Aroffe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aroffe (homonymie).
Aroffe
Église Saint-Sulpice à Aroffe
Église Saint-Sulpice à Aroffe
Blason de Aroffe
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Neufchâteau
Canton Mirecourt
Intercommunalité Communauté de communes de l'Ouest Vosgien
Maire
Mandat
Claude Blain
2014-2020
Code postal 88170
Code commune 88013
Démographie
Gentilé Aruffien(ne)s
Population
municipale
86 hab. (2015 en diminution de 13,13 % par rapport à 2010)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 24′ 06″ nord, 5° 54′ 00″ est
Altitude 370 m
Min. 347 m
Max. 460 m
Superficie 8,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Aroffe

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Aroffe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Aroffe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Aroffe

Aroffe est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Aruffiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à la frontière des Vosges, Aroffe est facilement repérable sur une carte car son territoire forme une hache (voir carte des Vosges).

Avec un climat semi-continental, les étés sont très chauds et les hivers très froids. Le village d'Aroffe se situe entre trois collines qui sont recouvertes de forêts et il est traversé par la rivière Aroffe. Celle-ci prend sa source à Trames fontaine sur le territoire de Beuvezin, limite de Tramont-Lassus.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2007)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

L'histoire d'Aroffe commence aux rives de la rivière du même nom qui coule encore aujourd'hui[1],[2]. Les incertitudes sont nombreuses pour la date de la création du village mais, grâce à des vestiges découverts près de là à Gémonville, nous pouvons dire que cette région a été habitée par les Gaulois. C'est sûrement grâce au climat et aussi grâce à la rivière que des peuples ont pu y vivre. Nous pouvons situer approximativement les premières habitations aux environs du Ier ou IIe siècle av. J.-C.. Dès le Ier siècle av. J.-C., elle tombe sous domination romaine. Cette civilisation ne laissera aucun vestige à Aroffe car la plupart des pierres seront récupérées pour construire des maisons au Moyen Âge.

Le Moyen Âge, siècle de légendes à Aroffe

En 476 apr. J.-C., les hordes de barbares débarquent en Gaule en pillant tout. Une dynastie se met en place les Mérovingiens qui se convertissent au christianisme ce qui aura une conséquence sur la population et sur les légendes d'Aroffe. Très tôt commence dans le village d'Aouze la chasse aux sorcières. Et une légende partira de cela, légende qui a sa part de vérité. Elle commence en pleine chasse de sorcières à Aouze. Un habitant d'Aroffe, paysan comme la plupart, après avoir assisté à un procès de sorcières, repartit dans son village. Mais au même moment, un sorcier qui avait échappé au massacre jeta un sort à l'habitant d'Aroffe. Celui-ci se retrouva suspendu dans les airs. À ce moment, il pria la sainte Vierge de le faire descendre en contrepartie de quoi il construirait une chapelle. Son vœu fut exaucé et il construira la chapelle à l'endroit où il retomba, c'est-à-dire entre Aroffe et Soncourt sur l'une des trois collines d'Aroffe : la colline de Chaplemont.

Il existe aussi dans le village une autre légende qui sert comme une leçon religieuse. Elle se passe un dimanche jour de repos. Un paysan amenait du foin en haut de l'une des collines quand tout à coup la sainte Vierge lui apparut. Elle lui demanda de rentrer chez lui car le dimanche était jour de repos. Le paysan continua à monter alors la sainte vierge lui prophétisa qu’il ne pourrait pas monter cette colline avec ses deux ânes. Il fallut tous les chevaux et les ânes du village pour qu'il puisse monter la colline.

La période du Moyen Âge ne fut pas qu'une période de légende. Dans la seconde partie du XVIe siècle malgré la présence d'une chapelle, une église fut construite. Elle fut achevée en 1528 avec une magnifique verrière. Aroffe fut pendant cette période inscrite dans les quelques villages appartenant au diocèse de Toul. Aroffe était à cette époque dans l'ombre du village de Vicherey qui avait un château et qui avait reçu la visite du roi Dagobert qui aimait s'y reposer.

