Armen Tigranian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Armen Tigranian
Armen Tigranyan portrait.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
TbilissiVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Արմեն ՏիգրանյանVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Enfants
Edmond Tigranyan (d)
Vardan Tigranyan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Instrument
Genre artistique
Distinctions
Ordre de Lénine
Artiste émérite de la RSS d'Arménie (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Plaque of Armen Tigranian - Yerevan.jpg
plaque commémorative

Armen Tigrani Tigranian ou Tigranyan ou Dikranian (, Alexandropol, Tbilissi)[1] est compositeur et chef d'orchestre arménien. Ses œuvres les plus connues sont deux opéras, Anouch (première : Alexandropol, 4 (17) , le premier opéra donné en Arménie) et Davit Bek (1950), le dernier monté quelques mois avant sa mort et sa dernière composition[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tigranian est né à Alexandropol en Arménie. Il s'est intéressé à la musique dès son plus jeune âge. En 1902, Tigranian termine l'étude de la composition à l'École de musique de Tbilissi avec Makar Ekmalyan. Il s'est consacré à l'enseignement et a continué de composer de la musique, surtout des chansons et des airs traditionnels arméniens.

Statue de Tigranian à Erevan, Arménie

L'opéra de Tigranian Anouch, composé en 1908 et retravaillé en 1932, est appelé l'« opéra national arménien »[3]. Anouch, à partir du livret d'Hovhannès Toumanian une histoire d'amour dramatique qui reste jouée dans tous les concerts[4].

L'histoire des Mélikats du Karabagh a inspiré l'opéra David Bek (1950)[5].

Parmi les autres œuvres de Tigranian on trouve les drames : Leily et Mejnun, Dance orientale pour orchestre symphonique et New Spring un chœur pour 4 voix.

Prix[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (ru) Атаян Р., Мурадян М., Армен Тигранян, М., 1966.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Hovhanness I. Pilikian, Armenian Cinema : A Source Book, , 104 p. (ISBN 978-0-906192-07-8), p. 51
  2. Opera Glass
  3. Ovation: volume 2, 1981
  4. (en) Rouben Paul Adalian, Historical Dictionary of Armenia, Lanham (Md), Scarecrow Press, , 750 p. (ISBN 978-0-8108-6096-4, notice BnF no FRBNF42334186), p. 454
  5. (en) Jack Hacikyan, The Heritage of Armenian Literature, vol. II : From the Sixth to the Eighteenth Century, Détroit, Wayne State University Press, , 1108 p. (ISBN 978-0-8143-3023-4), p. 5-6
  6. Biography (ru)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :