Armand Félix Marie Jobbé-Duval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Armand Félix Marie Jobbé-Duval
Jobbé Duval by Nadar.jpg
Portrait-charge d’Armand Félix Marie Jobbé-Duval
attribué à Nadar (vers 1852-1857), localisation inconnue.
Naissance
Décès
(à 67 ans)
Paris
Nationalité
Activités
Autres activités
Formation
Maître
Distinctions
Œuvres principales

Armand Félix Marie Jobbé-Duval, né à Carhaix (Finistère) le et mort à Paris le [1], est un peintre et homme politique français.

Républicain, quarante-huitard et élu du conseil municipal de Paris sous la Troisième République, il était membre de la franc-maçonnerie à la loge des Zélés philanthropes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Thomas-Félix, géomètre au cadastre du Finistère était en mission à Carhaix, lors de sa naissance. Il avait épousé Charlotte Le Tournoux de Villegeorges, Rennaise comme lui, le . Armand Félix Marie est leur quatrième enfant.

Il appartient à une dynastie d'artistes comprenant son fils Jacques et sa petite-fille Andrée. Son cousin germain, le décorateur Auguste Louis Jobbé-Duval a eu trois fils : Frédéric Jobbé-Duval (1846-1929), architecte (père de l'illustrateur Félix Pol Jobbé-Duval) ; Auguste Jobbé-Duval (1847-1932), décorateur ; et Gaston Jobbé-Duval (1856-1929), artiste peintre, père de Gaston Jobbé-Duval (fils), également peintre.

Formation[modifier | modifier le code]

Armand-Félix Jobbé-Duval commence ses études à la pension Bourriment, à Landerneau, où son père est affecté, et les achève au collège de La Tour d'Auvergne à Quimper. Ses talents pour le dessin lui valent une bourse attribuée par le conseil général qui lui permet de mener des études artistiques à Paris.

En 1840, il entre à l'École des beaux-Arts de Paris dans l'atelier de Paul Delaroche, puis dans celui de Charles Gleyre en 1843.

Jobbé-Duval est admis à concourir cinq fois, sans succès, au prix de Rome. Son style privilégie l'expression des sentiments par un geste accentué, d'où une ampleur qui s'exprime avec aisance dans des œuvres monumentales.

L'artiste[modifier | modifier le code]

Jobbé-Duval expose au Salon des artistes français presque chaque année de 1841 à 1886[2].

Il peint de paysages bretons, et exécute des décors monumentaux pour l'ancien Parlement de Bretagne à Rennes. À Paris, on lui commande les décorations des églises Saint-Gervais-et-Saint-Protais, la Sainte-Trinité, Saint-Séverin, Saint-Sulpice, et pour l'hôtel de ville de Lyon.

En 1861, il est nommé chevalier de la Légion d'honneur[3].

L'homme politique[modifier | modifier le code]

De son vivant, sa renommée d'homme politique fut supérieure à sa renommée artistique. Homme de gauche, laïque et franc-maçon, il est influencé par les théories de Charles Fourier. Il participe activement aux journées révolutionnaires de 1848.

En 1870, le gouvernement de la Défense nationale le nomme adjoint au maire du 15e arrondissement de Paris[4] où il réorganise la Garde nationale d'un quartier ouvrier. Le 31 octobre, à la suite d'une altercation, les gardes nationaux ont désarmé un capitaine de la garde mobile et celle-ci s'apprête à ouvrir le feu. Avec le 178e bataillon de gardes nationaux, Jobbé-Duval entre dans l'hôtel de ville de Paris afin d'éviter une confrontation sanglante.

Pendant la Commune de Paris, il ne participe pas aux batailles qui ont lieu de l'autre côté de la Seine et, lors des élections municipales, il est élu premier adjoint au maire du 15e arrondissement avec plus de 7 000 voix d'avance. Il est condamné, puis amnistié pour son implication dans la Commune. Il siège ensuite au conseil municipal de Paris après avoir été élu le dans le quartier Necker du 15e arrondissement. Il y fut réélu jusqu'à sa mort.

En 1877, à l'écoute de ses administrés, il fait subventionner l'établissement des jeunes incurables tenu par le frères de saint Jean de Dieu et créer un établissement laïc similaire ainsi qu'un réseau d'orphelinats municipaux.

