Laboratoire national d'Argonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Argonne National Laboratory)
Aller à : navigation, rechercher
Vue aérienne du Laboratoire national d'Argonne.

Le laboratoire national d'Argonne (en anglais Argonne National Laboratory) est l'un des plus importants laboratoires de recherche des États-Unis, créé par le gouvernement fédéral des États-Unis le 1er juillet 1946 pour poursuivre la recherche et développement dans le domaine de l'utilisation de l'énergie nucléaire.

Argonne est le centre d'origine des recherches nucléaires aux États-Unis[1]. Il est issu du Projet Manhattan pendant la Seconde Guerre mondiale, et au début était sous la direction d’Enrico Fermi, qui avait dirigé les travaux de recherche pour achever la première réaction en chaîne de fission nucléaire contrôlée menés à l’Université de Chicago. Parmi les employés originels d'Argonne, plusieurs ont participé, avant de travailler pour Argonne, au Projet Manhattan.

Situation et historique[modifier | modifier le code]

Out of date clock icon.svg Cette section doit être actualisée. Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à vérifier.

L'Argonne National Laboratory est situé sur un terrain de 6,9 km², à 40 km au sud-ouest de Chicago sur l'autoroute Interstate 55, dans le comté de DuPage, Illinois. À ses débuts, il était connu sous le nom de Laboratoire métallurgique de l'Université de Chicago (Met Lab) et était situé dans la forêt de Red Gate.

En étendue, il s'agit du plus grand laboratoire du Midwest : il fait environ deux fois la taille du Fermilab voisin, lequel abrite le deuxième plus grand accélérateur de particules très haute puissance mondial.

Le laboratoire est géré par l'UChicago Argonne, LLC, composé de l'Université de Chicago, du groupe Jacobs Engineering et de la société BWX Technologies (BWXT).

Missions[modifier | modifier le code]

Le supercalculateur IBM Blue Gene/P de l'Argonne National Laboratory fonctionne avec 250 000 processeurs utilisant un système de refroidissement standard par air, groupé dans 72 racks/cabinets et interconnectés par un réseau de fibre optique à haute vitesse[2] (2007).
Supercalculateur IBM Blue Gene/Q d'Argonne (2013).
Out of date clock icon.svg Cette section doit être actualisée. Des passages de cette section sont obsolètes ou annoncent des événements désormais passés. Améliorez-le ou discutez des points à vérifier.

Argonne se concentre actuellement sur quatre secteurs principaux.

  • Recherche fondamentale sur les sciences de l'Univers. Argonne mène des recherches empiriques et théoriques en science physique, biologie, et sciences de l'environnement.
  • Technologies énergétiques. Le labo travaille à développer et évaluer les sciences et les techniques avancées de l'énergie.
  • Recherche & développement de solutions aux problématiques environnementales. Argonne s'applique à modéliser et résoudre les problèmes environnementaux des États-Unis et à promouvoir la gestion environnementale.
  • Formation. Les chercheurs et les ingénieurs d'Argonne prennent part à la formation d'environ 1 000 étudiants de deuxième cycle et de chercheurs post-doctorat, comme part intégrante de leurs activités annuelles. C'est dans cette optique que l'Argonne National Laboratory a récemment été choisi pour accueillir l'IBM Blue Gene/P, le premier superordinateur dont la puissance de calcul dépasse le pétaflop[3].

Argonne dans les médias[modifier | modifier le code]

Des parties importantes du film d'action Chain Reaction (1996) ont été filmées dans la Zero-Gradient Synchrotron ring room et dans l'ancien Continuous Wave Deuterium Demonstrator laboratory.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Argonne’s Nuclear Science and Technology Legacy », Argonne National Laboratory (consulté le 10 mai 2012)
  2. « IBM Blue gene announcement », sur IBM.com,‎ (consulté le 9 juin 2012)
  3. « http://chicagolife.net/content/chicago/Blue_Gene_Baby » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 20130318

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]