Article 5 de la Constitution éthiopienne de 1994

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Description de cette image, également commentée ci-après
Chapitre 1 - Dispositions générales
1 · 2 · 3 · 4 · 5 · 6 · 7
Chapitre 2 - Principes fondamentaux de la Constitution
8 · 9 · 10 · 11 · 12
Chapitre 3 - Droits fondamentaux et libertés
13 · 14 · 15 · 16 · 17 · 18 · 19 · 20 · 21 · 22 · 23 · 24 · 25 · 26 · 27 · 28 · 29 · 30· 31 · 32 · 33 · 34 · 35· 36 · 37 · 38 · 39 · 40 · 41 · 42 · 43 · 44
Chapitre 4 - Structure de l'État
45 · 46 · 47 · 48 · 49
Chapitre 5 - Structure et divisions des pouvoirs
50 · 51 · 52
Chapitre 6 - Les Chambres fédérales
53 · 54 · 55 · 56 · 57 · 58 · 59 · 60 · 61 · 62 · 63 · 64 · 65 · 66 · 67 · 68
Chapitre 7 - Le Président de la République
69 · 70 · 71
Chapitre 8 - Le pouvoir exécutif
72 · 73 · 74 · 75· 76· 77
Chapitre 9 - Structure et pouvoirs des Cours
78 · 79 · 80 · 81 · 82 · 83 · 84
Chapitre 10 - Principes et objectifs de la politique nationale
85 · 86 · 87 · 88 · 89 · 90 · 91 · 92
Chapitre 11 - Dispositions diverses
93 · 94 · 95 · 96 · 97· 98· 99 · 100 · 102 · 103 · 104· 105 · 106

L'article 5 de la Constitution éthiopienne de 1994 est l'article concernant le statut de langues en Éthiopie, il fait partie du premier chapitre traitant de dispositions générales. Cet article est historiquement important puisqu'il retire à l'amharique son statut de langue officielle. Toutefois cette langue reste celle employée par le Gouvernement fédéral. Les «membres de la Fédération» visés par cet article sont les diverses régions d'Éthiopie.

Texte de l'article[modifier | modifier le code]

«Article 5 - Langues
(1) Toutes les langues éthiopiennes devront jouir d’une égale reconnaissance de l'État.
(2) L’amharique sera la langue de travail du Gouvernement fédéral.
(3) Les membres de la Fédération peuvent, par la loi, déterminer leurs langues de travail respectives.»[1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]