ingestion infectante.

Mise en évidence[modifier | modifier le code]

L’ascaris peut être identifié avec un examen parasitologique des selles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]