Arnaud Cohen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cohen.
Arnaud Cohen
Dansez sur moi - Dance over me - Arnaud Cohen 2017 Kunstverein am Rosa Luxemburg Platz, Berlin, Germany.jpg
Arnaud Cohen et Wim Wenders dansent sur l’œuvre performative de Cohen Dansez sur moi, Kunstverein am Rosa Luxemburg Platz, Berlin, octobre 2017.
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (51 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités

Arnaud Cohen est un artiste contemporain français, sculpteur et plasticien né le 28 janvier 1968 à Paris en France.

Biographie et œuvres emblématiques[modifier | modifier le code]

Présenté en 2015 par le quotidien Le Figaro comme l'une des dix personnalités qui réinventent la culture en France [1], Arnaud Cohen commence sa carrière d'artiste plasticien en 1997 en intégrant la galerie Marwan Hoss (Paris et Bruxelles, Marwan Hoss était alors également vice-président de la Foire internationale d'art contemporain)[2]. À l'époque, la pratique de Cohen était entièrement tournée vers le collage, utilisant tous les matériaux existant, se refusant à peindre ou à sculpter afin, comme le disait-il lui-même, de « résister à toute tentation décorative »[3]. Dans ces collages, on trouve aussi bien des traces de sa vie personnelle, que des pense-bêtes, ou des affiches érotiques de minitel rose qui fleurissent sur les palissades françaises dans les années 90. Sa carrière s’interrompt en 2000 avec la fermeture partielle de sa galerie. De retour en 2005, son travail, s'il traite des mêmes obsessions (la responsabilité individuelle dans le cadre de l'édification de destins collectifs) évolue radicalement sur le plan formel : héritier des artistes de l'Internationale situationniste et plus particulièrement d'Asger Jorn et de ses Modifications ou Détournements Cohen ne cherche toujours pas à concevoir de nouvelles formes mais il colle à présent des idées en se glissant dans des formes et des styles établis pour mieux les pervertir. Quelques exemples à travers des pièces majeures :

Campagnes JPR : Depuis 2005, date de la création d'un personnage fictif Jean-Paul Raynaud (et non pas Jean-Pierre Raynaud), archétype de l'artiste officiel, Cohen s'empare de la forme des campagnes d'affichage politique. il a ainsi collé en différents lieux de fausses affiches aux slogans ambigus et raillant les rapports des artistes français à l'institution [4] comme le fameux "En France les artistes exigent que les galeries soient nationalisées sinon à quoi bon faire de l'art officiel". C'est l'ensemble de ces matériels de campagne (affiches, badges, etc.) qui a été acquis en 2008 par le Musée d'histoire contemporaine.

The Kiss : Ainsi en 2007 avec son Big Red Kiss, il fait sienne l'esthétique du pop art pour mieux en détourner le sens. La bouteille de Coca-Cola agrandie est percutée par deux des avions de ligne réduits. C'est l'assemblage, ou plutôt le télescopage de ces deux éléments (le symbole du pop art et de la consommation percuté par le symbole de la mondialisation des échanges) qui a du sens. De plus, par sa plasticité, la présence iconique de cet objet crée un nouveau vocable à la fois évident et complexe : celui-ci recouvre à la fois les luttes actuelles incarnées par les événements du 11 septembre, mais aussi l'effondrement des valeurs liées à la consommation, sans oublier la problématique encore naissante des guerres à venir autour de l'enjeu de l'eau (il faut en effet jusqu'à 9 litres d'eau pour produire un litre de Coca[5]). Cohen ne cache pas non plus que c'est pour lui l'occasion de tuer un père un peu trop encombrant en la personne du sculpteur néo-pop Jeff Koons.[1]

