Arthez-d'Asson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arthez et Asson.
Arthez-d'Asson
Arthez-d'Asson, vue depuis la rive droite de l'Ouzom.
Arthez-d'Asson, vue depuis la rive droite de l'Ouzom.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Pyrénées-Atlantiques
Arrondissement Pau
Canton Ouzom, Gave et Rives du Neez
Intercommunalité communauté de communes du Pays de Nay
Maire
Mandat
Jean-Jacques Laffitte
2014-2020
Code postal 64800
Code commune 64058
Démographie
Gentilé Arthéziens
Population
municipale
514 hab. (2014 en augmentation de 2,19 % par rapport à 2009)
Densité 70 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 05′ 27″ nord, 0° 15′ 03″ ouest
Altitude Min. 329 m
Max. 494 m
Superficie 7,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arthez-d'Asson

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Atlantiques

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Atlantiques
City locator 14.svg
Arthez-d'Asson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arthez-d'Asson

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arthez-d'Asson

Arthez-d'Asson (en béarnais Artès d'Asson) est une commune française, située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en région Nouvelle-Aquitaine.

Ses habitants sont les Arthéziens et les Arthéziennes[1],[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Au cœur de la vallée de l'Ouzom, le territoire d'Arthez-d'Asson est presque entièrement enclavé dans celui d'Asson, à l'est du département.

Accès[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la route départementale 126. Le col de Spandelles constitue un passage entre Argelès-Gazost et Arthez-d'Asson, évitant de faire un détour par Lourdes. Il est traversé par une route secondaire reliant la D 426 à la D 921.

La ligne 809 du réseau interurbain des Pyrénées-Atlantiques, qui mène de Ferrières à Nay, possède un arrêt sur la commune.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Située dans le bassin versant de l'Adour, la commune est traversée[3] par l'Ouzom, affluent du gave de Pau, et par ses tributaires, les ruisseaux de Gerse, Turonnet et de Thouet, et les caux de la Hèche, du Hau et du Gat. Paul Raymond signale en 1863[4] un autre affluent de l’Ouzom, le Touchet, qui arrose Asson et Arthez-d’Asson.

Un affluent du Béez, le ruisseau la Toupiette, coule également sur Arthez-d'Asson.

Lieux-dits et hameaux[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Asson apparaît sous la forme Saint-Paul d'Asson sur la carte de Cassini (XVIIIe siècle)[4]. Cette même carte indique[6]) Arthez-deça, Arthez-dela et Arthez-darrer. Michel Grosclaude[6] indique que le toponyme Arthez pourrait être formé du radical méditerranéen arte (« chêne vert » puis « broussailles »), et du suffixe collectif basque -etz . Il propose donc le sens « végétation de broussaille ».

En occitan béarnais la commune se nomme Artés d'Asson [ar.ˈtεs][7].

Paul Raymond mentionne en 1863[4] un hameau du nom de le Bourdalat.

Balibot et Garrenot sont des hameaux d’Arthez-d’Asson, déjà cités en 1863[4], dans le dictionnaire topographique Béarn-Pays basque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Paul Raymond[4] note que la commune fut formée en 1749 par la réunion des hameaux d'Arthez-deçà et d'Arthez-delà, démembrés de la commune d'Asson.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires d'Arthez-d'Asson
Période Identité Étiquette Qualité
1802   Charles d'Angosse   nommé chambellan de l’empereur
1983 1989 Georges Nabarra    
1995 2008 Michel Dourau    
2008 en cours Jean-Jacques Laffitte DVG Retraité

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Arthez-d'Asson appartient à quatre structures intercommunales[8] :

  • la communauté de communes du Pays de Nay ;
  • le syndicat d’eau potable et d’assainissement du Pays de Nay (SEAPAN) ;
  • le syndicat d'énergie des Pyrénées-Atlantiques ;
  • le syndicat mixte du bassin du gave de Pau.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2014, la commune comptait 514 habitants[Note 1], en augmentation de 2,19 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Atlantiques : +2,6 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 102 977 1 011 1 148 1 372 1 320 1 380 1 313 1 279
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 275 1 220 1 243 1 043 1 075 1 042 1 183 1 137 1 152
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 116 1 162 1 179 893 874 850 785 687 621
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
581 538 510 478 466 508 503 502 501
2013 2014 - - - - - - -
514 514 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Arthez-d'Asson fait partie de l'aire urbaine de Pau.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone d'appellation de l'ossau-iraty.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le groupe de chanteurs béarnais d'Arthez-d'Asson Los de l'Ouzom fut créé dans les années 80.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

L'ancienne ligne de chemin de fer de la commune transportait le minerai de la mine de Baburet. L'ancienne forge d'Asson fut construite vers 1680.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Paul[13] fut édifiée de 1906 à 1908.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Équipements[modifier | modifier le code]

Arthez-d'Asson dispose d'une école primaire.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

nées au XVIIIe siècle
nées au XIXe siècle

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé sur habitants.fr
  2. Brigitte Jobbé-Duval, Dictionnaire des noms de lieux - Pyrénées-Atlantiques, Archives et Culture, (ISBN 978-2-35077-151-9)
  3. Notice du Sandre sur Arthez-d'Asson, consultée le 28/06/09
  4. a, b, c, d, e et f Paul Raymond, Dictionnaire topographique Béarn-Pays basque
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa, ab, ac, ad, ae et af Géoportail - IGN, « Géoportail » (consulté le 12 mars 2012)
  6. a et b Michel Grosclaude (préf. Pierre Bec), Dictionnaire toponymique des communes du Béarn, Pau, Escòla Gaston Febus, , 416 p. (ISBN 9782350680057, notice BnF no FRBNF35515059).
  7. Joseph Rebenne, « Essai de toponymie non romane de la plaine de Nay (Béarn) », Modèles linguistiques, no 66,‎ , p. 111-135 (lire en ligne).
  8. Cellule informatique préfecture 64, « Base communale des Pyrénées-Atlantiques - Intercommunalité » (consulté le 22 juin 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  13. « L'église Saint-Paul », notice no IA64000598, base Mérimée, ministère français de la Culture

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]