ARMA III

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis ArmA 3)
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (août 2016).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

ARMA III
Image illustrative de l'article ARMA III

Éditeur Bohemia Interactive
Développeur Bohemia Interactive

Début du projet 2010
Date de sortie
Genre Jeu de tir tactique
Simulation militaire
FPS
sandbox (jeu vidéo)
Mode de jeu Un joueur, multijoueur
Plate-forme Windows, Mac OS, Linux
Média Disque optique, distribution numérique
Langue Texte et voix
Anglais
Texte seulement
Français, italien, allemand, espagnol, tchèque, polonais, portugais, russe
Contrôle Clavier, souris

Évaluation EUR PEGI : 16 ?
Moteur Real Virtuality 4

ARMA III (stylisé ArmA III) est un jeu de tir tactique sorti en 2013. Il est la suite de la simulation d’infanterie ARMA II.

Trame[modifier | modifier le code]

Univers[modifier | modifier le code]

Le jeu se déroule sur deux îles, la principale étant Altis[1], la seconde Stratis[2]. Les îles sont fortement inspirées de deux îles grecques du nom de Lemnos[1] et Agios [2]Efstràtios, bien que leurs superficies soient légèrement plus faibles que les îles originales : 400km2 annoncés pour Altis (au lieu de 478 km2, soit 85% de l'échelle), 30 km2 pour Stratis (au lieu de 43 km2, soit 70% de l'échelle). Cela représente pour Altis une surface de jeu équivalente au cumul des cartes du Takistan et de Chernarus. De plus, les développeurs ont annoncé la possibilité d'explorer les fonds marins sur l'équivalent de 100 à 150 km2.

Sur l'île principale, la majeure partie des villes et villages sont reproduits, soit une cinquantaine environ. L'île a été légèrement modifiée pour les besoins du développement. Ainsi, certains lacs à l'est de l'île sont absents. Une possible explication viendrait du fait que le jeu se déroule en 2035.

 Lemnos, île ayant inspiré Altis, elle à était très fidèlement reproduite.
Lemnos, l'île ayant inspiré Altis, elle à était très fidèlement reproduite.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'introduction de la campagne est une diffusion de AAN World News, une chaîne d'information fictive, qui raconte que l'OTAN arrive à la fin de son mandat à Stratis, et qu'il est en pleine crise économique due à la progression fulgurante du CSAT (Canton-Protocol Strategic Alliance Treaty, une alliance militaire) en Europe et en Méditerranée. Il est aussi dit que la FIA (Freedom and Independence Army, un groupe rebelle local) est presque à bout, et que l'AAF (Altian Armed Forces, les forces armées d'Altis) compte demander l'aide du CSAT.

Personnage[modifier | modifier le code]

La campagne d'ARMA III ne permet d'incarner qu'un seul personnage, Ben Kerry, un caporal de l'US Army.

Scénario[modifier | modifier le code]

Préambule[modifier | modifier le code]

La campagne d'ARMA III, intitulée « Vent d'Est », est disponible en trois épisodes publiés sous forme de mises à jour gratuites. Cette campagne relate les événements donnant lieu au déclenchement d'un conflit éclair se déroulant dans la petite république insulaire d'Altis et Stratis au cœur de la Méditerranée. Le mandat de maintien de la paix des forces de l'OTAN arrivant à son terme, la Force Opérationnelle Égide (en anglais Task Force Aegis) poursuit le démantèlement de ses bases sur le territoire altien dans un climat tendu alors que les troupes altiennes font preuve d'hostilité envers leurs supposés alliés.

Survivre (Survive)[modifier | modifier le code]

Le scénario démarre le 7 juillet 2035 à h 15. Le joueur quitte une base de l'OTAN en cours de démantèlement sur Stratis, quand il découvre sur la route, près d'un véhicule en flammes, le cadavre du Colonel MacKinnon, le commandant de la force Aegis chargée de la paix dans la république d'Altis. Au même moment l'OTAN se trouve sous le feu d'un ennemi inconnu, qui s'avère être l'AAF, son ancien allié. Le joueur se replie dans la forêt. Un peu plus tard, son seul compagnon ayant marché sur une mine, Kerry se retrouve seul, mais il parvient à rejoindre un groupe d'autres survivants qui se cachent dans une base abandonnée. Ces survivants commencent à mener des actions de guérilla contre l'AAF puis parviennent à entrer en contact avec leur commandement. Il est alors décidé qu'ils attaqueront l'AAF afin de faciliter le débarquement de troupes de l'OTAN qui doivent reprendre l'île de Stratis. Mais ce plan tourne court lorsque le CSAT intervient pour soutenir l'AAF. Les survivants décident alors de quitter l'île pour se rendre sur Altis afin d'y prendre contact avec les rebelles du FIA, mais ils sont interceptés par un aéronef de l'AAF en chemin.

