Armorial de la famille Rohan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cette page donne les armoiries (figures et blasonnements) de différents membres de la famille de Rohan.


Armoiries des branches de la maison de Rohan[modifier | modifier le code]

Branche (aînée) de Rohan[modifier | modifier le code]

Armes anciennes de Rohan[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rohan (ancien).svg Armes anciennes des premiers vicomtes de Rohan

De gueules à sept macles d'or, posés 3, 3, 1[1],[2].

Armes (anciennes) des Rohan (adoptées par Geoffroy de Rohan entre 1216 et 1222).

Blason Pierre de Rohan, dit Pierre de Quintin (1456-1518).svg Pierre de Rohan dit « Pierre de Quintin » (1456-24/06/1491), baron de Pontchâteau, baron consort de Quintin, seigneur de La Garnache

Blasonnement incomplet : Écu de gueules bordé d'argent et chargé de sept macles d'or, posés 3, 3, 1.

Sceau du 18 juin 1491 : Écu bordé et chargé de sept macles[3].

Armes modernes de Rohan[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rohan.svg Armes modernes des vicomtes et ducs de Rohan

De gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3[1],[4].

Armes (modernes) des Rohan (adoptées par Henri Ier de Rohan entre 1552 et 1575).

Le passage des armes anciennes aux armes modernes s'explique aisément par la modification de la forme des écus à partir du XIVe siècle : la pointe s'aplatit, l'espace vide ainsi créé est comblé par deux nouveaux macles.


Branche de Rohan-Guéméné[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rohan-Guéménée.svg Branche de Rohan-Guéméné

Écartelé : en 1 et 4 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; en 2 et 3 : d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules (qui est d'Évreux) ; sur le tout, parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan), et en 2 : d'hermine (qui est de Bretagne)[1].

Charles de Rohan dit « Charles Ier de Rohan-Guéméné » (1375-1438), seigneur de Guéméné et auteur de la branche du même nom, était fils de Jean Ier de Rohan (1324-1396), vicomte de Rohan, seigneur de Guéméné, et de Jeanne d'Évreux dite « Jeanne de Navarre »[5] (1339-1409). Il adopta les armes de sa mère, plus prestigieuses, et mit un parti de Rohan et de Bretagne en abîme.

Blason Louis VII de Rohan.svg Louis VII de Rohan-Guéméné (1562-01/11/1589), comte puis duc de Montbazon, comte de Rochefort, prince de Guéméné

Écartelé : en 1 et 4 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; en 2 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; en 3 : d'azur à 3 fleurs de lys d'or (qui est de France, une bande componée d'argent et de gueules brochante (qui est d'Évreux moderne) ; sur le tout : d'argent, à une couleuvre ondoyante en pal d'azur, couronnée d'or, engloutissant un enfant de carnation, posé en fasce, les bras étendus (qui est de Visconti)[4].

Blason Armand Jules de Rohan-Guémené.svg Armand Jules de Rohan-Guéméné (10/02/1695 à Paris – 28/08/1762 à Saverne), abbé du Gard et de Gorze, archevêque-duc de Reims, pair de France

Écartelé : en 1 et 4 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; en 2 et 3 : d'azur à 3 fleurs de lys d'or (qui est de France ; sur le tout, parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; et en 2 : d'hermine (qui est de Bretagne)[6],[4].

Blason Louis Constantin de Rohan (1697-1779).svg Louis César Constantin de Rohan-Guéméné dit « le Cardinal de Rohan » (24/03/1697 à Paris – 11/03/1779 à Paris), cardinal, prince-évêque de Strasbourg, commandeur du Saint-Esprit (reçu le 10 juin 1753)

Écartelé : en 1 et 4 : de gueules à une bande d'argent chargée d'une cotice de sinople ; en 2 et 3 : de gueules à la bande d'argent côtoyée de deux cotices fleuronnées du même (qui est de Basse-Alsace) ; sur le tout, écartelé : en 1 et 4 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; en 2 et 3 : d'azur à 3 fleurs de lys d'or (qui est de France ; sur le tout : parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; et en 2 d'hermine (qui est de Bretagne).

