Asako I & II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Asako I & II
Description de cette image, également commentée ci-après
L'équipe du film au Festival de Cannes 2018.
Titre original 寝ても覚めても
Netemo sametemo
Réalisation Ryūsuke Hamaguchi
Scénario Ryūsuke Hamaguchi
Sachiko Tanaka
Tomoka Shibasaki (roman)
Acteurs principaux
Pays de production Drapeau de la France France
Drapeau du Japon Japon
Genre drame
Durée 119 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Asako I & II (寝ても覚めても, Netemo sametemo?, litt. « Même si je dors, même si je suis éveillée ») est un film franco-japonais réalisé par Ryūsuke Hamaguchi et sorti en au Japon. Le film est en sélection officielle au Festival de Cannes 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La jeune Asako, étudiante à Osaka, est éperdument éprise de Baku, un jeune homme très beau mais fantasque et imprévisible. Un jour, ce dernier disparaît, laissant Asako désespérée. Fuyant Osaka, la jeune femme part s'installer à Tokyo. Deux ans plus tard, Asako tombe par hasard sur un jeune homme qui ressemble trait pour trait à Baku.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le film est une adaptation du roman Netemo sametemo de Tomoka Shibasaki paru en 2000[1].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Le réalisateur confie le double rôle masculin à Masahiro Higashide du fait de son visage impénétrable[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a duré un mois[5].

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 4,1/5, et des critiques spectateurs à 3,9/5[6].

Pour Jacques Mandelbaum du Monde, Asako I & II est « un film d'une richesse et d'une sensibilité rares, récit d'initiation amoureuse qui ne passerait pas tant par les ponts aux ânes de la psychologie que par les souterrains de l'inconscient et du merveilleux. A la question simple de savoir ce qu'est cette chose compliquée qu’est l'amour, le film répond sur plusieurs terrains à la fois. »[7].

Pour Olivier Lamm de Libération, Asako I & II « dissimule un brillant portrait de femme, d'une profonde humanité. [...] Asako est un très grand, très juste film sur ce que c'est que d'être aimé, et d'aimer en retour - une déconstruction de tous les instants. »[8].

Pour Louis Guichard de Télérama, « Hamaguchi, l'auteur de Drive My Car, offre ainsi une fine réflexion sur l'empreinte laissée par une passion amoureuse et le passage à une relation plus durable. Il suggère aussi que la rationalité (conjugale, sociale) est précaire, friable, prête à exploser à tout moment ; que les sentiments sont réversibles, et les identités, volatiles. En ce sens, même le titre du film est une belle trouvaille, qui laisse croire que l'héroïne a également son double. »[9].

Pour Éric Neuhoff du Figaro, Asako I & II est « un sommet de délicatesse et de pureté. »[10].

Box-office[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « 寝ても覚めても / Netemo sametemo », sur www.worldcat.org (consulté le ).
  2. « FIFIB | Entretien avec Ryūsuke Hamaguchi », sur lepolyester.com, (consulté le ).
  3. « Asako », sur Centre national du cinéma et de l'image animée (consulté le ).
  4. (ja) « 寝ても覚めても » [« Netemo sametemo »], sur kinenote.com (consulté le ).
  5. a et b « Dossier de presse », sur http://www.arthouse-films.fr (consulté le ).
  6. « Asako I & II », sur Allociné (consulté le ).
  7. Jacques Mandelbaum, « « Asako I & II » : éternel recommencement amoureux », sur Le Monde, (consulté le ).
  8. Olivier Lamm, « «Asako», beau miroir aux amourettes », sur Libération, (consulté le ).
  9. Louis Guichard, « Asako I & II », sur Télérama, (consulté le ).
  10. Éric Neuhoff, « Asako I & II : double messieurs », sur Le Figaro, (consulté le ).
  11. JP-Boxoffice.com ; page du film Asako I & II, consulté le 29 janvier 2019.
  12. « En Compétition - Longs Métrages : Netemo Sametemo (Asako) », sur www.festival-cannes.com, Festival de Cannes (consulté le ).
  13. Mathieu Macheret, « Cannes 2018 : « Asako I & II », répétition amoureuse », sur Le Monde, (consulté le ).
  14. (en) « Asako I & II », sur www.leffest.com, Festival du film de Lisbonne et Estoril (consulté le ).
  15. (en) « Asako I & II », sur biff.ro, Festival international du film de Bucarest (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]