Ars Rediviva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ars Rediviva
Ars Rediviva Prague
Pays de résidence Drapeau de la République tchèque République tchèque
Ville de résidence Prague
Années d'activité 1951-2002
Type de formation Orchestre de chambre
Genre Musique baroque
Style classique
Membres fondateurs Milan Munclinger - flûte
Stanislav Duchoň - hautbois
František Sláma - violoncelle
Viktorie Švihlíková - clavecin

Ars Rediviva était un ensemble tchèque réputé, basé à Prague. Il a joué un rôle fondamental dans la redécouverte de la musique baroque en Tchécoslovaquie[1]

Début[modifier | modifier le code]

Fondé en 1951 par le flûtiste Milan Munclinger et sa femme, la pianiste et claveciniste Viktorie Švihlíková, Ars Rediviva - à l'initiative de Jean-Pierre Rampal - a repris le nom de l´ensemble français de Claude Crussard, dont les membres ont péri tragiquement en 1947.
Dans les années 1950, le chef de l'Orchestre philharmonique tchèque Václav Talich a travaillé avec l'ensemble.

Cycle de concerts de la musique baroque (1954-1994)[modifier | modifier le code]

Depuis 1954, Ars Rediviva a donné son cycle de concerts pour les abonnés au Palais Wallenstein, plus tard dans la Salle Dvořák au Rudolfinum à Prague (toujours 6, plus tard 12 concerts au cours de la saison). Pendant 40 ans, plusieurs centaines d'œuvres baroques y ont été présentées au public, parmi lesquelles de nombreuses premières de manuscrits d'archives.
Une partie des enregistrements des concerts au Rudolfinum est déposée au Musée tchèque de musique (voir Liens externes).

Enregistrements, répertoire[modifier | modifier le code]

L'ensemble a été le premier en Tchécoslovaquie à enregistrer beaucoup d'œuvres baroques (p.ex. Johann Sebastian Bach: les Concertos brandebourgeois, suites pour orchestre, l'Offrande musicale, l'Art de la fugue, cantates sacrées et profanes, l´œuvres de musique de chambre; Carl Philipp Emanuel Bach: les symphonies, cantates, sonates en trio, sonates pour clavier, concertos pour clavecin, concertos pour violoncelle, concertos pour flûte traversière; Johann Christian Bach: les symphonies, l´œuvres de musique de chambre; Wilhelm Friedemann Bach: les symphonies, l´œuvres de musique de chambre; Georg Friedrich Haendel: Musique pour les feux d'artifice royaux, Water Music, les sonates en trio opus 2 et opus 5, les sonates opus 1; Georg Philipp Telemann: les suites pour orchestre, symphonies, concertos, Moralische Kantaten, la Musique de table, les Quatuors Parisiens, Essercizii Musici; Heinrich Schütz: Oratorio de Noël; François Couperin: les sonates en trio, Le Parnasse ou l'apothéose de Corelli, le Concert en forme d'apothéose à la mémoire de l'incomparable M. de Lully, les Concerts royaux; Jean-Philippe Rameau: les Pièces de clavecin en concert; Antonio Vivaldi: Stabat Mater, les sonates, concertos, cantates; Arcangelo Corelli: l´œuvres de musique de chambre; Alessandro Scarlatti: les cantates, l´œuvre instrumentale de musique de chambre; Franz Benda: les concertos pour flûte - un des premiers enregistrements de Jean-Pierre Rampal en Tchécoslovaquie, sonates en trio, symphonies; Jiří Antonín Benda: les concertos pour clavecin, symphonies, sonates en trio, le duodrame Ariadne auf Naxos, Bendas Klage; François-Xavier Richter: les sonates en trio; Jan Dismas Zelenka: les sonates en trio, l´œuvre pour orchestre, Lamentationes Jeremiae Prophetae, etc.)
Depuis 1954, Ars Rediviva a collaboré avec Supraphon, plus tard avec Panton, Columbia, Vanguard, Ariola, DGG, CBS, Orfeo, Nippon, Sony Classical et aussi avec la Radio et la Télévision (distinctions : Grand Prix du Disque de l'Académie Charles Cros, "Lion d´or de Supraphon", etc.).