Branche de Rohan-Rochefort[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rohan-Rochefort.svg Branche de Rohan-Rochefort

Parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; et en 2 : d'hermine (qui est de Bretagne)[1],[4].

Branche issue des Rohan-Guéméné. Les Rohan-Rochefort adoptèrent la partie centrale du blason des Rohan-Guéméné.


Branche de Rohan-Soubise[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rohan-Soubise.svg Branche de Rohan-Soubise

Coupé d'un trait, parti de trois autres qui font huit quartiers : au 1 : d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules (qui est d'Évreux) ; au 2 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; au 3 : d'or aux trois pals de gueules (qui est de Foix[1]) ; au 4 : d'or, au lion de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même (qui est d'Écosse) ; au 5 : d'hermine (qui est de Bretagne) ; au 6 : d'argent, à une couleuvre ondoyante en pal d'azur, couronnée d'or, engloutissant un enfant de carnation, posé en fasce, les bras étendus (qui est de Visconti) ; au 7 : d'argent à la fasce de gueules et à la bordure d'azur (qui est de San Severino) ; et au 8 : d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent (qui est de Lorraine) ; sur le tout, parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan), et en 2 : d'hermine (qui est de Bretagne)[1],[4].

Branche issue des Rohan-Guéméné.

Blason Armand Gaston Maximilien de Rohan-Soubise (1674-1749).svg Armand-Gaston Maximilien de Rohan-Soubise (26/06/1674 à Paris – 19/07/1749 à Paris), prince-évêque de Rohan, cardinal de Rohan-Soubise, de Strasbourg, membre de l'Académie française, Grand aumônier de France, commandeur du Saint-Esprit (reçu le 7 juin 1713)

Écartelé : aux 1 et 4 : de gueules à une bande d'argent chargée d'un filet de sinople (qui est de l'évêché de Strasbourg) ; au 2 et 3 : de gueules à la bande d'argent côtoyée de deux cotices fleuronnées du même (qui est de Basse-Alsace) ; sur le tout, parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; et en 2 : d'hermine plain (qui est de Bretagne)[7],[6].


Branche de Rohan-Gié[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rohan-Gié.svg Branche de Rohan-Gié

Écartelé : en 1 et 4 : contre-écartelé : en 1 et 4 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; en 2 et 3 : d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules (qui est d'Évreux) ; en 2 et 3 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; sur le tout : d'argent, à une couleuvre ondoyante en pal d'azur, couronnée d'or, engloutissant un enfant de carnation, posé en fasce, les bras étendus (qui est de Visconti)[1],[4].

Pierre de Rohan-Guéméné dit « Pierre Ier de Rohan-Gié le Maréchal de Gié » (1451 à Saint-Quentin-les-Anges – 22/04/1513 à Paris), seigneur de Gié, vicomte de Fronsac, maréchal de France, auteur de la branche de Rohan-Gié, était le fils de Louis Ier de Rohan-Guéméné (????-15/12/1457 à Saint-Quentin-les-Anges), seigneur de Guéméné, et de Marie de Montauban[8] (????-1497). Il réorganise l'écu de son père et pose en abîme les armes des Visconti, qui font partie de celle de sa mère (voir Rohan-Montauban).


Branche de Rohan-Chabot[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rohan-Chabot2.svg Branche de Rohan-Chabot

Écartelé : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan), et d'or à trois chabots de gueules, 2 et 1 (qui est de Chabot)[1].

La branche aînée des Rohan s'éteignit dans les Chabot par le mariage (1647) de Marguerite, duchesse de Rohan (1617-1684), fille d'Henri II premier duc de Rohan, avec Henri Chabot (1616-1655), créé duc de Rohan. La branche de Rohan-Chabot est la seule de la famille à ne pas descendre en ligne masculine des Rohan.

Les armes des Rohan-Chabot sont écartelées en plaçant celles de Rohan aux quartiers d'honneur, au détriment de celles des Chabot.


