Articulation synoviale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Diarthroses : 1. énarthrose
2. condylienne
3. articulation en selle
4. trochléenne
5. articulation trochoïde

L'articulation synoviale, ou diarthrose, est une articulation mobile qui est le type d'articulation le plus connu. L'articulation est maintenue solidement par des ligaments. Les articulations synoviales sont unies par une capsule articulaire qui les entoure et détermine une cavité articulaire. Pour éviter l'usure des extrémités osseuses en contact, ces dernières sont recouvertes d'un cartilage hyalin articulaire. Les mouvements sont facilités par la présence d'une substance visqueuse et lubrifiante, appelée synovie, produite par la membrane synoviale qui tapisse la face interne de la capsule articulaire. Cette synovie permet également la nutrition du cartilage. D’autre part, des pièces complémentaires peuvent exister au sein de la cavité, les ménisques articulaires.

On rencontre 6 types d'articulations synoviales, différenciées en fonction de la forme et du mouvement des pièces osseuses en présence :

  • l'énarthrose, présentant l'insertion de 2 surfaces sphériques l'une dans l'autre et possédant 3 degrés de mouvement ;
  • la condylienne, présentant une paire de condyle très convexe emboîtée dans une deuxième paire, plus plane. Trois degrés de mouvement ;
  • l'articulation en selle, qui consiste en un emboîtement réciproque de surfaces concaves opposées. Possède deux voire trois degrés de mouvement ;
  • la trochléenne, aussi appelée ginglyme, permet la flexion/extension de certains membres (métacarpiens), possède un degré de mouvement ;
  • l'articulation trochoïde, qui consiste en un roulement d'une surface convexe dans une surface concave et possédant un degré de mouvement ;
  • l'arthrodie, qui consiste en un glissement de surfaces planes et possédant trois degrés de liberté de mouvement.

Classification des diarthoses[modifier | modifier le code]

Les diarthroses sont classées en fonction du nombre d'axes directeurs (degrés de liberté) qu'elles possédent.

Articulations sans axe directeur[modifier | modifier le code]

Dans une arthrodie, ou articulation plane, les surfaces articulaires sont planes et l'articulation possède trois degrés de liberté, mais peu de mobilité (exemple : os du carpe).

Articulations à un axe directeur[modifier | modifier le code]

  • Dans une articulation trochoïde, un axe s’oppose à une fosse (seule la rotation est possible). On retrouve ce type de diarthrose entre l'ulna et le radius, une en partie proximale et une partie distale. Leurs présences conjointes permet une rotation autour d'une axe vertical, créant un mouvement de pronosupination.
  • Dans un ginglyme, ou une « articulation trochléenne », une trochlée s’oppose à une cochlée. La réunion de ces structures permet une rotation autour d'une axe vertical, créant un mouvement de flexion/extension, dans l'articulation du coude (articulation huméro-ulnaire) ou entre les phalanges par exemple.

Articulations à deux axes directeurs[modifier | modifier le code]

  • Dans une condylarthrose, un condyle s’oppose à une cavité glénoïdale, elle consiste donc en deux surfaces ellipsoïdes (une convexe et une concave) emboîtées. Elles permettent alors deux natures de mouvements: latéralité et flexion/extension. C'est le cas de l'articulation radio-carpienne.
  • Dans une articulation à emboitement réciproque ou articulation en selle, une surface est convexe dans un sens et l'autre surface est concave dans le sens perpendiculaire. Seuls les mouvements d'opposition sont alors permis (c'est le cas du pouce dans l'articulation trapézo-métacarpienne).

Articulations à trois axes directeurs[modifier | modifier le code]

Dans une énarthrose, ou « articulation sphéroïde », une tête pleine s’oppose à une cavité sphérique, donnant à l'articulation trois degrés de liberté. Ce type d'articulation est alors à même d'effectuer des mouvements de circumduction (flexion/extension + rotation + adduction/abduction) : cas de l'épaule ou de la hanche (articulation coxo-fémorale).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :