Ariaric

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ariaric
Titre
Roi des Wisigoths
Successeur Aoric
Biographie
Titre complet Roi des Wisigoths
Enfants Aoric

Ariaric est un roi thervinge goth païen (kindins) au IVe siècle.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Au IVe siècle, les Goths, installés aux frontières de l'empire romain, tentent de s'y installer régulièrement. Ce groupe s'est séparé en deux groupes principaux, les Ostrogoths qui se lancent à la conquête des régions entre la Volga, l'Oural et le Caucase sous la direction de leur roi amale Hermanaric ; les Wisigoths ou Tervinges combattent en Europe centrale et méridionale. Peuple nomade, ils sont toujours à la recherche de provisions régulières pour nourrir leur groupe important[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

On ne connait rien de son enfance ni de ses origines. Ariaric est le père d'Aoric.

Les Goths impressionnent par les spectaculaires combats qu'ils mènent aux franges de l'empire. En 328, Constantin fait construire un pont sur le Danube et des fortifications en Valachie et en Olténie. Les Tervinges et les Taïfales en profitent et se déplacent alors vers les régions de la Tisza contrôlées par les Sarmates. Ceux-ci s'allient aux Romains sous le commandement de Constantin, fils de l'empereur pour combattre les Goths. Durant l'hiver 332, les combats entrainèrent la mort de près de 100 000 personnes, à cause de la famine qui en a résulté et du mauvais temps.

En 332, Ariaric, roi des Goths, est forcé d'accepter le traité (foedus) de l'empereur Constantin et les Goths deviennent un peuple fédéré contre la promesse de subsides annuels en échange de la fourniture de soldats. À cette occasion, Ariaric envoie Aoric son fils en otage à Constantinople [2]. Ce traité de paix rend les Romains si joyeux qu'ils organisent de nouvelles fêtes, les "jeux gothiques" du 4 au 9 février à Byzance.

Selon Herwig Wolfram, les allitérations, variations, et rythme des noms Athanaric, Aoric, Ariaric ressemblent à l'idéal des noms "Hadubrand, Hildebrand, Heribrand". Il considère que les similarités et comparaisons entre ces noms peuvent suggérer que ces trois rois sont membres de la dynastie Balthe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les Goths, p. 26.
  2. Les Goths, p. 27.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renée Mussot-Goulard, Les Goths, Atlantica, Biarritz, 1999.
  • (en)Herwig Wolfram; Thomas J. Dunlap, History of the Goths,University of California Press., 1 mars 1990, pp. 32–. (ISBN 978-0-520-06983-1). Réédition 6 janvier 2013.
  • (en) Noel Emmanuel Lenski, Failure of Empire: Valens and the Roman State in the Fourth Century A.D,University of California Press, 2002, pp. 120–. (ISBN 978-0-520-23332-4). Réédition 6 janvier 2013.

Articles connexes[modifier | modifier le code]