Branche de Rohan-Gué-de-l'Isle[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fam fr Rohan du Gué de l'Isle.svg Branche de Rohan-Gué-de-l'Isle

De gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3, à la bande d'argent[9].


Branche de Rohan-Polduc[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Blason fr Emmanuel de Rohan-Polduc.svg Emmanuel Marie-des-Neiges de Rohan-Polduc (18/04/1725-14/07/1797 à La Valette), ambassadeur, général des galères, bailli de Justice, général des forces terrestres et navales, Chevalier de Malte, grand maître de l'ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem

Écartelé : aux 1 et 4 : de la Religion ; aux 2 et 3 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan).


Branche de Rohan-Montauban[modifier | modifier le code]

La branche des seigneurs de Montauban est une branche cadette de la famille de Rohan, même si ses premières générations sont incertaines.

Figure Blasonnement
Blason famille fr Montauban.svg Branche de Rohan-Montauban

De gueules à sept macles d'or, posés , 3, 3 et 1, acc. en chef d'un lambel de quatre pendants du même.[1].

Blason fam fr Rohan-Montauban.svg Branche de Rohan-Montauban

De gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3, et au lambel d'argent[9].

Blason fam fr Rohan-Montauban 2.svg Guillaume de Rohan-Montauban

Écartelé : en 1 et 4 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3, et au lambel d'argent (qui est de Rohan-Montauban) ; et en 2 et 3 : d'argent, à une couleuvre ondoyante en pal d'azur, couronnée d'or, engloutissant un enfant de carnation, posé en fasce, les bras étendus (qui est de Visconti)[9].

En 1411, Guillaume de Montauban épouse Bonne Visconti. Il adopte alors un écartelé entre ses armes et celle de son épouse.

Armoiries des ecclésiastiques de la maison de Rohan[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext Prince-évêque 2.svg
Blason Armand Gaston Maximilien de Rohan-Soubise (1674-1749).svg
Armand-Gaston Maximilien de Rohan-Soubise (26/06/1674 à Paris – 19/07/1749 à Paris), prince-évêque de Rohan, cardinal de Rohan-Soubise, de Strasbourg, membre de l'Académie française, Grand aumônier de France, commandeur du Saint-Esprit (reçu le 7 juin 1713)

Écartelé : aux 1 et 4 : de gueules à une bande d'argent chargée d'un filet de sinople (qui est de l'évêché de Strasbourg) ; au 2 et 3 : de gueules à la bande d'argent côtoyée de deux cotices fleuronnées du même (qui est de Basse-Alsace) ; sur le tout, parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; et en 2 : d'hermine plain (qui est de Bretagne)[7],[6].

Orn ext primat duc et pair.svg
Blason Armand Jules de Rohan-Guémené.svg
Armand Jules de Rohan-Guéméné (10/02/1695 à Paris – 28/08/1762 à Saverne), abbé du Gard et de Gorze, archevêque-duc de Reims, pair de France

Écartelé : en 1 et 4 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; en 2 et 3 : d'azur à fleurs de lys d'or ; sur le tout, parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; et en 2 : d'hermine (qui est de Bretagne)[6],[4].

Orn ext Prince-évêque cardinal OSE.svg
Blason Louis Constantin de Rohan (1697-1779).svg
Louis Constantin de Rohan-Montbazon Muenze.jpg

Louis César Constantin de Rohan-Guéméné dit « le Cardinal de Rohan » (24/03/1697 à Paris – 11/03/1779 à Paris), cardinal, prince-évêque de Strasbourg, commandeur du Saint-Esprit (reçu le 10 juin 1753)

De gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3.[10]

D'après la médaille ci-contre :

Écartelé : en 1 et 4 : de gueules à une bande d'argent chargée d'une cotice de sinople ; en 2 et 3 : de gueules à la bande d'argent côtoyée de deux cotices fleuronnées du même (qui est de Basse-Alsace) ; sur le tout, écartelé : en 1 et 4 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; en 2 et 3 : d'azur à fleurs de lys d'or ; sur le tout : parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan) ; et en 2 d'hermine (qui est de Bretagne).


