Arvède Barine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arvède Barine
Arvede Barine.jpg

Arvède Barine

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction

Arvède Barine (Mme Charles Ernest Vincens)[1], de son nom de naissance Louise-Cécile Bouffé, née à Paris[2] le et morte à Paris le , est une historienne et critique littéraire française.

Elle publia des ouvrages historiques et des biographies littéraires, dont certains firent date et furent traduits en anglais, notamment ses études sur la Grande Mademoiselle et sur Alfred de Musset et George Sand. Elle écrivit des articles d'histoire et de critique littéraire, contribua à de nombreuses revues, dont la Revue bleue, la Revue des deux Mondes, la Revue politique et littéraire, la Nouvelle Revue, le Journal des débats, le Figaro et la Revue de Paris.

Elle fut chevalier de la Légion d'honneur (décret du 2 janvier 1904) et lauréate du prix Vitet de l'Académie française en 1894 et du prix Estrade-Delcros de l'Académie des sciences morales et politiques en 1901[3]. Elle fit partie du premier jury du Prix Femina en 1905[4].

Publications[modifier | modifier le code]

Traductions

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Florence Leftwich Ravanel, Women and the French Tradition, Macmillan, New York, 1918
  • Isabelle Ernot, « Une historienne au tournant du siècle : Arvède Barine » in Mil Neuf Cent, revue d'histoire intellectuelle, no 16, 1998, p. 93-131
  • Patrick Cabanel, « Arvède Barine (Cécile Louise Bouffé, Mme Charles Vincens, dite) », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 159-160 (ISBN 978-2846211901)

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Son mari, Charles Ernest Vincens (1836-1908), était sous-directeur au ministère de l'Intérieur.
  2. Une partie de sa famille maternelle était de descendance huguenote et originaire de l'Agenais. Revue de l'Agenais, janvier-février 1908, p. 558-560.
  3. Source : Revue des études historiques, 1909, p. 107.
  4. Source : Recherches féministes, vol. 16, n° 1, 2003 (www.erudit.org)

Liens externes[modifier | modifier le code]