Arthur Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bernard.
Jean-Pierre Arthur Bernard
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (79 ans)
ValenceVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean-Pierre Arthur BernardVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Arthur BernardVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Arthur Bernard (nom de plume de Jean-Pierre Arthur Bernard[1]), est un romancier, historien et essayiste français né le à Valence (Drôme)[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Arthur Bernard est né au début de la guerre, dans une famille de la moyenne bourgeoisie, à Valence dans la vallée du Rhône (un situation géographique où se dérouleront certains épisodes de ses romans).

Il suit ses études à l'Institut d'études politiques de Grenoble, puis Sciences Po Paris, avant de poursuivre par des Lettres à l'Université Paris-Sorbonne[3].

À partir de 1968, et jusqu'en 2008, il enseigne l'histoire des idées politiques à l'IEP de Grenoble. En 1995, il est professeur invité au département de français et d'italien de l'Université de Californie à Santa Barbara[4].

Selon les circonstances éditoriales, Arthur Bernard a publié sous différents noms des romans, et des ouvrages historiques et sociologiques (en particulier sur Paris[5]).

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages publiés sous le nom d'Arthur Bernard[modifier | modifier le code]

Ouvrages publiés sous le nom de Jean-Pierre A. Bernard[modifier | modifier le code]

Ouvrages publiés sous le nom de Jean-Pierre Arthur Bernard[modifier | modifier le code]

Petite revue de presse[modifier | modifier le code]

  • Piéton de Paris et fervent admirateur de Beckett... par Danielle Maurel, 2014[6].
  • Rencontre avec Arthur Bernard, le 16 avril 2007, par Catherine Goffaux-Hœpffner (avec une interview)[7].
  • Le désespoir du peintre, par Richard Blin, Le Matricule des anges septembre 2009 (avec une interview)[8].
  • L'ombre de Beckett, par Jean-Sébastien Létang, Le Magazine littéraire de décembre 2013[1].
  • Vertu de la poussière, par Éric Dussert, La Quinzaine littéraire de septembre 2016[9].
  • Le Paris de Tardi : un XIXe siècle éternel ?, entretien de l'auteur avec Bertrand Tillier, Sociétés & Représentations no 29, 2010[10].
  • Écrire Paris, émission radiophonique du 13 avril 2015, entretien avec Emmanuel Taïeb (La Valeur de l'Homme)[11].
  • Je m'appelle Ferdinand, et autres propos par Les Doigts dans la Prose[12]'[13].
  • L'art roman d'Arthur Bernard, par Noemi Lefebvre, Mediapart, 2017[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]