Arsène Heitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heitz.
Arsène Heitz
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Drapeau européen.

Arsène Heitz (né en 1908 à Strasbourg et mort en 1989) était un peintre strasbourgeois employé au service courrier au Conseil de l'Europe[1], qui contribua de 1950 à 1955 à la genèse du drapeau européen en fournissant des dizaines d'esquisses dans le cadre d'un appel à projet public qui en recueillit plus d'une centaine[2]. Il est sans doute l'auteur du drapeau actuel[1], dont la paternité est par ailleurs multiple et discutée[3], puisque les idées de couleur bleue, d'étoiles, de cercle avaient été déjà avancées avant lui.

Il déclara des années plus tard s'être inspiré de la médaille miraculeuse et en lisant l'introït du 15 août, fête de l'Assomption de Marie : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles »[4],[5]. Cet introït est une référence au livre de l'Apocalypse selon Saint Jean, la dernière section du Nouveau Testament, à « une Femme enveloppée de soleil… et douze étoiles couronnant sa tête » (Ap12, 1)[6]. Heitz était un fervent catholique qui appartenait à l'Ordre de la médaille miraculeuse, qui peut avoir influencé ses vues sur le symbolisme des douze étoiles[7],[8].

La trace du motif réel du choix de Heitz a été retrouvée dans une petite revue belge confidentielle, Magnificat, en 1989[1]. Dans cette revue, Heitz se disait « très fier que le drapeau de l'Europe soit celui de Notre-Dame[1] ». Sa veuve a confirmé cette version et indiqué qu'en raison de l'existence d'autres religions en Europe il fallait garder le secret[1].

Cette influence a été contestée par Paul Michel Gabriel Lévy, Dr de la communication en charge du projet, qui affirme être à l'origine de la réduction du nombre d'étoiles de quinze à douze pour des raison politiques, et que la ressemblance avec la couronne de Marie n'est qu'une coïncidence qui lui a été indiquée que postérieurement [9], et est absente de la genèse du drapeau telle que décrite par Robert Bichet rapporteur de la commission chargé des propositions[2], ce qui n'empêche pas le mythe de la couronne de la Vierge Marie flottant sur une Europe pour symboliser ses racines chrétiennes, de persister[4].

Le philosophe et essayiste Michel Onfray dans ses ouvrages et lors de débats télévisés et radiodiffusés autour du référendum sur le projet de traité constitutionnel européen de mai 2005 a déploré cette inspiration très catholique de l'Europe, bien éloignée du concept français et turc de laïcité.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Philippe Vandel, « Pourquoi le drapeau européen est-il bleu avec 12 étoiles dorées en cercle ? », sur francetvinfo.fr, Radio France, (consulté le 9 décembre 2016).
  2. a et b « "Le drapeau de l'Europe" de Robert Bichet (1985) », CVCE.EU by UNI.LU,‎ (lire en ligne)
  3. « Carlo Curti Gialdino, Les symboles de l'Union européenne: la paternité du dessin du drapeau », CVCE.EU by UNI.LU,‎ (lire en ligne)
  4. a et b René Laurentin, « Le drapeau de l'Europe et la médaille de l'Immaculée », France catholique, no 2189,‎ , p. 28.
  5. Pierre Caillon, « Les douze étoiles de l’Europe », les4verites.com [archivé par wikiwix], 4 décembre 2005.
  6. « Real politics, at last? Finally, there is a pan-European debate—but it may not help the EU », The Economist, economist.com, 28 octobre 2004.
  7. (en) Jacqueline Calleja « Religious inspiration for EU flag », Times of Malta, timesofmalta.com, 17 novembre 2009.
  8. (en) « Symbolism of EU flag is Marian », La Stampa, lastampa.it, 22 octobre 2012.
  9. « Témoignage de Paul M.G. Lévy sur la création du drapeau européen », CVCE.EU by UNI.LU,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]