Arnaud de Lévézou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arnaud de Lévézou
Biographie
Naissance XIe siècle
Décès
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale par l'archevêque Dalmace de Narbonne
archevêque de Narbonne
évêque de Béziers
1096/1097 –
Autres fonctions
Fonction religieuse
Légat apostolique (1129-1142)
Fonction laïque
Gouverneur de Toulouse pour le comte Alphonse Jourdain (1119-1121)

Arnaud de Lévezou (ou de Lévezon) († ) est un prélat qui, à titre d'évêque de Béziers (1096-1121), puis d'archevêque de Narbonne (1121-1149) et de légat pontifical (1129-1142), joua un rôle important dans les affaires politiques et religieuses de la France méridionale au cours de la première moitié du XIIe siècle.

Carrière ecclésiastique[modifier | modifier le code]

Fils d'Acfred, seigneur de Lévézou en Rouergue et d'Arsinde, fille de Richard II, vicomte de Millau et de Rixinde de Narbonne[1], Arnaud naît au sein d'une famille féodale qui avait fortifié le Lévézou au XIe siècle. Sa carrière ecclésiastique bénéficia probablement de l'influence de son oncle maternel Richard de Millau, abbé de Saint-Victor de Marseille (1079-1106), archevêque de Narbonne (1106-1121), cardinal et de nombreuses fois légat pontifical en France et en Espagne[2],[3].

D'abord abbé de Saint-Jacques de Béziers (fin XIe siècle-début XIIe)[4], Arnaud est élu évêque de Béziers en 1096 ou 1097. Il est consacré par l'archevêque Dalmace de Narbonne[5].

Après la mort de son oncle Richard de Millau, le , Arnaud est élu le 16 avril suivant archevêque de Narbonne[6].

Vers 1128, le pape Honorius II l'institue légat permanent du Saint-Siège [7].

Un partisan du comte de Toulouse[modifier | modifier le code]

Arnaud de Lévezou est considéré par les historiens comme un partisan déterminé des comtes de Toulouse, notamment dans les luttes qui les opposent aux ducs d'Aquitaine et aux comtes de Barcelone tout au long du XIIe siècle[8].

En 1108, il accompagne peut-être le comte Bertrand de Toulouse en Terre sainte, venu y réclamer les conquêtes de son père Raymond de Saint-Gilles. On le retrouve du moins témoin en 1111 d'une donation de Bertrand, devenu comte de Tripoli au Saint-Sépulcre de Jérusalem[9].

En 1114, Guillaume IX d'Aquitaine, duc d'Aquitaine, au nom des droits de son épouse Philippa, s'empare de Toulouse, au détriment du jeune comte Alphonse. En 1119, lorsque les Toulousains se révoltent contre l'occupation poitevine, massacrent le châtelain du duc et reconnaissent Alphonse comme seigneur, celui-ci, retenu hors de la ville, en confie le gouvernement à Arnaud de Lévezou, alors évêque de Béziers[10]. Ce dernier administre Toulouse au nom du comte jusqu'à son élection comme archevêque de Narbonne en 1121[10].

Denier d'argent frappé à Narbonne par le comte Alphonse durant son occupation de la ville.

Le est tué à la bataille de Fraga le vicomte Aymeri II, co-seigneur de Narbonne avec l'archevêque, parent et allié du comte de Barcelone, Raimond-Bérenger IV, rival du comte toulousain. Profitant de la minorité de l'héritière, la vicomtesse Ermengarde, le comte de Toulouse Alphonse Jourdain se rend maître de Narbonne vers 1139 avec l'appui de l'archevêque Arnaud[11]. Pour mieux assurer sa domination sur le Narbonnais, Alphonse, opportunément « libéré » de son épouse Faydide d'Uzès, morte ou répudiée, songe à la fin de l'année 1142 à épouser Ermengarde, qui entre dans l'adolescence. Un contrat de mariage est rédigé, le 21 octobre 1142. Ce projet matrimonial, qui ferait passer de façon permanente la vicomté de Narbonne sous contrôle toulousain, menace de bouleverser l'équilibre politique régional. Du point de vue du comte de Barcelone Raimond Bérenger IV, « l'enjeu (...) était capital ; il en allait de la conservation des principautés barcelonaises dans le Midi[12] ». Fin 1142, c'est donc avec l'appui barcelonais qu'une coalition de seigneurs méridionaux se réunit, sous la direction du chef de la famille Trencavel, Roger Ier, vicomte de Carcassonne, Albi et Razès, pour s'opposer aux projets du comte de Toulouse[13]. Sur les conseils du comte de Barcelone, Ermengarde épouse Bernard d'Anduze, fidèle du vicomte Roger et cousin des seigneurs de Montpellier.

Face à cette coalition, le comte Alphonse cherche à resserrer ses liens avec l'archevêque Arnaud en lui faisant don, le 12 décembre 1142, du château de Conilha dans la vicomté de Narbonne « en remerciement de l'affection et du servitium que, dès son plus jeune âge, il a souvent reçu du prélat[14] ». Cependant, en 1143, le comte Alphonse, vaincu par ses ennemis et fait prisonnier, est contraint de lâcher prise. Selon le traité de paix qui lui est imposé par Roger, le comte de Toulouse s'engage à restituer Narbonne à Ermengarde.

