Arrête ou ma mère va tirer !

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Arrête ou ma mère va tirer !
Titre original Stop! Or My Mom Will Shoot
Réalisation Roger Spottiswoode
Scénario Blake Snyder
William Osborne
William Davies
Musique Alan Silvestri
Acteurs principaux
Sociétés de production Northern Lights Entertainment
Universal Pictures
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre comédie policière
Durée 87 minutes
Sortie 1992


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Arrête ou ma mère va tirer ! (Stop! Or My Mom Will Shoot) est une comédie policière américaine de Roger Spottiswoode, sortie en 1992.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Joe Bomowski est un officier de la police de Los Angeles, habitué à résoudre les crimes de façon musclée. Il entretient une relation avec sa supérieure hiérarchique, Gwen Harper. Les choses vont se compliquer pour Joe. Tout d'abord, Gwen décide de le larguer car il ne fait pas le premier pas. Et de sucroit, sa maman, Tutti, une gentille petite vieille dame, débarque pour rendre visite à son fils, avec son chien. Tutti endommage ensuite l'arme de service de son fils en la lavant. Elle décide alors d'en acheter une nouvelle pour la remplacer. Elle acquiert donc de façon illégale un Ingram MAC, pensant faire plaisir à Joe. Tutti est alors témoin du meurtre d'un trafiquant d'armes. Joe, qui était pressé que sa mère s'en aille, est contraint de cohabiter avec sa mère. Celle-ci va cependant l'aider à recoller les morceaux entre lui et Gwen et à élucider l'affaire de meurtre dont elle a été témoin.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Arnold Schwarzenegger expliquera plus tard que Sylvester Stallone a accepté ce rôle en raison de l'intense rivalité qui les opposait à cette époque et dans sa volonté de donner comme lui un tournant humoristique à sa carrière :

« J'ai lu le script. C'était terriblement mauvais. Vous savez, moi aussi, j'ai fait des films qui méritaient de finir aux toilettes, n'est-ce pas ? Ils étaient mauvais. Mais, celui-ci était vraiment mauvais. Ça se passait durant notre guerre et je me suis dit que j'allais laisser entendre [par voie de presse] que j'étais très intéressé [par le projet]. Je sais comment ça se passe à Hollywood. Je demanderais alors beaucoup d'argent [pour qu'ils se disent] : “Allons le proposer à Sly. Peut-être qu'on pourra l'avoir pour moins”. Et donc ils sont allés voir Sly et lui ont dit : “Schwarzenegger est intéressé. Voici la coupure de presse. Il en a parlé. Si tu veux lui prendre [ce film] des mains, il est disponible.” Et il a marché ! Il a complètement marché. Une semaine plus tard, j'ai entendu que Sly signait pour faire le film. Et j'ai fait : “Yes !!”[2] »

— Arnold Schwarzenegger, Slashfilm, 2017

Le tournage a lieu de mai à aout 1991 et se déroule à Los Angeles, Santa Rosa, Long Beach[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

Le film n'obtient que 8 % d'avis favorables sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, pour 26 critiques et une note moyenne de 2,3610. Le consensus critique du site est « Absolument stupide et déconcertant, Arrête ou ma mère va tirer ! donne à ses stars déséquilibrées très peu de choses sur lesquelles travailler et en conséquence, elles ne fonctionnent vraiment pas »[4]. Rita Kempley du Washington Post le décrit ironiquement comme « votre pire cauchemar » (en référence à une phrase de Rambo 3) tout en remarquant que « le concept est cependant mieux pour Stallone que les intrigues de ses précédentes comédie, Le Vainqueur et L'embrouille est dans le sac »[5]. Michael Wilmington du Los Angeles Times voit dans ce film la réponse de Stallone aux comédies de Schwarzenegger comme Un flic à la maternelle et pointe du doigt le travail des scénaristes qui n'ont pas su imaginer plus que le concept des gags mère/fils[6].

Dans l'émission Siskel & Ebert At The Movies, le célèbre critique américain Roger Ebert déclare « C'est l'un des pires films que j'ai vu. Il n'y a aucun moments drôles. Il n'y aucun moments intéressants »[1].

Sylvester Stallone sera lui-même très critique envers ce film évoquant le pire film dans lequel il a joué. Dans un entretien avec le site américain Ain't It Cool News, il déclare notamment « peut-être l'un des pires films du système solaire, en incluant même les productions extraterrestres que l'on a jamais vues » ou encore « un vers plat aurait pu écrire un meilleur script »[7].

Box-office[modifier | modifier le code]

Malgré ces critiques globalement désastreuses de la part de la presse, le film récolte plus de 70 millions de dollars au box-office[8]. Il arrive à la 51e place du box-office 1992 au Canada et aux États-Unis[9].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
28 411 210 $[8] [10] 7[10]
Drapeau de la France France 788 365 entrées[11] - -

Monde Total mondial 70 611 210 $[8] - -

Clins d'œil[modifier | modifier le code]

  • Lorsque Tutti Bomowski montre des photos de son fils au commissariat, on peut apercevoir une photo noir et blanc de Sylvester Stallone à l'âge de 8 ans. Cette même photo était déjà apparue dans Rocky.
  • Lorsque Joe et Tutti quittent le bureau de Parnell après l'avoir interrogé, cette dernière le menace en lui disant « Je Reviendrai ! » (I'll Be Back !). La vieille femme prétend à Joe que les flics disent tous cette phrase et son fils lui répond « Non ! C'est Terminator qui dit ça ! ». En effet cette réplique est la fétiche d'Arnold Schwarzenegger depuis le premier Terminator.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le titre original de l'épisode Petit Papa Noël super flic (20e épisode de la saison 18) de la série télévisée d'animation Simpson est Stop! Or My Dog Will Shoot. Dans cet épisode, le chien de la famille Simpson, Petit Papa Noël, devient policier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  2. « Comment Schwarzenegger a piégé Stallone pour qu'il joue dans Arrête ou ma mère va tirer », sur Allociné, (consulté le 19 juin 2020)
  3. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  4. (en) « Stop! Or My Mom Will Shoot (1992) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 19 juin 2020)
  5. (en) Rita Kempley, « ‘Stop! Or My Mom Will Shoot’ (PG-13) », sur The Washington Post, (consulté le 10 septembre 2010)
  6. Wilmington, Michael (February 21, 1992). "'Stop!': Stallone KOs His Macho Image". Los Angeles Times. F14.
  7. (en) « Round Three!! Dec 3rd's Sly answers to your Stallone'd Questions », sur Ain't It Cool News,
  8. a b et c (en) « Stop! Or My Mom Will Shoot », sur Box Office Mojo (consulté le 19 juin 2020)
  9. (en) « Stop! Or My Mom Will Shoot - domestic box-office 1992 », sur Box Office Mojo (consulté le 19 juin 2020)
  10. a et b (en) « Stop! Or My Mom Will Shoot - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le 19 juin 2020)
  11. « Arrête ou ma mère va tirer ! », sur JP's Box-office (consulté le 19 juin 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]