Art Speaks For Itself : En 2014 Cohen crée ArtSpeaksForItself.org [6], une œuvre conceptuelle qui imite formellement une fondation[7]. Bien que sans existence légale, ASFI anime un réseau de résidences de curateurs internationaux. Cohen a inauguré en septembre 2014 sa première résidence à Paris, et dès l'année suivante la deuxième à Milan avec la complicité d'Adama Sanneh de la fondation Moleskine. S'il considère cette œuvre d'art comme particulièrement utopique qui vise à inverser les rôles et les rapports de force au sein du monde de l'art, il s'entoure néanmoins dès le départ dans cette entreprise de personnalités françaises bien réelles, conseillers ministériels, curateurs, critiques, historiens d'art, responsables de fondations et d'institutions, et collectionneurs comme Sandra Hegedüs Mulliez, Jean-Pierre Biron, Maxence Alcalde, Marie-Ann Yemsi, Marie Deparis, Laurent de Verneuil ou Damien Brachet. Le premier invité fut Wang Chunchen, curateur responsable du pavillon chinois lors de la dernière biennale de Venise[8]. Le protocole curatorial d'ASFI a été appliqué en 2018 à l'exposition féministe de la Tate consacrée aux écrits de Virginia Woolf[9] et curatée par Laura Smith (depuis curatrice à la Whitechapel Gallery de Londres), et en 2015 à l'une des expositions du MUNTREF, musée d'art contemporain de Buenos Aires. Arnaud Cohen a été invité à performer cette oeuvre en 2015 à Something Else off Biennale du Caire en 2015[10] ainsi qu'à la Biennale de Dakar en 2016 par le curateur international Simon Njami. C'est également pour cette œuvre que Cohen fut invité à la Biennale de Venise 2017 par Koyo Kouho (Salon Suisse, Pro Helvetia)[11] et la même année à la Biennale d'Amérique du Sud BIENALSUR [12]par Anibal Jozami et Diana Wechsler[13]. Parmi les participants les plus prestigieux à ces symposiums performés, notons Anne Barlow, directrice artistique de la Tate St Ives, Florence Derieux directrice artistique de la Fondation Centre Pompidou puis de la Galerie Hauser and Wirth de New York, Georges Didi-Hubermann, Albertine de Galbert, Rebecca Lamarche Vadel curatrice au Palais de Tokyo, Enrico Lunghi conservateur en chef du MUDAM, ou Jean-Hubert Martin[14]. ASFI a bénéficié en 2016 d'une présentation publique au Centre Pompidou à l’invitation d’Alicia Knock dans le cadre de Museum On/Of, en 2017 au Musée Untref de Buenos Aires ainsi qu'au Musée d'Art conceptuel Château de Montsoreau-Musée d'art contemporain dans le cadre de Protest.

Dansez sur moi : Cohen emprunte pour cette oeuvre de 2017 le vocabulaire minimal et conceptuel des sculptures marchables de Carl Andre. Mais contrairement à ce dernier qui revendique un renoncement au sens et à l'engagement [15], Arnaud Cohen y injecte une dimension vénéneuse : l'œuvre, dans ces différentes versions (installation sur place, vidéosurveillance, version transportable), consiste en un dance floor constitué de fausses tombes de vrais collaborateurs nazis, celles de Maurice Rocher, propriétaire d’usines, de Jean Bichelonne, polytechnicien en charge avec Albert Speer d'intégrer les usines françaises au complexe militaro-industriel du Reich, et de Wernher Von Braun, qui dirige l’usine souterraine des fusées V1 et V2 du camp de Dora.Dénonçant la collaboration des élites économiques, politiques et culturelles, l'oeuvre veut également proposer une troisième voie entre les monuments commémoratifs glaçants en présence desquels la vie n'est guère possible (comme celles de son aîné Christian Boltanski) , et les œuvres artistiques qui font comme si rien ne s'était passé. La caméra de vidéo surveillance est là pour capturer des preuves que la vie est possible en présence du pire du passé le plus sombre. La pièce, exposée en 2017 dans un kunstverein berlinois, est présentée en 2018 à Paris au Mémorial de la Shoah.