Arnaud apporte aussi son soutien à Alphonse dans une autre affaire. En 1141, le seigneur de Montpellier Guilhem VI, allié inconditionnel du comte de Barcelone, est chassé de sa ville par les bourgeois révoltés qui aspirent au consulat. Le comte de Toulouse soutient cette sédition qui met ainsi l'un de ses ennemis en difficulté. Lorsque Guilhem rétablit son pouvoir à Montpellier fin 1143, certains membres de la famille de ses viguiers, les Aimoin, qui avaient fini par appuyer les révoltés et s'étaient fait complices d'Alphonse, sont contraints de fuir. C'est sur le territoire de l'archevêque Arnaud qu'ils trouvent refuge, ce qui vaut au prélat des reproches de la part du pape Célestin II[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Belmon 2008, p. 199 et annexe CD, p. 173.
  2. Belmon 2008, p. 200.
  3. Belmon 1992.
  4. Auguste Molinier, « Abbaye de Saint-Jacques (diocèse de Béziers) », dans Claude Devic et Joseph Vaissète (et Ernest Roschach), Histoire générale de Languedoc, vol. 4, partie 2 : Listes des dignitaires ecclésiastiques (suite), 3e édition, Toulouse, Privat, 1885, p. 584. [lire en ligne]
  5. Honoré Fisquet, La France pontificale [...], Montpellier, 2e partie : Béziers, Lodève, Saint-Pons de Thomières, Paris, E. Repos, (lire en ligne), p. 44
  6. Caille 1985, p. 229.
  7. Georges Pariset, « L'Établissement de la primatie de Bourges », Annales du Midi, vol. 14,‎ , p. 296, note 2. (ISSN 0003-4398) [Texte intégral (Internet Archive)]
  8. Macé 2000, p. 24-26, 100; Caille 1985, p. 229-231.
  9. Jean Richard, Le Comté de Tripoli sous la dynastie toulousaine, Geuthner, Paris, 1946, p. 90; Eugène de Rozière, éditeur scientifique, Cartulaire de l'église du Saint-Sépulcre de Jérusalem, Paris, 1849, charte no 98, p. 192-194, ici p. 194.
  10. a et b Macé 2000, p. 24.
  11. Caille 1995, p. 11-12, Macé 2000, p. 25-26,
  12. Martin Aurell, Les Noces du comte : Mariage et pouvoir en Catalogne (785-1213), Paris, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale / 32 », (ISBN 2-85944-251-0 et 9782859442514), p. 413.
  13. Caille 1995, p. 12-13.
  14. Caille 1995, p. 14 et note 41, p. 29.
  15. Macé 2000, p. 26.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Études utilisées pour la rédaction de l'article
  • Jérôme Belmon, « Les vicomtes de Rouergue-Millau (Xe-XIe siècles », Positions des thèses soutenues par les élèves de la promotion 1992, Paris, École nationale des chartes,‎ , p. 21-30. (lire en ligne).
  • Jérôme Belmon, « Aux sources du pouvoir des vicomtes de Millau (XIe siècle) », Vicomtes et vicomtés dans l’Occident médiéval, Toulouse, Presses universitaires du Mirail,‎ , p. 189-202 et annexe CD, p. 167-185. (ISBN 978-2-85816-942-9). [présentation en ligne]
  • Jacqueline Caille, « Ermengarde, vicomtesse de Narbonne (1127/29-1196/97), une grande figure féminine du Midi aristocratique », dans La Femme dans l'histoire et la société méridionales (IXe-XIXe siècles). Actes du 66e congrès de la Fédération historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon (Narbonne, 15-16 octobre 1994), Montpellier, (ISBN 2900041198 et 9782900041192, lire en ligne), p. 9-50.
  • Laurent Macé, Les comtes de Toulouse et leur entourage, XIIe-XIIIe siècles : rivalités, alliances et jeux de pouvoir, Toulouse, Privat, (réimpr. 2003), 445 p. (ISBN 2708956000).
Études complémentaires concernant Arnaud de Lévezou
  • Jérôme Belmon, « Parenté et seigneurie en Rouergue aux XIe et XIIe siècles : l’exemple des sires de Lévezou », Études aveyronnaises,‎ , p. 75-102.
  • Damien Carraz, « Les ordres militaires et la paix dans le Midi au XIIe siècle », Provence historique, vol. LXIII, no 252,‎ , p. 235-253 (ISSN 2557-2105, lire en ligne) [lien alternatif de téléchargement]
    Rôle joué par Arnaud de Lévezou dans l'invention d'une taxe destinée au maintien de la paix de Dieu
  • Damien Carraz, « Un revival de la paix de Dieu ? Les paix diocésaines du XIIe siècle dans le Midi », dans La réforme "grégorienne" dans le Midi (milieu XIe - début XIIIe siècle), Toulouse, Privat, coll. « Cahiers de Fanjeaux » (no 48), (résumé, lire en ligne), p. 523-558.
    Rôle joué par Arnaud de Lévezou dans la réactivation du mouvement de la Paix de Dieu dans le Midi
  • Yves Esquieu, « La basilique de Saint-Aphrodise et les débuts de l'art roman à Béziers », Bulletin archéologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, nos 10-11,‎ , p. 45-62. (résumé)
  • Ursula Vones-Liebenstein, « L'attitude de la Narbonnensis face au schisme d'Anaclet », dans Bernhard Barbiche et Rolf Große (éd.), Schismes, dissidences, oppositions : La France et le Saint-Siège avant Boniface VIII, Paris, École Nationale des Chartes, coll. « Studien und Dokumente zur Gallia Pontificia » (no 7), (ISBN 978-2-35723-030-9, lire en ligne), p. 9-29.
    Attitude adoptée par Arnaud de Lévezou lors du schisme d'Anaclet II (1130-1138).