Léon-Armand de Baudry d'Asson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léon de Baudry d’Asson
Léon de Baudry d’Asson (Photographie d'Isidore Chalot).
Léon de Baudry d’Asson (Photographie d'Isidore Chalot).
Fonctions
Député de la Vendée
(pour la 2e circonscription des Sables-d’Olonne)

(39 ans, 2 mois et 22 jours)
Élection Février 1876
Réélection Octobre 1877, août 1881, octobre 1885, octobre 1889, août 1893, mai 1898, mai 1902, mai 1905 et avril 1910
Groupe politique Union des droites (1876-1889)
Successeur Armand de Baudry d’Asson
Conseiller général de la Vendée
(pour le canton de Challans)
Successeur Armand de Baudry d’Asson
Biographie
Nom de naissance Léon Armand Charles de Baudry d’Asson
Date de naissance
Lieu de naissance Rocheservière (France)
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès La Garnache (France)
Nationalité Française
Conjoint Marie-Constance de La Rochefoucauld-Bayers
Enfants Armand
Religion Catholicisme romain

Léon Armand Charles de Baudry d’Asson, marquis romain[1], né à Rocheservière, en Vendée, le , et mort à La Garnache, en Vendée, le , est un député royaliste de Vendée sous la Troisième République, de 1876 à 1914.

Antisémite et adversaire irréductible de l’anticléricalisme de la Troisième République, il s’intéressa également à l’agriculture.

Son fils, Armand, puis son petit-fils, également prénommé Armand, furent également députés de la Vendée, respectivement dans les années 1920 et 1930, puis sous la Quatrième République.

Il est le fils de Charles Léon Baudry d'Asson (1810-1878) lui-même fils de Charles Luin Baudry d'Asson (fils du seigneur de Landelière) qui s’était marié en 1778 avec Pélagie d’Escoubleau (1760-1835), d’une famille aristocratique du Poitou.

Élections[modifier | modifier le code]

Il a été élu au premier tour des législatives de septembre 1889 dans la deuxième circonscription des Sables-d’Olonne ; ré-élu au premier tour aux élections de 1893 ; de même aux élections de 1898 puis aux élections de 1902 et 1906.

Aux élections d’avril 1914, il laissa sa place à son fils Armand-Charles, qui fut député de la Vendée dans les années 1920-1930, avant de laisser à son tour sa place à son fils Armand-Quentin, député de la Vendée de 1945 à 1958.

Politique[modifier | modifier le code]

Armand Léon s’intéressait en particulier à l’agriculture et à la défense du catholicisme. Il s’opposa ainsi aux funérailles nationales de Jules Ferry, déposant une proposition de loi pour faire abroger la loi créant l’enseignement primaire gratuit et obligatoire, ainsi qu’une autre pour faire abroger la loi rétablissant le divorce, déposée par Alfred Naquet (1895).

Sous Léon Gambetta (président de la Chambre des députés), il est enfermé à la « cellule de dégrisement » (ou « petit salon ») du palais Bourbon[2] après avoir traité le gouvernement de Jules Ferry de « gouvernement de voleurs »[3]. Il fut d'ailleurs le dernier député à y avoir été enfermé[2].

Lors d’un débat sur l’amnistie des communards, en 1879, le radical Clemenceau suscite l’hilarité, en s’opposant au projet d’amnistie partielle du gouvernement Waddington, qui veut exclure les « ennemis de la société », déclarant :

« à quel signe, à quel critérium, on reconnaît un ennemi de la société: M. le duc de Broglie est un ennemi de la société aux yeux de M. Baudry d’Asson, et moi je tiens M. Baudry d’Asson pour un ennemi de la société. Nous sommes ainsi 36 millions d’ennemis de la société qui sommes condamnés à vivre dans la même société (Nouveaux rires)[4]. »

Antisémite, il propose en mai 1895 de retirer la nationalité française aux Juifs[5].

Adversaire irréductible de la politique anticléricale du cabinet d’Émile Combes, il tente de le mettre en accusation en 1902 et interpelle le gouvernement au sujet de l’expulsion des congrégations religieuses sur « l’état de guerre civile dans lequel M. le Président du Conseil a plongé la France ». Il déclare ainsi, à la Chambre des députés, le , au sujet des congrégations féminines :

« Nouvelles Jeannes d’Arc, ces femmes sauveront, par leurs conseils et leur courage, notre malheureuse France, l’arrachant ainsi aux mains des juifs et des francs-maçons ! (Bruit à gauche — Applaudissements à droite)[5]» »

Il vote contre la loi de 1901 sur les associations ainsi que contre la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État.

Provoquant un incident à la Chambre des députés, il fait l’objet d’une motion de censure.

Réélu en 1906, il continue à s’occuper des rapports entre politique et religion, protestant contre la suppression des indemnités ecclésiastiques (1909) et déposant une demande d’interpellation sur « les persécutions religieuses contre les catholiques ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baron Henry de Woelmont, Les marquis français : Nomenclature de toutes les familles françaises subsistantes ou éteintes depuis l’année 1864, portant le titre de marquis, avec l’indication de l’origine de leurs titres, Paris, Éditions Honoré Champion, , 175 p. (OCLC 4363960, lire en ligne), p. 11 et 167
  2. a et b « Un cachot découvert dans les murs de l’Assemblée », sur Le Monde, (consulté le 3 mars 2014)
  3. Romain Rosso (entretien avec l’historien Jean Garrigues), « “Les chahuts parlementaires sont un signe d’impuissance” », sur L’Express, (consulté le 3 mars 2014)
  4. Cité par Michel Winock, Clemenceau, éditions Perrin, 2007, chap. IV, p. 71
  5. a et b Laurent Joly (2007), « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 3/2007 (n° 54-3), p. 63-90.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]