Article 1er - Mouvement démocrate et progressiste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Article 1er - Mouvement démocrate et progressiste
(it) Articolo 1 - Movimento Democratico e Progressista
Image illustrative de l’article Article 1er - Mouvement démocrate et progressiste
Logotype officiel.
Présentation
Coordinateur Roberto Speranza
Fondation
Scission de Parti démocrate
Siège Via Zanardelli, 34 - 00186 – Rome
Positionnement Centre gauche à Gauche
Idéologie Social-démocratie
Affiliation européenne S&D
Coalition Libres et égaux (2018)
Couleurs      Rouge
Site web democraticiprogressisti.it
Représentation
Députés
43 / 630
Sénateurs
16 / 315
Députés européens
3 / 73

Article 1er - Mouvement démocrate et progressiste (en italien : Articolo 1 - Movimento Democratico e Progressista, MDP) est le nom d'un parti politique italien lancé le à partir d'une scission du Parti démocrate[1].

La nouvelle formation politique est présentée à la Città dell'Altra economia, à Rome. Elle a été voulue par Roberto Speranza et Enrico Rossi, et également soutenue par Arturo Scotto (un ancien de Gauche italienne). Son nom complet est : « Articolo 1 - Movimento democratici e progressisti » », mais les médias l'appellent « Democratici e progressisti ». « articolo 1 » fait référence à l'article 1er de la Constitution de la République italienne.

Le , le nouveau mouvement constitue deux groupes parlementaires, un composé de 37 députés à la Chambre (20 en provenance du PD et 17 de la Gauche italienne), présidé par Francesco Laforgia, et un autre composé de 14 sénateurs au Sénat, présidé par Maria Cecilia Guerra.

Historique[modifier | modifier le code]

Le net échec lors du référendum constitutionnel de décembre 2016 précipite non seulement la fin du gouvernement Renzi qui démissionne peu après mais aussi une profonde crise interne au sein du Parti démocrate qui se divise sur les options à suivre (congrès, primaires, élections législatives dès que possible ou à l'échéance normale). Finalement, Matteo Renzi démissionne aussi de la direction le 19 février 2017 en confiant l'intérim à Matteo Orfini, afin de permettre le congrès et fixe les primaires du parti au . Andrea Orlando, Michele Emiliano et Renzi sont candidats à diriger le PD, mais cette décision provoque la scission de l'aile gauche, qui à l'exception notable d'Emiliano, quitte massivement le parti. Fin février, une vingtaine de députés dont Pier Luigi Bersani, Massimo D'Alema, Roberto Speranza, Enrico Rossi, Guglielmo Epifani et Vasco Errani quittent le groupe de même que 13 sénateurs, constituant de nouveaux groupes parlementaires. Le , à la Città dell'Altra economia, à Rome, est présentée la nouvelle formation politique voulue par Roberto Speranza et Enrico Rossi, et soutenue par Arturo Scotto (un ancien de Gauche italienne).

Le 3 décembre 2017, le mouvement décidé de se présenter sous l'étiquette Libres et égaux lors des élections générales du 4 mars 2018, en association avec Gauche italienne et Possibile. Le candidat tête de liste choisi est Pietro Grasso.

Le 10 novembre 2018, la direction du mouvement, décide également d'abandonner le projet Libres et égaux et lance un appel à la construction d'un nouveau parti « rouge et vert », socialiste et écologique[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Italie: scission au sein du Parti démocrate, la principale formation de gauche », sur RFI, (consulté le 13 octobre 2017).
  2. (it) « Una forza rosso-verde per garantire l'alternativa alla nuova destra », Articolo Uno,‎ (lire en ligne).

Lien externe[modifier | modifier le code]