L'œuvre d'Arnaud Cohen a fait l'objet une exposition monographique et d'une rétrospective aux Musées de Sens de juin à septembre 2015. Menacée de censure [16], l'exposition a été maintenue dans son intégralité grâce au soutien de l'Association Internationale des Critiques d'Art et de personnalités comme Élisabeth Lebovici [17], mais plusieurs de ses œuvres exposées ont été vandalisées dans l'enceinte même du musée.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • BIENNALES
    • 2019   
    • 2018   
    • 2017   
    • 2016   
      • Dak'art Biennale, curator Simon Njami, Raw Material                                                           
    • 2015   
      • Something Else Cairo Biennale, curator Moataz Nazr                                                                     
    • 2009   
      • Poznan Sculpture Triennale, Personalities of Contemporary Sculpture
  • EXPOSITIONS MONOGRAPHIQUES                                                                                                     
    • 2018   
      • Galerie Nagel Draxler, Köln, Germany
    • 2017   
      • Hunting Season, solo exhibition, Kunstverein am Rosa Luxembourg Platz, curator Susanne Prinz,  Berlin, Germany
    • 2016   
      • Tout doit disparaitre, solo exhibition, Villa Ada Savoia, curator Valentina G Levy, Rome, Italy
      • Hunting Season solo exhibition, Kepler Art Conseil, Paris, France
    • 2015   
      • Rémission [18] + Retrospection  solo exhibition + retrospective, Musées de Sens et Palais Synodal, Sens, France
      • Pam at rest/Pam at work, YIA Art Fair (guest artist), Paris, France
    • 2013   
      • Play It Again Pam, Sisyphus is a woman [19], curator édition du petit o, Chillon Fortress, Switzerland
      • Duchamp et après, curator Claude Guibert, APPAC Montreuil, Paris, France
    • 2012   
      • Espaces Augmentés [20],[21] La Coutellerie, Chatellerault, France
      • Ruins of Now, une archéologie du contemporain [22],[23],[24], solo exhibition, Galerie Laure Roynette, Paris,  France
    • 2010   
      • Love is Coming, solo exhibition, Galerie Xavier Nicolas, Paris, France
    • 2009   
      • Face au Mur, solo exhibition, E.A.P. Centre d'art contemporain de Châtellerault, France
    • 2008   
      • Parallèles, Hôtel-Dieu de Brie-Comte-Robert, Paris, France
    • 2007   
      • Nationals’ Portrait gallery, Pool Miami Beach Art Fair, Miami, Florida, USA
      • LA1\6? C/LO6LHO  (Elle a un souci? C'est sur elle aussi elle a chaud), à la Braconnerie de Curzay, Poitiers, France
    • 2006    Campagne JPR, curator Eric Mezan/Art Process, Paris
      • JPR Campaign End Game, Paris, MacParis, France
    • 2000   
    • 1998   
      • On Man Show, solo exhibition, Confluences, Paris, France
  • EXPOSITIONS DE GROUPE (selection)

2019 Roll Over Maurice Rocher, Le Confort moderne, curator Yann Chevallier 2018     Virginia Woolf, an exhibition inspired by her writings, Tate St Ives, curator Laura Smith, Great Britain I Regards d'Artistes, Memorial de la Shoah, curator Sophie Nagiscarde I ORGAN_ICON, Bureau d'Art et de Recherche (B.A.R), Roubaix, France  I Talking about a Revolution, 22Visconti, curator Paul Ardenne, Paris 2017    Artothèque du Havre, curator Maxence Alcalde, France I Le Paradoxe du Cartel, Galerie Valerie Delaunay, curator Isabelle de Maison Rouge, Paris, France I Le Temps Retrouvé 3, Les Bains, curators Gwenael Billaud Sylvana Laurens and Louis de Causans, Paris, France 2016    Do Disturb, Palais de Tokyo, curator Vittoria Matarrese, Paris, France I En réponse à la guerre, Kielcach National Museum,  curators Valery Poulet and Freddy Pannecocke, Poland 2015    A l’ombre d’Eros, Monastère Royal de Brou, curator Marie Deparis-Yafil, Bourg-en-Bresse, France  I Cutlog Art Fair Paris, France 2014    Black Box Center, Cutlog Art Fair New York City, USA I Gamerz Festival, Fondation Vasarely,    curator CCC, Aix en Provence, France I En réponse à la guerre, Château d’Hardelot Cultural  Centre,  curator Valery Poulet et Freddy Pannecocke, France 2013    Diary of a thief, curator Stephen Sarrazin, Sunday Issue Gallery, Tokyo Japan I Copie Copain Club, Gaité Lyrique, curators Emilie Brout + Maxime Marion + Caroline Delieutraz, Paris France I BAMMMMMMM II, curator Baptiste Lefevre, Bureau Culturel de Genève, Switzerland 2012    Uploloload, Éloge de la réalité diminuée, Galerie 22,48m², curator Maxence Alcalde + Caroline Delieutraz, Paris France I Spring, School Gallery, Bruxelles Belgium I Seules les pierres sont innocentes, curator Marie Deparis-Yafil, Galerie Talmart, Paris France I Amici miei, Galerie A Rebours, Paris France I In & Out, Pop-Up Museum, Ivry Paris France 2011    L’art fait le mur, Fonds des Artothèques d’Angoulême et de La Rochelle, at Angoulême Frac Poitou-Charentes, France 2010    Galerie Xavier Nicolas, Paris France, I Cutlog Art Fair, Paris France 2009    Emergency Room, Palazzo delle Arti Napoli PAN, Italy I DesignPack Gallery, Paris France 2008    Editions 2007-2008, Chatellerault Contemporary Art Center, France I Emergency Room, Galerie Taïss, Paris France I 68-2008, curator Yves Cothouit, Galerie Salvador, Paris France I L’art... en eaux troubles, curator Olivier Castaing, School Gallery, Paris France I Show Off Art Fair, Paris France I Slick Art Fair, Paris France 2007   En plein view, French artists in New York, New Art Center, New York NY USA 1997-2000  Galerie Marwan Hoss, Paris France and Brussels Belgium + Art Brussels Art Fair

