Armand Vaillancourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Armand Vaillancourt
Image dans Infobox.
Armand Vaillancourt en 2012
Naissance
Période d'activité
Nationalité
Canadienne
Activités
Formation
Lieu de travail
Enfant
Alexis Vaillancourt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Liste détaillée
Prix Paul-Émile-Borduas ()
Chevalier de l'ordre national du Cèdre ()
Compagnon ou Compagne des arts et des lettres du Québec. (d) ()
Compagnon de l'Ordre des arts et des lettres du Québec ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Joseph Armand Robert Vaillancourt, né à Black Lake au Québec le , est un artiste peintre et sculpteur. Chevalier de l'Ordre national du Québec et lauréat du prix Paul-Émile-Borduas, Vaillancourt est également un militant engagé[1].

Il est également connu pour son mariage avec Suzanne Verdal, la femme qui a inspiré la célèbre chanson “Suzanne” de Leonard Cohen[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1951, Vaillancourt entre à l'École des Beaux-arts de Montréal. Il cherche sa voie, observe le travail des autres, tout en voulant se distinguer. En pétrissant la glaise, il découvre sa passion pour la sculpture. Mais les murs, les matériaux ne suffisent pas pour son épanouissement. Il sort de l'École et transporte l'art dans la rue[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Armand Vaillancourt en pleine création
Le Cœur des Îles, 2000, Havre-Aubert, Îles de la Madeleine.

Son oeuvre est prolifique et s'étend de la sculpture monumentale à la peinture en passant par les performances, la sculpture et la scénographie[4]. Les plus connues du grand public sont:

  • 1953 : L'Arbre de la rue Durocher (Montréal)[5], Collection Musée national des Beaux-arts du Québec[6]. Véritable performance publique, la première du genre pour Armand Vaillancourt. Durant deux ans, il sculptera, à même la rue, cet arbre, situé sur la rue Durocher, à Montréal. Très controversée, cette sculpture fit de nombreux curieux parmi les passants, ne sachant comment la qualifier. Symbolisant le rapport entre l'art et la nature, elle demeura en place plusieurs années durant, pour finalement être transportée au Musée national des beaux-arts du Québec. Cette œuvre éveilla la conscience de plusieurs artistes concernés par l'écologie et est maintenant considérée par beaucoup comme fondatrice de la sculpture moderne québécoise.
  • 1967 : Je me souviens (Toronto, esquisse)
  • 1967 : Écran d'acier (Ottawa, York courtyard, )Acier coulé, 366 × 183 cm; Interpretation: Permettre de voir l'environnement urbain d'une manière différente. (source Commission de la Capitale nationale du Canada)
  • 1971 : Québec libre ! (San Francisco, États-Unis) L'une de ses sculptures les plus connues, Québec libre ! est une œuvre monumentale de 61 mètres de long, 43 mètres de large et 11 mètres de haut. Installée en plein cœur de la ville, elle a donné lieu à diverses polémiques. Elle est plus connue sous le nom de 'Fontaine Vaillancourt'[7][8].
  • 1980 : Intemporel (Chicoutimi)
  • 1983 : Justice
  • 1985 : El clamor (Santo Domingo, République dominicaine) Qualifiée par Vaillancourt de « symbole de l'énergie vitale de tous les peuples opprimés […], de la vraie liberté, celle qui est à l'intérieur, celle qu'on ne peut pas emprisonner », cette sculpture monumentale de sept mètres de long, deux mètres de largeur et trois mètres de hauteur est faite de pierre sculptée, entourées de barbelés et surmontée de 92 mains d'acier, symbolisant la lutte des peuples contre la répression et l'emprisonnement. Une colombe d'un mètre et demi surplombe le tout. L'œuvre fut construite à Saint-Domingue, en République Dominicaine à l'occasion du 500e anniversaire de l'arrivée de Christophe Colomb.
  • 1991: Passerelle Armand-Vaillancourt, Plessisville[9]
  • 2000 : Le cœur des Îles, Bois d’épave de bateau et acier, 30' × 30' × 4', Havre-Aubert, Îles de la Madeleine
  • 2016: La Force Ouvrière, Sculpture monument à la mémoire de Michel Chartrand (Longueuil), en forme de rideau de fer[10].

Honneurs[modifier | modifier le code]

Collections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Daniel Michelin, « Armand Vaillancourt : de fureur et d’acier », sur Daniel Michelin, (consulté le )
  2. Le JDD, « Suzanne, la femme qui fit chanter Leonard Cohen », sur lejdd.fr (consulté le )
  3. a et b Prix Paul-Émile-Borduas 1993: Armand Vaillancourt
  4. « bio1 », sur www.artmag.com (consulté le )
  5. « L'Arbre de la rue Durocher - Vaillancourt, Armand », sur Collections | MNBAQ (consulté le )
  6. « L'Arbre de la rue Durocher | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le )
  7. « Vaillancourt Fountain - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le )
  8. « Vaillancourt Fountain 9/4/21 - YouTube », sur www.youtube.com (consulté le )
  9. « Passerelle Armand-Vaillancourt - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  10. « La force ouvrière - Hommage à Michel Chartrand | Armand Vaillancourt - sculpteur-peintre », sur www.armandvaillancourt.ca (consulté le )
  11. Chevalier de l'Ordre national du Québec
  12. « Vaillancourt : regarde si c’est beau - Les Films du 3 Mars », sur f3m.ca (consulté le )
  13. « Armand Vaillancourt | Collection MBAC », sur beaux.arts.ca (consulté le )
  14. « Armand Vaillancourt | Collection Musée national des beaux-arts du Québec », sur collections.mnbaq.org (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]