Grotte d'Artenac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Artenac)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Site d'Artenac
Stmary artenac.JPG
La falaise et le site d'Artenac
Localisation
Coordonnées
Adresse
Vallée
Localité voisine
Voie d'accès
D.91
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
110 m
Occupation humaine

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

(Voir situation sur carte : Nouvelle-Aquitaine)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Point carte.svg

La grotte d'Artenac est un site préhistorique du sud-ouest de la France situé sur la commune de Saint-Mary en Charente, dans le nord du Bassin aquitain, à une vingtaine de kilomètres au nord-est d'Angoulême.

Localisation[modifier | modifier le code]

La grotte d'Artenac est située sur la commune de Saint-Mary au lieu-dit les Boissières, dans la vallée de la Bonnieure, un affluent de la Tardoire donc tout proche de la Grotte de Fontéchevade, la Grotte de Montgaudier, la Grotte du Placard et la Grotte de la Chaise pour ne citer que les sites paléolithiques proches les plus connus.

La Grotte d'Artenac s'ouvre sur la vallée de la Bonnieure dans la falaise en calcaire oxfordien.

Historique[modifier | modifier le code]

La présence d'un site a été suspecté par l'abbé Boreau-Lajanadie en 1921. Puis une carrière a exploité la falaise et en 1950 une cavité proche de la route a été découverte et détruite. Une nécropole a été découverte lors des premières fouilles par G. Bailloud et C. Burnez en 1959 et elle a donné son nom à l'Artenacien, culture du Néolithique final, datant seulement d'environ 2400 ans av. J.-C.[1].

En outre, dans la grotte d'Artenac se sont accumulés plus de 20 mètres de sédiments qui renferment de nombreux niveaux archéologiques et paléontologiques.

Les occupations animales et humaines s'y étendent, chronologiquement, sur plus de 500 000 ans.

Occupation humaine[modifier | modifier le code]

Le début de l'occupation a été daté de 350 000 ans ce qui en fait la plus ancienne occupation de la région[2]. Il a été trouvé le maxillaire d'un néanderthalien âgé et un fragment de boite cranienne par Jean-françois Tournepiche et Anne Delagnes[1].

Faune ancienne[modifier | modifier le code]

Il a été trouvé des ossements de divers animaux, sur deux couches qui ont été étudiées par Jean-françois Tournepiche. La plus ancienne datée de -500000 à -700000 a livré une faune archaïque, un ours éteint Ursus deningeri, la panthère de Gombaszog Panthera gombaszoegensis, un Machairodonte Dinobastis latidens, Rangifer tarandus, et des Ursus, Canis, Bovinae, et Equus mosbachensis dans la partie la plus jeune.

La seconde couche, plus récente, située entre la glaciation de Mindel et le Riss final avec Ursus deningeri, Dinobastis latidens, lion des cavernes Panthera spelaea, Canis lupus, Vulpes vulpes, Bovinae, Elephantidae, Cervus et surtout cheval Equus mosbachensis

La troisième couche signe une époque tempérée avec apparition du sanglier et du chevreuil[1].

Outils et objets[modifier | modifier le code]

Moustérien[modifier | modifier le code]

L'industrie lithique, riche de 1271 pièces, est du Moustérien du complexe Charentien de type Ferassie[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d André Debenath, Néandertaliens et Cro-Magnons, les temps glaciaires dans le bassin de la Charente, Le Croit Vif, 2006 (ISBN 2-916104-00-3)
  2. Jean Airvaux, Louis Duport, Francis Lévêque, Un siècle de recherches préhistoriques en Charente. La Charente Paléolithique dans son contexte régional. Association pour la valorisation du patrimoine préhistorique de la Charente

Liens externes[modifier | modifier le code]