Argument (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Argument est une revue québécoise biannuelle d'idées et de débat fondée en 1998. Elle a été publiée de 1998 à 2011 par les Presses de l'Université Laval, et est maintenant publiée par les éditions Liber. Elle traite particulièrement de la politique, de la société et de l'histoire.

Considérée d'orientation nationaliste conservatrice[1] par certains, elle affirme néanmoins qu'elle « n'est pas alignée sur un parti ou une idéologie politique » mais qu'elle « s’est faite l’écho d’une sensibilité intellectuelle nouvelle au Québec qui a surgi à la fin des années 1990 »[2].

Son rédacteur en chef est Patrick Moreau, professeur de littérature au collège Ahuntsic. Ses principaux collaborateurs sont François Charbonneau, Éric Bédard, Gilles Labelle, Danic Parenteau, Marie-Andrée Lamontagne, Marc Chevrier, Daniel Tanguay et Daniel Jacques.

Orientation politique et réactions[modifier | modifier le code]

La revue Argument se présente lors de sa création en 1998 comme un lieu de débat libre de toute allégeance politique, bien que sa raison d’être soit de permettre l’expression d’une « nouvelle sensibilité » définie en des termes plutôt vagues. Cette sensibilité se traduirait notamment par une certaine prise de distance par rapport à « l'esprit de révolution et de liberté qui a caractérisé les générations précédentes », et serait à la source d’un « malentendu » entre différentes générations de Québécois.[3]

En 2001, la revue réitère son opposition aux étiquettes idéologiques et déclare être « la chapelle d’aucune gauche ni d’aucune droite »[4]. La revue Cité Libre, pour sa part, la considère d’orientation nationaliste[5].

Selon l’auteur Jean-Pierre Couture, un virage néoconservateur y aurait été effectué dès 2010 suite à un changement de direction[6]. Toujours selon le même auteur, s’y exprimerait notamment directement ou indirectement un cercle « néoconservateur » composé de figures telles que Mathieu Bock-Côté, Jacques Beauchemin, Éric Bédard et Joseph Facal[6].

Un des membres du conseil de rédaction, Gilles Labelle, précise en 2011 qu’un des objectifs de la revue est de critiquer une certaine conception maximaliste de l’idéologie pluraliste[7].

Pierre Foglia, de son côté, qualifie la revue de « non-alignée, ni de gauche, ni de droite ». Elle ne recevrait pas de subventions et son tirage en 2013 serait d’un modeste 350 copies par numéro. Il y loue notamment la place qu’on y fait à la culture générale[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Si Argument a connu une période plurielle en s'associant des essayistes de divers horizons, elle est contrôlée aujourd'hui par les néoconservateurs et elle dit explicitement vouloir servir d'organe de combat contre le pluralisme (Gilles Labelle, nos pluralistes) » , Piotte et Couture.
  2. Qui nous sommes
  3. Revue Argument, « L’esprit d’Argument »
  4. Revue Argument, « Le tic de l’étiquettage »
  5. Victor Blanc, « Argumentons », Cité Libre, hiver 2000, vol. XXVIII, no 1, p. 90.
  6. a et b Jean-Pierre Couture, « Qui parle lorsque parle Mathieu Bock-Côté ? »
  7. Gilles Labelle, « Nos pluralistes »
  8. Pierre Foglia, « Gouverner »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]