Arrembécourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arrembécourt
Arrembécourt
L'église Saint-Étienne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Bar-sur-Aube
Canton Brienne-le-Château
Intercommunalité Communauté de communes des Lacs de Champagne
Maire
Mandat
Bernadette Herbin
2014-2020
Code postal 10330
Code commune 10010
Démographie
Population
municipale
52 hab. (2015 en augmentation de 13,04 % par rapport à 2010)
Densité 7,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 32′ 36″ nord, 4° 35′ 53″ est
Superficie 7,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative de l'Aube
City locator 14.svg
Arrembécourt

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Arrembécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arrembécourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arrembécourt

Arrembécourt est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

L'adjonction d'un deuxième r est de la fin du XIXe siècle, il apparait en 1884 sur le dictionniare des Postes, les autres formes connues sont : Rambécourt, Rambescourt.

Il existait au territoire, sur le cadastre de 1841 : Alonts, Beaujeu, Bessin, les Chenets, CItadelle, Côte-à-la-vigne, la COur, le bois de la Dame, les grandes et petites Forets, Grosse Maisons, Haricourt, le Moulin à vent et le vieux, les Noues, Ormont, le Poele, Rouge-Grange.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Si un Arembert est cité dés 854, la première mention en tant que nom de lieu est du XIe siècle. C'était un ensemble de seigneuries dépendantes de Rosnay et de Montmorency.

En 1789, la commune dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, de l'élection de Vitry et du bailliage de Chaumont.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mai 2008 M. Jacques Parfait    
mai 2008 en cours Mlle Bernadette Herbin DVD Agricultrice
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2015, la commune comptait 52 habitants[Note 1], en augmentation de 13,04 % par rapport à 2010 (Aube : +1,89 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
218260260230157178158167162
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
160159148148162154146136129
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
13312711090801041038590
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
826260604941414652
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église dédiée à saint Étienne était une succursale de celle de Chassericourt qui appartint un temps à l'abbaye de Montier-en-Der, après avoir appartenu à celle de la Chapelle-aux-Planche. Elle était au doyenné de Margerie et à la collaction de l'évêque. Elle a été reconstruite au XVIe siècle, voûté et ayant une abside à trois pans. Les bas-côtés ont disparu[5]. Comme mobilier elle possède des fonts baptismaux du [6] XVIe siècle en calcaire rose polychrome, une dalle funéraire [7] de Henry Cabrillon mort en 1667. Des fragments de verrières du XVIe siècle avec blasons et Ecce homo[8]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  2. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  5. Marguerite Beau : Essai sur l'architecture religieuse de la Champagne méridionale auboise hors Troyes (1991).
  6. « fonts baptismaux », notice no IM10002810, base Palissy, ministère français de la Culture
  7. « dalle funéraire », notice no IM10002751, base Palissy, ministère français de la Culture
  8. « verrière », notice no IM100027001, base Palissy, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :