Arrosoir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arrosoir en acier galvanisé.
Pommes d'arrosoir, gros et petit débit.
Arrosoir en métal.
Arrosoir en plastique.
Une pomme d'arrosage

Un arrosoir est un récipient portable en matière étanche servant à transporter du liquide et à le déverser en une zone ponctuelle.

Utilisations et historique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Un arrosoir est principalement utilisé en jardinage, servant à l'arrosage manuel des plantes ou des semis, mais sa capacité à transporter du liquide et à le déverser de manière précise en font un objet utilisable dans d'autres contextes (BTP, cimenterie...).

Une des plus anciennes traces de l'arrosoir est une poterie nommée « chantepleure ». Sa forme se rapproche de celle d'une cloche, avec un goulot pour la prise en main et un fond percé de trous pour l'écoulement. Pour la remplir, il faut la tremper dans un bassin d'eau, c'est alors qu'on dit qu'elle chante… Ensuite, on la sort de l'eau en bouchant le trou du goulot de son pouce afin que l'eau ne coule pas. Enfin, lorsqu'on lâche son pouce, l'eau coule, on peut enfin arroser; la chantepleure pleure.

Un arrosoir est composé d'un réservoir contenant de l'eau ou les produits de traitement pouvant aller de 0,5 litre pour l'arrosage des plantes d'appartement jusqu'à 13 litres pour un usage en extérieur, d'un goulot (ou bec verseur), d'une pomme d'arrosage éventuellement à l'extrémité du goulot (percée de multiples trous, elle permet un arrosage fin et diffus) et d'une anse généralement de forme circulaire, pour maintenir et incliner l'objet.

L'arrosoir traditionnel utilisé en jardinage est fabriqué en acier galvanisé à chaud. (la galvanisation à chaud consiste à tremper la pièce en acier dans du zinc en fusion). Pour cet usage, les caractéristiques intéressantes de ce matériau sont : sa robustesse, le fait que le zinc est un oligo-élément indispensable à l'homme et que l'oxyde de zinc a des propriétés fongicide et antiseptique.

Le jardinier dispose souvent de deux pommes amovibles : une pour l'arrosage « classique », à gros trous (diamètre 1,4 mm) et une pomme munie d'une grille à petits trous (diamètre 0,8 à 1 mm) permettant un arrosage fin adapté aux semis. Ces pommes sont le plus souvent en acier galvanisé ou en plastique et sont munies de grilles en acier zingué ou en laiton.

L'arrosoir en matière plastique est souvent réservé par le jardinier pour l'épandage de produits chimiques, comme le désherbant. Dans ce cas, la pomme est remplacée par une rampe d'arrosage.

Les arrosoirs d'intérieurs, plus petits, sont rarement munis de pommes. Ils sont indifféremment en métal ou en matière plastique.

Au Québec, un arrosoir peut aussi signifier un « boyau d'arrosage ».

Calendrier[modifier | modifier le code]

Dans le calendrier républicain français, le 10e jour du mois de Thermidor est dénommé jour de l'Arrosoir[1].

Technique[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2008).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il faut préférer un bon arrosage, plutôt que plusieurs légers[réf. nécessaire]. Pour ne pas tasser le sol, se servir d'un arrosoir à pomme[réf. nécessaire]. Pour obtenir un arrosage en pluie encore plus fine, retourner la pomme en plaçant les trous vers le haut, face au ciel. Pour que l'eau pénètre mieux dans une terre tassée, faire quelques trous avec un bâton avant d'arroser. Autour des jeunes arbres et arbustes, laisser une cuvette d'arrosage, ainsi l'eau se concentrera plus rapidement vers les racines[2].

Arroser de préférence le soir ou tôt le matin (au lever du Soleil), afin d'éviter une évaporation à la fois dispendieuse et néfaste pour la plante[réf. nécessaire]. L'eau et le soleil, par effet de loupe, brûlent les tissus épidermiques des plantes. Mais aussi, les plantes ferment leurs stomates pour limiter la transpiration[3]. Donc,un arrosage réalisé en pleine chaleur provoque une ouverture des stomates qui ne se referment pas assez rapidement. La plante meurt alors par dessèchement.

Pour éviter de détruire la structure du sol, ne pas travailler un sol qui vient d'être copieusement arrosé[réf. nécessaire].

L'eau de pluie est idéale pour l'arrosage notamment car elle est pauvre en chlore et sels minéraux[4]. Il faut la laisser toutefois quelques heures à température ambiante. On peut également utiliser de l'eau provenant d'une citerne. Ne jamais arroser directement avec de l'eau du robinet car une eau trop froide fragilise les jeunes plants[réf. nécessaire]. Il faut la laisser se reposer au moins une nuit : pour cela un geste simple consiste à remplir systématiquement l'arrosoir en fin d'arrosage.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ph. Fr. Na. Fabre d'Églantine, Rapport fait à la Convention nationale dans la séance du 3 du second mois de la seconde année de la République Française, p. 29.
  2. Michel Caron, « Le jardin des gens pressés », sur http://www.futura-sciences.com,‎ (consulté le 28 avril 2016).
  3. « L'ean dans les plantes », sur http://www.cnrs.fr (consulté le 12 avril 2016).
  4. « Gestion de l'eau : tout sur l'arrosage », sur http://mag.plantes-et-jardins.com (consulté le 1er avril 2016).