Christian Aaron Boulogne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Ari Boulogne)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un photographe image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un photographe français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet associé.

Christian Aaron Boulogne
Description de l'image Defaut.svg.
Nom de naissance Ari Päffgen
Naissance (53 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France française
Profession
Autres activités
Ascendants
Nico (mère)

Ari Boulogne, dit Christian Aaron Boulogne, né Ari Päffgen à Paris le , est un photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de la chanteuse allemande Nico. Selon les propos de sa mère, il serait le fils illégitime d'Alain Delon. Toutefois, celui-ci ne l'a jamais reconnu et s'est toujours opposé à toute démarche de reconnaissance, se limitant à une prise de sang réalisée dans les années 1960.

Nico ne pouvant s'occuper de lui du fait de son mode de vie, la chanteuse du Velvet Underground adresse depuis New York un courrier à Édith Boulogne, la mère d'Alain Delon, pour l'informer qu'elle avait eu un fils de sa liaison avec ce dernier. Édith Boulogne va chercher l'enfant à New York et l'élève en France, contre l'avis d'Alain Delon.

L'enfant grandit à Bourg-la-Reine, élevé par Édith Boulogne qui le considère comme son petit-fils. Il renoue ensuite avec sa mère, et fait quelques apparitions dans des films réalisés par le compagnon de cette dernière, Philippe Garrel. En 1977, il est adopté par Paul Boulogne, époux de la mère d'Alain Delon, dont il reçoit ainsi légalement le nom de famille. Il ne rencontre qu'en de rares occasions Alain Delon, qui lui déclare en 1986 le considérer comme son « pote » mais affirme ne pas être son père[1].

Il a publié en 2001 un livre de souvenirs, L'Amour n'oublie jamais (Jean-Jacques Pauvert).

Il a un fils, Charles (né en 1999) et une fille, Blanche (née en 2006).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Judith Perrignon, « Portrait d'Ari Päffgen-Boulogne : Le fils errant », Libération, 18 avril 2001.