Solistes[modifier | modifier le code]

Ars Rediviva, formé par Milan Munclinger - flûte, Stanislav Duchoň - hautbois (plus tard suivi de Václav Snítil et Antonín Novák - violon), František Sláma - violoncelle et Viktorie Švihlíková (suivie de Josef Hála) - clavecin, s´est consacré particulièrement à la musique de chambre.
En élargissant son répertoire, la formation a régulièrement atteint l'effectif d'un orchestre de chambre, composé pour la plupart des solistes de l'Orchestre philharmonique tchèque et dirigé par Milan Munclinger.

Dans les compositions vocales se présentaient p.ex. les solistes Theo Altmeyer, Nedda Casei, Otto Peter, Věra Soukupová, Ladislav Mráz, Karel Berman, Jana Jonášová, Virginie Walterová, ainsi que le chœur de l´Orchestre philharmonique tchèque ("Český pěvecký sbor" en tchèque).

Ars Rediviva a également collaboré avec Jean-Pierre Rampal (1951-1984), Maurice André, András Adorján. Il a donné de nombreux concerts en Europe. Plusieurs compositeurs tchèques (p.ex. Ilja Hurník, Jan Tausinger, Ivan Jirko, Petr Eben) lui ont dédicacé leurs compositions néoclassiques.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir Sources textuelles, p.ex. Jaromír Kříž, « Naši umělci a barokní interpretace » («Musiciens tchèques et l´interprétation de la musique baroque »), Hudební rozhledy, no 7, 1966, p. 207; Jaroslav Šeda, « Ars rediviva jubilující » («Ars Rediviva, le 40e anniversaire»), Koncertní život, no 4/5, 1992, p. 12-16

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources textuelles, références[modifier | modifier le code]

  • (cs) Jana Vašatová, « Filharmonikové v souboru Ars rediviva » (« L´Orchestre philharmonique tchèque et Ars Rediviva »), dans Rudolfinum Revue. Journal de l'Orchestre philharmonique tchèque, no 1 (2001-2002), p. 33-34.
  • (cs) (cs) František Sláma, Z Herálce do Šangrilá a zase nazpátek, Říčany, Orego,‎ (ISBN 80-86117-61-8)
  • (en) (en) Nicolas Slonimsky, Baker’s Biographical Dictionary of 20th Century Classical Musicians, Schirmer Books,‎ (ISBN 0028712714)
  • (cs) Jaroslav Šeda, « Ars rediviva jubilující » («Ars Rediviva, le 40e anniversaire»), dans Koncertní život (Revue des concerts. Périodique de l'Orchestre symphonique de Prague), no 4/5 (1992), p. 12-16
  • (cs) (cs) Karel Mlejnek, Hudba barokních mistrů - Ars rediviva (La musique baroque - Ars Rediviva), Praha (Prague), Česká filharmonie/Český spolek pro komorní hudbu (Orchestre philharmonique tchèque/Société tchèque de musique de chambre),‎
  • Marc Vignal, Larousse de la musique, vol. 1, Paris, Larousse,‎ (ISBN 2-03-511303-2)
  • (cs) Tomislav Volek, « Ars rediviva a Pražští madrigalisté » («Ars Rediviva et les Madrigalistes de Prague »), dans Hudební rozhledy (La revue musicale. Périodique de l´Association des compositeurs tchèques), no 31 (1978), p. 21, 124
  • (en) Gordana Lazarevich, « Reviews of Records », dans Musical Quarterly, no  3 (1977), p. 446, doi (dx.doi.org)
  • (de) Gerhard Schuhmacher, « G.P.Telemann - Ars Rediviva », dans Musica. Schallplatten-Rezensionen, no 3 (1974), p. 293
  • (en) Judy Smith, « Recordings-quarterly check list 9», dans Early Music , no 3 (1974), p. 205-210, doi (dx.doi.org)
  • (cs) Jaromír Kříž, « Naši umělci a barokní interpretace » (« Musiciens tchèques et l´interprétation de la musique baroque »), dans Hudební rozhledy (La revue musicale. Périodique de l´Association des compositeurs tchèques), no 7 (1966), p. 207-208
  • (cs) (cs) Československý hudební slovník osob a institucí (Dictionnaire tchèque des musiciens et institutions musicales), vol. 1, Praha (Prague), SHV (Éditions musicales d´État),‎
  • (cs) (cs) Jan Kozák, Českoslovenští hudební umělci a komorní soubory (Musiciens et ensembles de chambre tchécoslovaques), Praha (Prague), SHV (Éditions musicales d´État),‎ , 426-429, 454, 456, 469 p.