Arts et Métiers Business Angels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AMBA et Arts et Métiers.
Articles principaux : Arts et Métiers ParisTech et Business angel.
Arts et Métiers Business Angels
« AMBA »
Logo de l’association
Cadre
Forme juridique Association loi de 1901
Zone d’influence France
Fondation
Fondation 2008
Identité
Siège Hôtel Singer
9bis avenue d'Iéna
Paris XVIe
Président Patrick Cantelli
Secrétaire général Pierre Orsoni
Affiliation France Angels
Financement Cotisations des membres,
frais d'instruction dossiers,
subventions.
Volontaires 30
Membres 130
Employés 2
Site web Arts et Métiers Business Angels

Arts et Métiers Business Angels, ou « AMBA », a été fondé en 2008 par un groupe de gadzarts (anciens élèves d'Arts et Métiers ParisTech), membres de la société des ingénieurs Arts et Métiers. Devenue depuis l'un des plus importants réseaux de business angels français, l'association AMBA est ouverte à tous. Elle finance des startup le plus souvent dirigées par des non gadzarts, plutôt dans le secteur industriel, mais sans exclusive.

Structure d'AMBA[modifier | modifier le code]

Cette association indépendante[N 1] regroupe environ 130 business angels, gadzarts ou non[N 2], en février 2014. C'est au même moment l'un des plus importants réseaux de business angels de France[réf. nécessaire], membre de France Angels, et l'un des seuls réseaux nationaux dotés d'une structure régionalisée. Fin 2013, il existe les sections Île-de-France (Paris), Nord-Picardie (Lille), Provence-Alpes-Côte d'Azur (Aix-en-Provence), Pays de la Loire (Angers) et Rhône-Alpes (Lyon)[1]. AMBA a continué en 2013 son implantation régionale dans chaque campus d'Arts et Métiers ParisTech. AMBA participe à ce titre à des structures régionales comme Angels PACA[2]. Comme la plupart des réseaux de business angels françai[réf. souhaitée]s, AMBA utilise la plateforme coopérative Gust pour gérer ses dossiers[pertinence contestée][N 3][réf. insuffisante].

SIBA « Liancourt Invest »[modifier | modifier le code]

AMBA a monté en 2010 une SIBA[N 4], SAS appelée Liancourt Invest qui regroupe cinquante membres d'AMBA. Cette SIBA investit dans certains projets (au total une quinzaine en 2014) soutenus par AMBA[3]. Son président est Jacques Meunier depuis le 14 mai 2014.

Entreprises financées[modifier | modifier le code]

Véhicule Muses, Salon de Genève 2013 (investissement AMBA).

AMBA a financé depuis sa création une trentaine d'entreprises, comme Sticknwizz[4], LOGtimum[5] et Iguana Yachts[6], ou encore Espaciel[7], Muses et Innortex. Dans le cas d'Innortex, l'investissement AMBA atteint 260 k€[8]. La plupart de ces entreprises sont dirigées par des non gadzarts et n'emploient aucun gadzarts. Les tours de table vont de 100 à 250 k€ environ, souvent abondés[réf. souhaitée] par Liancourt Invest. AMBA, par ailleurs, travaille en coinvestissement avec d'autres réseaux de Business Angels, par exemple d'autres membres de France Angels. Plus spécifiquement, AMBA peut coinvestir avec la Fondation Arts et Métiers et investir dans des entreprises présentées par l'incubateur ou les laboratoires d'Arts et Métiers ParisTech.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Business Angels et réseaux.
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Arts et Métiers ParisTech.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les dirigeants et membres du conseil d'administration sont cependant très largement membres de la Société des ingénieurs Arts et Métiers.
  2. Chaque membre non gadzarts doit être parrainé par deux gadzarts.
  3. [Page Gust d'AMBA (page consultée le 10 mars 2014)].
  4. Une SIBA est une « Société d'investissement de business angels », forme de société spécifique. Voir à ce sujet l'article Business angel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle Boucq, « Quand les anciens des grandes écoles mettent la main à la poche », La Tribune,‎
  2. Martine Debette, « Les Business Angels abondés par la Région », Les Nouvelles publications, no 9597,‎ , p. 4
  3. Etienne Gless, « Pourquoi les business angels des grandes écoles font réseau commun », sur http://www.letudiant.fr/educpros/ L'Étudiant, ÉducPros, (consulté le 13 mars 2014)
  4. Blandine Baudier, « Les clés pour s’attirer les bonnes grâces des business angels », Le Progrès,‎ , p. 19
  5. Blandine Baudier, « Logtimum a passé toutes les étapes », Le Progrès,‎ , p. 19
  6. « IGUANA YACHTS invente le bateau chenilles », sur http://www.connexions-normandie.fr/ Connexions, portail des acteurs du développement en Basse-Normandie, (consulté le 23 mars 2014)
  7. Nicole Buyse, « Espaciel imagine le déflecteur de lumière », Les Échos,‎
  8. Emmanuel Guimard, « Innortex revalorise les mousses et les textiles des vieux meubles », Les Échos,‎

Liens vers les sites Internet Arts et Métiers[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Modèle de source Arts et Métiers ParisTech.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Olivier Vercherand, Anne Téqui, Arts et Métiers, l'école de la technologie, Paris, Le Cherche midi, , 127 p. (ISBN 978-1-884964-23-7).
  • Raphaël Boukris et Nicolas Fritz (préf. Philippe Gluntz), Les business angels : Guide des bonnes pratiques à l'usage des investisseurs et des entrepreneurs, Paris, Pearson Education France, coll. « Village Mondial », , 214 p. (ISBN 978-2-7440-6461-6).
  • Cyril Demaria et Marc Fournier (préf. Claude Bébéar), Profession business angel : Devenir un investisseur providentiel averti, Paris, Revue Banque édition, coll. « Les essentiels de la banque », , 127 p. (ISBN 978-2-86325-507-0).