Aris Papathéodorou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aris Papathéodorou
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Aris Papathéodorou (né en 1959)[réf. à confirmer][1] est un ancien militant d'extrême gauche français[2], cofondateur en 1995 du portail samizdat.net[3] et défenseur des logiciels libres en informatique. Graphiste de la revue Multitudes, il devient en 2013 responsable du pôle visuel et directeur artistique du journal Le Monde[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Après avoir milité dans le mouvement lycéen, Aris Papathéodorou rejoint le mouvement autonome en 1977 et participe au groupe Camarades.

Dans les années 1980, il fonde les journaux Contre (1987-1989) et Quilombo (1988-1993). Quilombo se revendique alors du « Réseau Autonome Parisien » (RAP).

Militant du rock alternatif, il participe à la production et à la diffusion des labels indépendants « Negative Records » et « Samedi soir - dimanche matin ».

Par la suite, il s'engage dans l'expérience du bar La Bonne Descente, ouvert en 1994 à Clichy par les anciens du groupe Mordicus.

À la même époque, il commence à s'intéresser à Internet. Il milite en faveur des logiciels libres et fait partie du collectif de militants qui co-fonde, lors du mouvement de grève de 1995, le réseau Samizdat « pour permettre l’expression des sans voix, sans légitimité, sans papiers »[3].

Il organise ensuite les « Zelig Conférences » qui, dans les années 2000, rassemblent des représentants de l'Internet et des logiciels libres en Europe[6].

Il collabore aux revues éphémères Futur Antérieur (1990-1998) et Alice (« Revue critique du temps ») auprès d'autres militants de la mouvance autonome et opéraïste trontienne[7]. À partir de 2000, il est le graphiste de la revue Multitudes, fondée la même année par Yann Moulier-Boutang.

En 2005, il signe l'appel de la communauté du logiciel libre contre le Traité constitutionnel européen.

Le 9 mars 2008, il se présente en cinquième position comme candidat aux élections municipales de Montreuil, sur la liste « Ensemble contre la régression sociale et pour les solidarités », qui n'a recueilli que 6 % des voix et n'a donc pas été en mesure de se maintenir au second tour.

En 2013, il est nommé responsable du pôle visuel et directeur artistique du journal Le Monde[5],[8].

Il est par ailleurs administrateur de la plateforme internet samizdat.net qui héberge des sites associatifs et des sites d'activistes classés à l'extrême gauche comme le site antifasciste La Horde[9],[2].

L'Observatoire du journalisme qualifie Aris Papathéodorou de « cheville ouvrière des réseaux communément appelés antifas » (comme « les sites La Horde, RaDAR, Sud Education Paris ») qui « sous la même bannière, samizdat.net », « scrutent et dénoncent de très hypothétiques extrémistes supposés de droite »[10].

Publications[modifier | modifier le code]

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Aris Papathéodorou, « Autoportrait d'un hacktiviste du net » », dans Jean-Christophe Brochier et Hervé Delouche, Les nouveaux Sans-culottes, enquête sur l'extrême gauche, Paris, Grasset, 2000, p. 247-256.
  • « Coopération et production immatérielle dans le logiciel libre », avec Laurent Moineau, Multitudes, n°1, mars 2000.
  • « Du contenu libre et partagé sur les réseaux, Proposition pour une initiative éditoriale ouverte », dans L'Archipel des Revues, novembre 2003.
  • « Samizdat.net, l’histoire d’un projet de médias alternatifs sur Internet, entretien avec Aris Papatheorodou », in Internet et mouvements sociaux : nouvelles pratiques militantes, nouvelles sources pour l'histoire, Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°79, 2005, pp. 57-62, DOI:https://doi.org/10.3406/mat.2005.1043, [lire en ligne].
  • « Mike Parker (1929-2014), typographe américain, « pape » de l'Helvetica », Le Monde, 3 mars, 2014, [lire en ligne].

Ouvrage collectif[modifier | modifier le code]

  • Ludovic Prieur, Aris Papathéodorou, Jean-Pierre Masse et Germinal Pinalie, Gênes 19-20-21 juillet 2001, multitudes en marche contre l'Empire, Éditions Reflex, Paris, 2002, (ISBN 2-914519-03-6),(notice BnF no FRBNF38998129)[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les financiers du Monde, Pigasse et Niel, soutiens du site « antifa » de délation de La Horde », sur contre-info.com, 19 avril 2010.
  2. a et b Introduction à Françoise Blum, Bruno Groppo, Rossana Vaccaro, Franck Veyron (dir.), Internet et mouvements sociaux : nouvelles pratiques militantes, nouvelles sources pour l'histoire, Matériaux pour l'histoire de notre temps, n°79, 2005, pp. 4-9, p. : « Après différentes activités militantes, il a fini par faire de la technique le centre de son action, en contribuant à offrir un hébergement-serveur à diverses associations militantes, en participant à la communauté du logiciel libre et de Linux et en travaillant à améliorer toutes les formes de technique du Web [Papatheodorou] ».
  3. a et b « Rendre accessible le travail des médias alternatifs à Evian », sur le site transfert.net, 28 mai 2003 : « C’est un des fondateurs de Samizdat, un portail créé dans le mouvement des grèves de décembre 1995 par un collectif d’une dizaine de militants, "pour permettre l’expression des sans voix, sans légitimité, sans papiers" ».
  4. Fiche d'Aris Papathéodorou sur le site La Brèche numérique : « Ancien militant d’extrême gauche, graphiste et acteur en informatique dans le domaine du libre français. Graphiste de la revue Multitudes. Cofondateur du collectif indépendant Samizdat.net. Directeur artistique du journal Le Monde. »
  5. a et b « Rédaction, Nominations au Monde », Le Monde, 15 avril 2013 : « Aris Papathéodorou est responsable du pôle visuel [...] Directeur artistique : Aris Papathéodorou. »
  6. Pascal Fortin, Topologie sommaire de l’internet citoyen, sur le site uZine.net, 14 février 2002 : « A l’instar des autres acteurs de l’internet citoyen, les militants de tendance contestataire ont leur propre rendez-vous. Il s’agit de la Zelig-conf. Le mode de fonctionnement de cette dernière repose sur une grande part d’improvisation et un esprit "anti-hiérarchique". »
  7. Alice. Revue critique du temps (1998-2000).
  8. L'équipe du Monde, page web du journal.
  9. « La Horde », sur lahorde.samizdat.net (consulté le 13 mai 2018).
  10. « Aris Papathéodorou, directeur artistique au Monde et ferme soutien des antifas », sur le site Observatoire du journalisme, 17 avril 2018.
  11. , Rédaction, « Un an après, un livre revient sur la « guerre » », Le Monde, 23 juillet 2002, lire en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]