La Révolution et le XIXe siècle

En 1793 coup de théâtre : pendant la période de la Révolution, la chapelle est détruite et pillée ; les pierres serviront à construire le reste de l'église et les terres sont vendues. Au XIXe siècle, la révolution industrielle commence. Une tuilerie est construite ; elle marchera à plein régime jusqu'au XXe siècle. Un moulin pour faire la farine est construit, il marchera jusqu'à la mort du boulanger pendant la guerre 1939-1945. Un bar se fait et les tuiles en argile de l'église sont remplacées par des tuiles en métal.

XXe siècle et XXIe siècle

Au début du siècle est construit un cinéma animé par un curé. La guerre 1914-1918 marque beaucoup Aroffe. Mais ce n'est rien comparé à la Seconde Guerre mondiale ; le village est occupé. L'abbé Mathis curé d'Hennezel sera torturé et n'y survivra pas. Le boulanger est déporté, il ne reviendra pas. Des Polonais se réfugient dans les forêts et un habitant, après avoir sauvé un parachutiste anglais et ayant manqué le couvre feu se retrouve en camp de concentration, il sera sauvé par les Russes. Après la guerre, le cinéma ferme comme le bar et il ne reste plus que le garage. Encore aujourd'hui, des Aruffiens partent vers les grandes villes et beaucoup se demandent quel sera l'avenir à Aroffe.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1864 Nicolas Victor Duval    
1865 1881 Victor Claude    
1881 1894 Joseph Gérard    
1894 1900 Anatole Didelot    
1900 après 1904 Émile Duval    
         
mars 2001 mars 2008 Michel Croctaine DVD  
mars 2008 octobre 2016 Claude Blain (°1930) DVD Retraité, démissionnaire
novembre 2016 en cours
(au 10/11/2016)
Marie-Agnès Foray (°1934) DVD Retraitée

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2015, la commune comptait 86 habitants[Note 1], en diminution de 13,13 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
250 250 287 281 308 312 315 319 309
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
298 295 258 241 239 255 236 216 226
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
214 154 148 149 156 139 139 147 118
1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 - -
98 92 77 82 92 99 86 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Sulpice a été repeinte et des spots l'éclairent la nuit[7].
  • Les lavoirs dispersés dans le village dont un qui est toujours utilisé.
  • Les douze apôtres qui se trouvent encore intacts sur la façade d'une maison ; cette scène montre la crucifixion de Jésus entouré de ses apôtres[8].
  • Le moulin qui se trouve à la fin du village.
  • Certaines maisons ont encore la statue de la Sainte Vierge intacte dans la niche.
  • Le cinéma abandonné est toujours là mais il est habité.
  • Les fondations de la chapelle se trouvent encore cachées dans la forêt.
  • Certaines maisons du village ont une histoire comme celle qui a servi d'hôpital pendant la guerre.
  • Les croix et les symboles religieux omniprésents dans le village :
  • La mairie ancienne école et le cimetière dont les tombes remontent jusqu'au XIXe siècle.
  • Les forêts et les trois collines qui entourent le village et où on peut trouver des « étoiles » comme celles de Sion.
  • Mais on ne peut oublier le bar et les deux vieux saules ; ces derniers longent la rivière.
  • Grotte du Haut-du-Mont : altitude 400 m, cette grotte est appelée Trou de la Graiotte, et située à 1 200 m de l'église, d'une profondeur de 16 m[12].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la bande ondée d'azur chargée d'un poisson d'argent entre deux feuilles de chêne du même, accompagnée en chef par un calvaire de gueules et en pointe par une roue de moulin du même.
Commentaires : La bande ondée et le poisson symbolisent l'Aroffe, rivière qui a donné son nom au village. Le calvaire et la roue de moulin indiquent des édifices de la localité. Les feuilles de chêne évoquent les forêts entourant Aroffe[13].

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]