Arsène Heitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Heitz.
Drapeau européen.

Arsène Heitz (né en 1908 à Strasbourg et mort en 1989) était un peintre strasbourgeois, qui travailla de 1950 à 1955 sur plusieurs projets de drapeau européen. On lui doit le drapeau actuel[1]. Il était agent au Conseil de l'Europe[1].

Il déclara des années plus tard s'être inspiré de la médaille miraculeuse et en lisant l'introït du 15 août, fête de l'Assomption de Marie : « Un signe grandiose est apparu dans le ciel, une femme revêtue du soleil, la lune sous ses pieds, et sur sa tête une couronne de douze étoiles »[2],[3]. Cet introït est une référence au livre de l'Apocalypse selon Saint Jean, la dernière section du Nouveau Testament, à « une Femme enveloppée de soleil… et douze étoiles couronnant sa tête » (Ap12, 1)[4]. Heitz était un fervent catholique qui appartenait à l'Ordre de la médaille miraculeuse, qui peut avoir influencé ses vues sur le symbolisme des douze étoiles[5],[6].

Néanmoins, le drapeau conçu par Arsène Heitz était destiné au Conseil de l'Europe[1] et non à l'Union européenne (dont l'ancêtre, la CECA, était née en 1952 avec un tout autre drapeau) ; la France et la Turquie kémaliste participaient au Conseil de l'Europe dès l'origine et ont travaillé au choix de son drapeau ; kémalistes et socialistes s'opposèrent d'ailleurs à un projet de répartir les étoiles sur une croix, justement pour ne pas associer Europe et christianisme dans le même symbole.

La trace du motif réel du choix de Heitz a été retrouvée dans une petite revue belge confidentielle, Magnificat, en 1989[1]. Dans cette revue, Heitz se disait « très fier que le drapeau de l'Europe soit celui de Notre-Dame[1] ». Sa veuve a confirmé cette version et indiqué qu'en raison de l'existence d'autres religions en Europe il fallait garder le secret[1].

La plupart des fondateurs de l'Union européenne — Konrad Adenauer, Jacques Delors, Alcide de Gasperi et Robert Schuman — étaient également de fervents catholiques[4]. Cependant, les membres du Comité des ministres du Conseil de l'Europe qui adopte le drapeau, n'étaient probablement pas conscients de cette inspiration, ce qui n'empêche pas le mythe de la couronne de la Vierge Marie flottant sur une Europe pour symboliser ses racines chrétiennes, de persister[2].

Le philosophe et essayiste Michel Onfray dans ses ouvrages et lors de débats télévisés et radiodiffusés autour du référendum sur le projet de traité constitutionnel européen de mai 2005 a déploré cette inspiration très catholique de l'Europe, bien éloignée du concept français et turc de laïcité.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Philippe Vandel, « Pourquoi le drapeau européen est-il bleu avec 12 étoiles dorées en cercle ? », sur francetvinfo.fr, Radio France, (consulté le 9 décembre 2016).
  2. a et b René Laurentin, « Le drapeau de l'Europe et la médaille de l'Immaculée », France catholique, no 2189,‎ , p. 28.
  3. Pierre Caillon, « Les douze étoiles de l’Europe », les4verites.com [archivé par wikiwix], 4 décembre 2005.
  4. a et b « Real politics, at last? Finally, there is a pan-European debate—but it may not help the EU », The Economist, economist.com, 28 octobre 2004.
  5. (en) Jacqueline Calleja « Religious inspiration for EU flag », Times of Malta, timesofmalta.com, 17 novembre 2009.
  6. (en) « Symbolism of EU flag is Marian », La Stampa, lastampa.it, 22 octobre 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]