Jobbé-Duval se présenta[Quand ?] sans succès à la députation.

Les dernières années[modifier | modifier le code]

Portrait présumé de Van Gogh avec Gauguin, Émile Bernard, Félix Jobbé-Duval et André Antoine (vers 1887), photographie anonyme.

Jobbé-Duval a fait don à la Ville d'un tableau figurant les membres du bureau du conseil municipal de Paris prenant possession des locaux de l'hôtel de ville reconstruit en 1883. Le peintre y a peint son autoportrait.

Une photographie anonyme, découverte en 2015, le montre chez André Antoine, rue Blanche, vers décembre 1887, assis aux côtés des peintres Arnold Koning, Émile Bernard, Vincent van Gogh (?), et Paul Gauguin : c'est à ce dernier qu'il conseilla un an plus tôt d'aller peindre à Pont-Aven[5].

En 1844, il habite 10, rue du Dragon à Paris[6] et à la fin de sa vie, au 119, rue de Vaugirard à Paris[réf. nécessaire].

Une rue du 15e arrondissement de Paris porte son nom.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Salons[modifier | modifier le code]

Armand Félix Marie Jobbé-Duval expose au Salon de Paris, puis au Salon des artistes français entre 1881 et 1886.

  • 1844 : La Chute d'un ange, n°975 ; Portrait de M. Ch. G…, n°974[11].
  • 1851 : médaille de 3e classe.
  • 1853 : Portrait de Thomas-Félix Jobbé-Duval, père de l'artiste.
  • 1855 : Portait du lieutenant de vaisseau Joseph René Bellot perdu dans les mers polaires à la recherche de Franklin[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Temps, n° 10195, 4 avril 1889 (en ligne).
  2. « Database of Salons Artists » (consulté le 10 décembre 2016).
  3. « Cote LH/1367/59 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  4. « Félix Armand Jobbé-Duval, peintre académique et républicain radical », résumé d'un article d'Anne-Marie Bel in Bulletin de la Société historique et archéologique du 15e arrondissement de Paris, n°34.
  5. « Van Gogh et Gauguin réunis sur une photo », L'Express, .
  6. Catalogue de l'Exposition au Palais Royal en 1844[réf. non conforme].
  7. memorial14-18.paris.fr.
  8. a b et c Didier Rykner, « Félix Jobbé-Duval. Peintre et homme politique breton à Paris », latribunedelart.com, 21 décembre 2019.
  9. Ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts, Inventaire général des richesses d'art de la France. Monuments civils. Tome 1, Paris, E. Plon et Cie, 1879-1913, 485 p. (lire en ligne), p. 266-267.
  10. Jules Jan, Catalogue des tableaux, dessins, bas-reliefs et statues exposés dans les galeries du musée de la ville de Rennes, Rennes, , 261 p. (notice BnF no FRBNF30644465, lire sur Wikisource), p. 82.
  11. Catlogue de l'exposition au Musée Royal le 15 mars 1844[réf. non conforme].
  12. David Karel, Dictionnaire des peintres de langue française en Amérique du Nord : peintres…, Presses Universitaires Laval, 1992, p. 416.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Guillaume Kazerouni (dir.), Anne Henriette Auffret, Jessica Degain, Laurent Houssais, Hélène Jagot, Frédérique Lanoë et Pauline Madinier-Duée, Félix Jobbé-Duval. Peintre et homme politique breton à Paris, Snoeck, 2019, 223 p. (ISBN 9461615256).
  • Catherine Ménégaux Jobbé-Duval, « Armand-Félix Jobbé-Duval (1821-1889), peintre breton et révolutionnaire », Bulletin de l'Association bretonne, Tome 110, 2002. 128e congrès. Carhaix (Finistère), 2001. pp.  469-494.
  • Denise Delouche, Peintres de la Bretagne, thèse, Rennes, Université de Haute-Bretagne, 1977.
  • Paul Gauguin, Écrits d'un sauvage, Paris, Gallimard.
  • David Owens Evans, Le socialisme romantique.
  • François Jaffrennou, Les Carhaisiens célèbres.

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • André Gill, Armand Félix Marie Jobbé-Duval, caricature en couverture de la revue Les Hommes d'Aujourd'hui, n°56.

Liens externes[modifier | modifier le code]