Armand Jammot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Armand Jammot
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Conjoint
Arlette Grebel (à partir de )Voir et modifier les données sur Wikidata

Armand Jammot, né le à Alfortville et mort le à Châtenay-Malabry, est un journaliste, scénariste, producteur et dialoguiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils unique d'un imprimeur-typographe, sa famille s'installe à Antibes en 1932[1]. Il perd son père à l'âge de 12 ans. Sa mère, Henriette, se remarie et tient avec son conjoint un magasin de photo à Antibes[2]. À 15 ans, il devient rédacteur en chef du journal de son lycée intitulé « Le Cancre ». Il obtient le baccalauréat à l'âge de 17 ans. Puis à cause de la déclaration de guerre de 1939, il doit interrompre ses études et part vivre chez ses grands-parents maternels qu'il définit comme étant de « petits commerçants, grands socialistes, libres penseurs, qui ont eu une forte influence sur moi[3]. »

D'origine juive[4], Armand Jammot lit énormément pendant la guerre[5], prend le maquis[6] et s'engage, en 1941, dans la Résistance[7],[8]. Il débute en 1944 à la Libération dans le journalisme à Orléans, puis, l'année suivante, monte à Paris. En 1949 et 1950, il couvre le Tour de France pour un hebdomadaire. En 1951, il entre au journal L'Aurore puis, en 1954, à Europe 1. En 1955, il produit sa première émission sur les ondes : « Vous êtes formidables » et, l'année suivante, fonde et dirige le journal de Radio-Luxembourg.

Il débute à la télévision en 1960 avec l'émission « Avis aux amateurs », présentée par Pierre Sabbagh, une émission au cours de laquelle une personne présente sa collection d'objets pendant que les téléspectateurs sont invités à l'aider à la compléter en téléphonant.

En 1961, il coproduit avec Pierre Sabbagh une deuxième émission appelée « L'Homme du XXe siècle ».

Puis il produit « La Bourse aux idées », Le mot le plus long (1965), ancêtre de Des chiffres et des lettres (1972), Les Dossiers de l'écran diffusés sur Antenne 2 pendant 24 ans, de 1967 à 1991, présentés par Joseph Pasteur de 1967 à 1980, et par Alain Jérôme, Aujourd'hui Madame de 1970 à 1982, Y a un truc, etc.

En 1975, il dispose de vingt-trois heures d'émissions par semaine, soit 35 % du volume global d'Antenne 2, de soixante-trois collaborateurs exclusifs et sept réalisateurs, occupant tout le troisième étage du 158, rue de l'Université. Il est alors le mieux rémunéré des 15 000 agents de l'ex-ORTF[9]. Il a eu 4 enfants : une première fille Juliette (1947), puis suivront 3 autres enfants avec sa première épouse, Maurice (1949), Florence (1951) et Sylvie (1953). Il finira sa vie marié à Josette.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télé 7 Jours n°1314, semaine du 3 au 9 août 1985, p.6, portrait-interview d'Armand Jammot par Christine Descateaux : « Je suis né à Alfortville mais je suis arrivé à Antibes en 1932, j'avais dix ans, et puis je suis entré en sixième au collèges d'Antibes et j'y ai vécu jusqu'à la guerre. »
  2. Télé 7 Jours n°1314, semaine du 3 au 9 août 1985, p.6, portrait-interview d'Armand Jammot par Christine Descateaux : "Elle tenait, avec mon beau-père, qui était photographe, un magasin de photo"
  3. Télé 7 Jours n°816, semaine du 3 au 9 janvier 1976, page 99, article intitulé "Armand Jammot fait son examen de conscience.
  4. « Un jour, une histoire du 10 décembre sur France 2 - Lire la page 28 (TeleScoop) », sur Telescoop (consulté le ).
  5. Il dévore tous les livres qui lui tombent sous la main. « La guerre a été mon université. Grâce à elle, j'ai appris les hommes et leurs problèmes mieux que sur les bancs d'une faculté. », tiré de Franklin Didi, « Armand Jammot fait son examen de conscience », Télé 7 Jours, no 816,‎ semaine du 3 au 9 janvier 1976, p. 100.
  6. Télé 7 Jours n°1314,semaine du 3 au 9 août 1985,p.6, portrait-interview de Christine Descateaux : « Après, j'ai pris le maquis. En 1945, je suis "monté" à Paris... »
  7. Télé 7 Jours no 838, 5 juin 1976, page 116, déclaration d'Armand Jammot : « J'ai été moi-même résistant, et cela dès 1941... »
  8. cité dans le livre de Claude Arnoux, Maquis Ventoux, Les Presses Universelles, (réimpr. 1994, éd. Aubanel), p. 40
  9. Télé 7 Jours no 816, semaine du 3 au 9 janvier 1976, pages 98 et 100, article intitulé "Armand Jammot fait son examen de conscience"

Liens externes[modifier | modifier le code]