Armée populaire de Pologne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Armée populaire de Pologne
Création Mai 1943
Dissolution 30 décembre 1989
Pays Flag of Poland.svg Pologne
Rôle Forces armées
Effectif 440 000
Devise Dieu, honneur, patrie (Bóg, Honor, Ojczyzna)
Guerres Seconde Guerre mondiale
Guerre froide
Commandant historique Zygmunt Berling
Michał Rola-Żymierski
Marian Spychalski
Florian Siwicki (en)
Stanislav Poplavsky

L'armée populaire polonaise (Ludowe Wojsko Polskie a prononcé : [luˈdɔvɛ ˈvɔi̯skɔ ˈpɔlskʲɛ] , LWP[1]) constitue la deuxième formation des forces armées polonaises de l'Est en 1943-1945 et en 1945-1989. Les forces armées de l'État communiste polonais (à partir de 1952, la République populaire de Pologne), sont dirigés par le Parti ouvrier polonais, puis par le Parti ouvrier unifié polonais. Les forces armées polonaises conduites par les communistes, autorisées et facilitées par Joseph Staline, sont le résultat des efforts déployés au début des années 40 en Union soviétique par Wanda Wasilewska et Zygmunt Berling.

Le nom officiel de ces formations était : Armia Polska w ZSRR (Armée polonaise en URSS) de 1943-1944, Wojsko Polskie (Troupes polonaises) et Siły Zbrojne Rzeczpospolitej Polskiej (Forces armées de la République de Pologne) de 1944-1952 et de 1952 Siły Zbrojne Polskiej Rzeczypospolitej Ludowej (Forces armées de la République populaire de Pologne).

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Troupes polonaises en 1943.

Cette force est formée pendant la Seconde Guerre mondiale, en , sous le nom de 1re division d'infanterie Tadeusz Kościuszko, qui est devenue la première armée polonaise, officieusement connue sous le nom d'armée de Berling. En raison de la pénurie d'officiers polonais et de la politique de l'Union soviétique, en , les officiers de l'Armée rouge soviétique représentaient près de 52% du corps des officiers (15 492 sur 29 372). Environ 4 600 d'entre eux sont restés dans le LWP en juillet 1946[2].

Ce n'était pas la seule formation polonaise à avoir combattu du côté des Alliés, ni la première formée à l'Est. L'ancienne force polonaise formée en Union soviétique, connue sous le nom d'armée d'Anders, était fidèle au gouvernement polonais en exil et avait à ce moment-là déménagé en Iran. Les forces polonaises dirigées par les communistes se sont rapidement développées au-delà de la 1re Division en deux commandements majeurs : la première armée polonaise (initialement sous Zygmunt Berling) et la deuxième armée polonaise (commandée par Karol Świerczewski). La première armée polonaise a participé à l'offensive Vistule-Oder, à la bataille de Kolberg et à la bataille finale de Berlin[1].

Après-guerre[modifier | modifier le code]

Chars T-55A de l'armée populaire polonaise.

Après la guerre, l'armée polonaise a été réorganisée en six (plus tard sept) districts militaires. Il s'agit du district militaire de Varsovie, dont le siège est à Varsovie, du district militaire de Lublin, du siège à Lublin, du district militaire de Cracovie, du siège à Cracovie, du district militaire de Łódź, du siège à Łódź, du district militaire de Poznań, du siège à Poznań, le district militaire de Poméranie, siège à Toruń, et le district militaire de Silésie, siège à Katowice.

À la fin des années 40 et au début des années 50, l'armée polonaise était sous le commandement du maréchal de l'Union soviétique, du maréchal de Pologne et du ministre de la Défense de la Pologne, Konstantin Rokossovsky. Il est de plus en plus intégré dans les structures militaires soviétiques. Ce processus a été atténué au lendemain de l'octobre polonais de 1956, lorsque Władysław Gomułka a officialisé certains aspects des relations militaires de la Pologne avec l'Union soviétique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Popularna Encyklopedia Powszechna Wydawnictwa Fogra, « Pierwsza Armia Wojska Polskiego », Encyklopedia WIEM,
  2. (pl) Kałużny, « Oficerowie Armii Radzieckiej w wojskach lądowych w Polsce 1945-1956 », Zeszyty Naukowe WSOWL, Tadeusz Kościuszko Land Forces Military Academy, (ISSN 1731-8157), p. 86-87

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]