Aristide Leonori

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un architecte italien image illustrant un écrivain image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un architecte italien et un écrivain italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L'église S. Giuseppe al Triomfale, à Rome, par l'architecte Aristide Leonori, 1909.
L'église Santa Croce sur la Via Flaminia à Rome, par l'architecte Aristide Leonori, 1912.

Aristide Leonori (né le à Rome et mort dans la même ville le ) est un architecte, ingénieur et écrivain latin contemporain, promoteur du latin vivant.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aristide Leonori reçoit d'abord une instruction privée donnée par un prêtre jusqu'à ce qu'il entre à l'âge de huit ans au Collège des jésuites de Rome[1].

En 1875, à l'âge de dix-neuf ans, il obtient son diplôme de licence et cinq ans plus tard celui d'ingénieur civil[2].

C'est alors qu'il commence une longue carrière de constructeur d'édifices religieux tant en Italie qu'au delà des mers[3].

Il est avec George Gilbert Scott un des plus importants constructeurs d'églises.

Quelques constructions[modifier | modifier le code]

  • 1892: L'église St. Patrick’s, l'église nationale des Irlandais à Rome.
  • 1907: la Cathedral Basilica de St. Louis USA
  • 1909: la Basilique de San Giuseppe al Trionfale dans le quartier romain du même nom.
  • 1909: l'église de St. Joseph au Caire.
  • 1911: l'Église San Patrizio a Villa Ludovisi, de style byzantino-roman, Via Boncompagni ainsi que le collège irlandais adjacent.
  • 1912: L'église Santa Croce sur la Via Flaminia.
  • 1912: St. Joseph’s Cathedral à Buffalo, N.Y.
  • 1914 à 1916: l'église Sacro Cuore di Gesù (en français : église du Sacré-Cœur-de-Jésus) à Rome dans le rione de Sallustiano sur la via Piave.
  • 1923: l'église Holy Rosary à Washington, D.C.
  • l'église mémoriale du Saint-Sépulchre à Washington, D.C.

Le promoteur des belles-lettres[modifier | modifier le code]

Attaché aux belles-lettres, Aristide Leonori était également favorable à l'usage international du latin, c'est ainsi qu'il fonda la revue latine Vox Urbis: de litteris et bonis artibus commentarius[4], qu'il publia deux fois par mois de 1898 à 1913.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. ibid.
  3. Joan Carroll Cruz ,Saintly Men of Modern Times, pag. 49
  4. Volfgangus Jenniges, Vox Urbis (1898-1913) quid sibi proposuerit, Melissa, 139 (2007) p. 8-11.