S'adapter (Adapt)[modifier | modifier le code]

Dans le deuxième épisode de cette campagne, le caporal Kerry se retrouve échoué sur l'île d'Altis à l'ouest (prêt de Kavala, ancienne capitale de l'île). Il va alors rejoindre les membres du FIA, rebelles luttant pour la chute du gouvernement actuel dans la république d'Altis. Seul un petit groupe (encore plus réduit que sur Stratis) de survivants sont encore en vie après que l'aéronef les a interceptés. De nombreuses actions de guérillas sont réalisées, embuscade d'un convoi pour voler de l'essence, attaque d'un avant-poste isolé, avec de nombreux changements de position (le CSAT et l'AAF forcent les guérilleros à changer constamment de position pour ne pas se faire repérer). Jusqu'au jour ou la FIA, décide par l'ancien survivant en chef de Stratis, d'attaquer un aérodrome isolé pour permettre à l'OTAN d'attaquer l'aérodrome principal (situé quelques kilomètres au nord). Cependant l'OTAN à décidé du plan inverse et attaque l'aérodrome isolé, en faisant feu sur la FIA (sachant que l'OTAN n'était pas au courant de la situation entre la FIA et ses hostiles). Un hélicoptère de l'OTAN qui s'est écrasé près d'un groupe de survivants dirigé par Kerry a été sécurisé par ce même groupe et a permis une communication entre l'OTAN et la FIA, ou le pilote survivant prévient le reste des troupes alliés qu'ils attaquent des rebelles eux-mêmes contre l'AAF. L'épisode se termine avec l'arrivée d'un colonel en hélicoptère pour rencontrer Kerry et obtenir plus d'informations sur la situation.

Vaincre (Win)[modifier | modifier le code]

Le dernier épisode commence à Stratis, sur la base aérienne repris par les forces de l'OTAN, Kerry est vu étrangement de la part des soldats qui le considère comme un guérilleros (malgré le fait qu'il était sous mandat OTAN avant l'attaque éclair de l'AAF). Une conversation entre les officiers et Kerry a lieu, expliquant la situation actuel de l'OTAN et les opérations à venir, le colonel explique aussi à Kerry que si il est possible de retourner au combat c'est grâce à l'état major de l'OTAN qui lui donne une possibilité de revenir, cependant le colonel, apprécie très peu cette bonne nouvelle pour Kerry, et le préviens qu'une quelconque mauvaise conduite ou si il mettait la vie d'un autre soldat en danger il serait démobilisé.

Après cette "mission" Kerry se retrouve de nouveau sur Altis sous commandement d'une petite équipe, il a pour but de surveiller une décharge située à environ 5 kilomètres du front. Lorsque Kerry remarque un bateau pneumatique en train d'arriver vers la côte, il a pour ordre de revenir vers son équipe pour regroupement. Au même moment, sur trois points précis, des explosions ont retenties, ces points sont des stations de DCA qui ont été détruites par les forces ennemies, lorsque Kerry atteint son équipe il les retrouve tous morts, il est annoncé sur toutes les radios qu'une contre-attaque est en cours, Kerry se regroupe avec une escouade mécanisé, quand un appel inconnu (qui s'avère être un membre de la FIA que Kerry connaissait) dit que les forces guérilla attaquent les forces aériennes OPFOR. Kerry est donc (à contre cœur du colonel) mis aux commandes d'une escouade de la FIA pour appuyer la contre attaque et reprendre les lignes perdues. Contre-attaque réussie avec succès.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

ARMA III est un jeu de tir à la première ou troisième personne axé sur la simulation militaire. Plusieurs ajouts et innovations de gameplay sont apportés au jeu par rapport ARMA II, tels qu'une gestion de la physique poussée grâce au moteur PhysX et à la gestion du ragdoll, l'ajout de la plongée sous-marine et de sous-marins, la personnalisation des armes et des personnages, les nuages et le brouillard volumétriques, ou encore la possibilité d'entrer et de détruire de nombreux bâtiments. Enfin, de nombreuses armes et véhicules sont présents.

La campagne d'ARMA III, intitulée « Vent d'Est », est disponible en trois épisodes publiés sous forme de mises à jour gratuites :

  • Le premier épisode, « Survive » (« Survivre »), est sorti le 31 octobre 2013[3] ;
  • Le deuxième épisode, « Adapt » (« S'adapter »), est sorti le 21 janvier 2014[4] ;
  • Le troisième épisode, « Win » (« Vaincre »), est sorti le 20 mars 2014[5].