Orn ext Prince-évêque 2.svg
Blason fam fr Rohan-Soubise.svg
François Armand de Rohan-Soubise (01/12/1717 à Paris – 28/06/1756 à Saverne), prince-évêque de Strasbourg, grand aumônier de France (1745), membre de l'Académie française, commandeur du Saint-Esprit (reçu le 6 janvier 1745)

Coupé d'un trait, parti de trois autres qui font huit quartiers : au 1 : d'azur semé de fleurs de lys d'or à la bande componée d'argent et de gueules (qui est d'Évreux) ; au 2 : de gueules aux chaînes d'or posées en orle, en croix et en sautoir, chargées en cœur d'une émeraude au naturel (qui est de Navarre) ; au 3 : d'or aux trois pals de gueules (qui est de Foix[1]) ; au 4 : d'or, au lion de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même (qui est d'Écosse) ; au 5 : d'hermine (qui est de Bretagne) ; au 6 : d'argent, à une couleuvre ondoyante en pal d'azur, couronnée d'or, engloutissant un enfant de carnation, posé en fasce, les bras étendus (qui est de Visconti) ; au 7 : d'argent à la fasce de gueules et à la bordure d'azur (qui est de San Severino) ; et au 8 : d'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent (qui est de Lorraine) ; sur le tout, parti : en 1 : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan), et en 2 : d'hermine (qui est de Bretagne)[1],[11].

Orn ext Prince-évêque 2.svg
Blason fam fr Rohan.svg
Louis René Édouard de Rohan-Guéméné (25/09/1734 à Paris – 17/02/1803 à Ettenheim), prince de Rohan, cardinal-archevêque de Strasbourg, membre de l'Académie française, grand aumônier de France, proviseur de la Sorbonne, commandeur du Saint-Esprit (reçu le 9 novembre 1777)

De gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3[12].

Ornements extérieurs Comtes Archevêques de l'Empire français.svg
Blason Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan (1738-1813).svg
Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan-Guéméné (Paris, 7 novembre 1738 - Paris, 31 octobre 1813), archevêque de Bordeaux (primat d'Aquitaine, 1769-1781), archevêque-duc de Cambrai (1781-1801), comte de l'Empire lettres patentes signées à Bayonne le 2 juillet 1808),

Parti au premier de gueules à neuf mâcles d'or posés 3, 3 et 3 ; au second d'argent aux mouchetures d'hermines de sable ; au quartier des comtes-archevêques[13].

Orn ext cardinal duc et pair.svg
Blason fam fr Rohan-Chabot.svg
Louis François Auguste de Rohan-Chabot (1788-1833), cardinal-prêtre de la Trinité des Monts, archevêque d'Auch (1828), archevêque de Besançon (1828-1833), 8e duc de Rohan, membre de la Chambre des pairs

Écartelé : de gueules à neuf macles d'or, posés 3, 3, 3 (qui est de Rohan), et d'or à trois chabots de gueules, 2 et 1 (qui est de Chabot)[14].

Le prélat mettait souvent ses armes sur un écu écartelé de Navarre, d'Écosse, de Bretagne et de gueules au lion d'argent[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Rietstap 1884.
  2. Gelre 1370, p. 71.
  3. Dom Morice, Preuves, tome III, col. 331
  4. a, b, c, d, e, f et g Bunel 1997, p. Rohan.
  5. Fille de Philippe III d'Évreux dit « Philippe III de Navarre » (27/03/1306-16/09/1343), comte d'Évreux, roi de Navarre, et de Jeanne de France dite « Jeanne II de Navarre » (18/01/1311-06/10/1349), reine de Navarre.
  6. a, b, c et d Bunel 1997, p. Grand aumônier.
  7. a et b Popoff 1996, p. 69.
  8. Fille de Jean de Montauban (1412-1466), amiral de France, et d'Anne de Keranrais.
  9. a, b et c Martin.
  10. Popoff 1996, p. 96.
  11. Popoff 1996, p. 89.
  12. Popoff 1996, p. 110.
  13. a et b Archives nationales BB/29/974, p. 150.
  14. a et b Aymar de Saint-Saud 1906, p. 72.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]