Argus iridié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lysandra albicans

L’Argus iridié (Lysandra albicans) est une espèce de lépidoptères de la famille des Lycaenidae et de la sous-famille des Polyommatinae.

Systématique[modifier | modifier le code]

Le taxon aujourd'hui connu sous le nom de Lysandra albicans a été décrit par Gerhard en 1851 en tant que Lycaena corydon var. albicans[1],[2].

Synonymes et autres combinaisons :

  • Polyommatus albicans (Gerhard, 1851)
  • Lycaena corydon var. albicans Herrich-Schäffer, [1852]
  • Lysandra albicans (Herrich-Schäffer, [1852])
  • Polyommatus albicans (Herrich-Schäffer, [1852])

Au sein du genre Lysandra, L. albicans est étroitement apparentée à Lysandra caelestissima, L. hispana et L. coridon[3].

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Au moins deux sous-espèces ont été décrites[2] :

Noms vernaculaires[modifier | modifier le code]

  • En français : l'Argus iridié[4].
  • En anglais : Spanish chalk-hill blue.
  • En espagnol : niña andaluza.

Description[modifier | modifier le code]

L'imago de l'Argus iridié est un petit papillon qui présente un net dimorphisme sexuel. Le dessus du mâle a une couleur variant du gris-bleu nacré au blanc nacré en fonction des régions, et est bordé de gris sombre et d'une série de points submarginaux gris, mieux visibles aux ailes postérieures. Le dessus de la femelle est brun sombre avec une série de points submarginaux plus sombres, bordés intérieurement de lunules submarginales orange, surtout visibles aux ailes postérieures et très estompées aux antérieures. Le revers des ailes présente la ponctuation habituelle des Lysandra.

L'espèce est variable géographiquement et plusieurs formes individuelles ont été décrites[4].

Espèces proches[modifier | modifier le code]

Lysandra albicans ressemble beaucoup à d'autres Lysandra présents dans la péninsule Ibérique, comme Lysandra coridon, L. caelestissima et L. hispana. Il en diffère notamment par la couleur presque blanche de ses mâles.

Biologie[modifier | modifier le code]

Voltinisme[modifier | modifier le code]

L'espèce est univoltine et les imagos sont visibles de mi-juin à août selon les localités[4].

Plantes-hôtes et myrmécophilie[modifier | modifier le code]

Hippocrepis comosa et Hippocrepis multisiliquosa sont citées comme plantes-hôtes. Les chenilles sont soignées par des fourmis[4].

Distribution et biotopes[modifier | modifier le code]

L'espèce est présente en Espagne (provinces occidentales, Catalogne, littoral oriental) et au Maroc (Moyen Atlas, Rif occidental)[4],[2].

Son habitat est constitué de lieux rocheux secs, entre 500 et 1 800 m d'altitude[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gerhard, 1851. Versuch Mon. europ. Schmett. (8): 17, pl. 31, f. 3a-d.
  2. a, b et c (en) « Lysandra albicans », sur funet.fi (consulté le 5 août 2018).
  3. (en) Gerard Talavera et al., « In the shadow of phylogenetic uncertainty: The recent diversification of Lysandra butterflies through chromosomal change », Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 69, no 3,‎ , p. 469–478 (DOI 10.1016/j.ympev.2013.08.004).
  4. a, b, c, d, e et f Tolman et Lewington 2014.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tom Tolman et Richard Lewington, Papillons d'Europe et d'Afrique du Nord, Delachaux et Niestlé, (ISBN 9782603020456), p. 154–155.