Factions[modifier | modifier le code]

Plusieurs factions sont présentes dans ARMA III, divisées en quatre camps distincts :

Il y a deux groupes présents dans la faction BLUFOR. L'OTAN : Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, comme le véritable organisme international, il a pour but d'assurer la paix dans le monde avec son armée composée de plusieurs nationalités différentes. Sur le jeu l'armée mise en avant est l'armée américaine (comme sur ARMA II et Arma II: Operation Arrowhead), à la différence que cette fois-ci l'armement et les véhicules sont standardisés (et non plus seulement les munitions). C'est pour cela qu'on trouve des Merkava IV pilotés par des militaires américains. Il est aussi possible de trouver des soldats de l'UKSF, mais ceux-ci n'ont qu'un impact sur la campagne et aucun ailleurs. Elle affronte une crise économique importante la forçant à mieux se redéployer. Ils sont reconnaissables à leur treillis tourné vers le "MTP". La FIA (Freedom and Independance Army) est un groupe de guérilleros se rebellant contre le régime Altien (très peu apprécié par la population locale) et notamment l'AAF (Altis Armed Forces). Sur le jeu ils ne possèdent aucun blindé comparé aux autres factions militaires. La FIA utilise des techniques de sabotage et d'attaque armée pour "rivaliser" avec ses ennemis. En évitant le plus possible une rencontre contre des forces trop blindées ou trop entraînées (blindés, hélicoptères, avions). En se focalisant sur l’infanterie. Ils sont reconnaissables par leurs tenues croisées entre du civil et du militaire.

Il n'y a qu'une faction OPFOR sur le jeu par défaut. Le CSAT (pour Canton (protocol) Strategic Alliance Treaty) est une « copie » de l'OTAN, cependant ses membres sont la Chine, l'Egypte , l'Iran (qui serait le seul pays avec qui on combat sur le jeu) et d'autres pays d'Asie et d'Afrique (la Russie est considérée selon la campagne et les scénarios officiels comme un allié). Elle est la principale cause de la crise économique touchant les pays de l'OTAN, et crée une véritable tension stratégique à travers le monde. Comme l'OTAN, elle est armée est standardisée mais possède une armée très moderne comparé à l'OTAN qui possède de vieux véhicules pour la majorité. Officiellement le CSAT n'a pas le droit d'être sur Altis mais finalement le gouvernement Altos va les appeler pour demander leur aide face à la FIA. Ils sont reconnaissables par une tenue plutôt « orange-marron ».

Comme la faction OPFOR, il n'y a qu'une seule faction indépendante. L'AAF, (L'Altis Armed Forces et la force militaire locale d'Altis et Stratis), ils sont dirigés officiellement par le gouvernement Altos, sur la campagne elle est considérée comme agressive envers sa population, elle est très peu entraînée, probablement la plus grande cause de leur manque d'efficacité contre la FIA. Elle est équipée notamment d'armement anglais (tel qu'un hélicoptère anglais), ils sont reconnaissables par leur tenue "camouflage numérique" verte.

Il y a une faction considérée comme civile, représentant la vie d'Altis en dehors du militaire.

Armes et véhicules[modifier | modifier le code]

Chaque faction du jeu possède un panel d'armes varié : fusils d'assaut ou de précision, pistolets, lance-missiles anti-char ou anti-aérien, mitrailleuses, grenades, etc. De nombreux véhicules sont également présents : chars d'assaut, camions, quads, transports de troupes ou véhicules de combat d'infanterie, lance-missiles, artillerie, véhicules de défense anti-aérienne, mais aussi mini sous-marins, avions de chasse ou d'appui au sol, hélicoptères de transport, de combat ou de soutien, etc.

Développement[modifier | modifier le code]

Deux développeurs du jeu présents sur l'île de Lemnos dans le cadre de vacances personnelles y ont été arrêtés le 9 septembre 2012 pour espionnage, quelques images de leur vidéo faisant figurer des bâtiments militaires se trouvant sur un aéroport mixte grec (civil et militaire). Ils ont été libérés sous caution le 15 janvier 2013 pour rentrer en République tchèque. À la suite de cet incident, Bohemia Interactive a décidé de changer le nom de l'île, qui devait originellement s'appeler Limnos[6] en référence à l'île originelle, ainsi que son emplacement. Altis se situe désormais au sud de la mer Adriatique.