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Dix personnalités qui réinventent la culture », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018).
  2. « Dix personnalités qui réinventent la culture », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2018).
  3. « Arnaud Cohen détournement de valeur » par Françoise Monnin in Artension, mai-juin 2007
  4. « Artistes engagés, le singulier et le collectif » par Francis Parent in Les années 68 ; un monde en mouvement, éditions du Musée d'histoire contemporaine et de la BDIC, (ISBN 978-2-84950-18-70), p. 242-244 (texte biographique comprenant des citations de l'artiste)
  5. « Les femmes du Kerala contre Coca-Cola » in Le Monde diplomatique, mars 2005
  6. « Art Speaks For Itself », sur Art Speaks For Itself (consulté le 7 novembre 2018).
  7. « Art Speaks For Itself : une stratégie alternative », Chroniques du chapeau noir,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018).
  8. (en-US) « Wang Chunchen appointed Curator of the Chinese Pavilion for the 55th Venice Biennale and the Seven Artists are announced | CAFA ART INFO », sur en.cafa.com.cn (consulté le 8 janvier 2018).
  9. (en-GB) Tate, « Virginia Woolf: An Exhibition Inspired By Her Writings – Exhibition at Tate St Ives | Tate », sur Tate (consulté le 8 janvier 2018).
  10. (en) « 28-11-2015 13:30:06 - Don't miss the Opening of Something Else tomorrow ... », sur Arts Collaboratory (consulté le 8 janvier 2018).
  11. (en) deimos.ch - Zurich, Switzerland, « biennials.ch – Pro Helvetia's platform to present the Swiss contributions to the Venice Biennials », sur biennials.ch (consulté le 8 janvier 2018).
  12. (es) Susana Reinoso, « Comer, beber, ser parte de una obra », Clarin Cultura,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018).
  13. (es) « (ES) Participación francesa en la BIENALSUR | Institut français d’Argentine », sur ifargentine.com.ar (consulté le 8 janvier 2018).
  14. « Art Speaks For Itself », sur Art Speaks For Itself (consulté le 8 janvier 2018).
  15. André Giraud, « Les petites annonces : l'information à lire entre les lignes. Entretien avec André Giraud », Communication et langages, vol. 7, no 1,‎ , p. 99–106 (ISSN 0336-1500, DOI 10.3406/colan.1970.3829, lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018).
  16. « Arnaud Cohen censuré à Sens - La République de l'Art », La République de l'Art,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018).
  17. (en) « Sens et non sens aux Musées de Sens + actualisation » (consulté le 7 novembre 2018).
  18. « Arnaud Cohen au musée de Sens. », osskoor,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018)
  19. « TRANSVERSALES », sur tranversales.blogspot.com (consulté le 7 novembre 2018)
  20. « L’exposition fantôme d’Arnaud Cohen », osskoor,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018)
  21. « Arnaud Cohen : « Tout doit disparaître » », Chroniques du chapeau noir,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018)
  22. « Vivre parmi les ruines », Amateur d'art,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018)
  23. « Arnaud Cohen « Ruins of Now » », osskoor,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018)
  24. « Arnaud Cohen, avant la fin du monde », Chroniques du chapeau noir,‎ (lire en ligne, consulté le 7 novembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]