Extension et contenu téléchargeable[modifier | modifier le code]

Contenu téléchargeable[modifier | modifier le code]

ARMA III possède aussi du contenu téléchargeable :

  • « Vent d'Est », la campagne solo, en 3 épisodes, disponible gratuitement.
  • « Zeus », DLC ajouté gratuitement lors d'une mise à jour, permet à un joueur de faire office de maître du jeu en contrôlant entièrement la partie, en ajoutant des soldats ou du matériel, des points de réapparition pour les joueurs, ou encore des objectifs ou des effets visuels ou sonores, le tout dans un éditeur 3D en temps réel. Il existe sous deux formes :
    • Libre : Un certain joueur (ou plusieurs) peut devenir le maître du jeu quand il le désire grâce à un raccourci clavier.
    • Imposé : Le maître du jeu l'est pendant toute la durée de la partie et n'est pas représenté physiquement dans celle-ci.
  • « Karts » est le premier DLC payant de ARMA III. Il permet au joueur d'utiliser de nouveaux véhicule : les karts. Le pack inclut quelques circuits pour kart en solo ainsi qu'une nouvelle arme et de nouveaux objets et équipements. À l'origine, il s'agissait d'un poisson d'avril[7].
  • « Helicopters » est un DLC apportant du contenu payant (le pilotage de nouveaux hélicoptères) et gratuit (sous forme de mise à jour : la possibilité de tirer depuis certains véhicules, d'héliporter des véhicules grâce aux hélicoptères, et d'utiliser les nouveaux appareils avec certaines limitations).
  • « Marksmen » est le dernier-né des DLC d'ARMA III, il ajoute du contenu gratuit, et du contenu payant. En effet, l'ajout de plusieurs fusils de précision, ainsi que de mitrailleuses lourdes sont notables. L'ajout du système de bipieds comme accessoires d'arme, utilisable par défaut, appuyables sur des obstables/couvertures, ainsi qu'au sol, en étant allongé.

Une extension est également prévue, qui doit notamment ajouter une nouvelle carte[8].

Extension : Apex[modifier | modifier le code]

Le 11 juillet 2016, l'extension ARMA III: Apex est sortie. Elle se veut plus riche que les contenus téléchargeables précédemment sortis.

Elle comprend une nouvelle carte "Tanoa" une île du pacifique sud ancienne colonie française,anglaise et hollandaise. elle rajoute aussi des nouvelles factions et unités avec des nouvelles armes inclus. Elle rajoute aussi des nouveaux véhicules dont 2 VTOL (vertical take-off landing, en français : Appareil à Décollage et Atterrissage Verticaux) une nouvelle classe de véhicules inédits. La campagne met une réponse à la plupart des questions posés sur la campagne du jeux "Vent d'Est", et met probablement aussi un terme à l'histoire en 2034 et 2035.

L'archipel dont fait partie Tanoa connait à la suite d'un tsunami une crise politique et militaire importante débouchant sur une importante rébellion. Une force armée le "Syndikat" mène des attaques de guérilla contre les forces locales. Ce groupe paramilitaire est composé d'hommes peu entraînes, mal équipés, et habillés plus d'une tenue civile que d'une tenue militaire. Mais elle est aussi composé d'unités plus vieilles, pour la plupart qui serait vétérans d'un ancien conflit qui à eu lieu sur l'archipel. Certains sont des déserteurs, d'autres des vétérans. Nous faisons partie d'une force spéciale clandestine envoyé sur place pour effectuer des opérations clandestines pour tenter de rétablir la paix. La force que nous jouons sont les CTRG, des forces spéciales agissant de l'OTAN, qui ne dépends cependant pas du commandement central.

Accueil[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « ArmA 3 dans les îles grecques », sur www.Nofrag.com,‎ (consulté le 26 août 2016)
  2. a et b « ArmA III : L'île de Stratis en images et vidéo », sur www.jeuxvideo.com,‎ (consulté le 26 août 2016)
  3. « Arma 3's first campaign episode Survive out at the end of the month », sur Eurogamer,‎
  4. « ArmA 3 : deuxième épisode en janvier », sur www.jeuxvideo.com,‎ (consulté le 26 août 2016)
  5. « ArmA 3 : la victoire en images », sur www.jeuxvideo.com,‎ (consulté le 26 août 2016)
  6. (en) « New name for main island in ARMA III »,‎ (consulté le 20 décembre 2014)
  7. (en) « ARMA III Karts goes from April Fools' joke to real-life DLC », sur PC Gamer,‎ (consulté le 20 décembre 2014)
  8. (en) « ARMA III Roadmap 2014/15 »,‎ (consulté le 20 décembre 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]